initiative

De l’art de ne pas manger la même chose

Le Groupe Abraham de Lyon-la Duchère a décidé d’organiser un repas interreligieux. Défi singulier lorsqu’on sait que les religions ont des pratiques et des rites alimentaires qui séparent plutôt qu’ils ne rassemblent…

Un contenu proposé par Présence

Publié le 5 août 2021

Auteur : Christian Bouzy

Au sein du groupe Abraham, nous vivons ensemble des temps de dialogue et de connaissance mutuelle, la lecture de nos écritures sur des sujets transversaux, des « balades urbaines » pour faire visiter nos lieux de culte, des conférences publiques ou des animations destinées aux jeunes, mais des repas, c’est beaucoup plus rare ! D’où ce projet : franchir une étape de plus et manger ensemble.

Cette préparation a été l’objet d’un « débat mouvant » animé par une compagnie de théâtre « Le collectif X », puis d’un théâtre Forum destiné à mettre en scène les questions qui se posent lorsque juifs, musulmans et chrétiens décident de manger ensemble. Nous avons finalement décidé d’organiser un grand buffet en demandant à chacun-e d’apporter les mets de son choix, c’est-à-dire conformes à ses pratiques et ses rites alimentaires. Ainsi, nous avons mangé ensemble. Certes, nous n’avons pas consommé les mêmes plats, mais nous avons partagé un même repas autour des mêmes tables.

Et puis, avec le sourire, nous avons remarqué que certains s’étaient laissé tenter par quelques petites transgressions. Pour ma part, j’ai eu beaucoup de plaisir à découvrir et déguster des plats venant d’une autre tradition que la mienne. Cela est resté dans les souvenirs un bon moment fraternel, tant il est vrai qu’autour d’une table on partage davantage qu’un repas ; en particulier, des attentions mutuelles, voire des confidences

Passerelles

Cette expérience m’a amené à m’interroger sur ce qui fait qu’à un moment donné un groupe devient communauté. Le mot suggère qu’il s’agit de mettre en commun quelque chose, et non pas de devenir tous pareils et de se couler dans le même moule, contrairement à ce que l’on s’imagine parfois. Or une mise en commun n’est intéressante que si tous n’apportent pas la même chose.

Une communauté n’a de sens que lorsque chacun.e est reconnu.e comme une personne singulière et lorsque les différences sont vécues comme des passerelles plutôt que des barrières. Et cela est un long chemin nécessitant un patient travail sur soi.

Dans la même rubrique...

Le nouvel espace « MLK Créteil » sous le signe de la fraternité

L’inauguration de l’espace MLK, à Créteil, a eu lieu samedi 11 septembre. La communauté pentecôtiste, dirigée par le pasteur Ivan Carluer, a su fédérer les acteurs du protestantisme comme les pouvoirs publics autour de ce projet innovant.

Un contenu proposé par Réforme

Sebastian Tobler : Un tétraplégique en mouvement

Tétraplégique à la suite d'un accident de sport, Sebastian Tobler met ses expériences au service des autres, en particulier des personnes à mobilité réduite.

Un contenu proposé par Radio Réveil

Prédicateurs et laïcs

«Vous-mêmes, comme des pierres vivantes, entrez dans la construction de la Maison habitée par l’Esprit, pour constituer une sainte communauté sacerdotale...» 1 Pierre 2.5.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris

La Dynamique Jeunesse entre dans une nouvelle ère

En septembre, la plateforme qui coordonne depuis 2008 les projets des différents acteurs jeunesse de l’Uepal mettra en place deux nouveaux services adressés aux adolescents et aux jeunes adultes. Une nouvelle recrue, la pasteure Marianne Renaud, rejoindra l’aventure.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Présence

Présence est le journal de la Mission populaire évangélique de France. Il paraît 2 à 4 fois par an et propose notamment des nouvelles de 13 « Frats » (lieux d’accueil) du mouvement.
NB : de nombreuses actualités sont également relayées sur le blog Blog pop.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants