Explications

Des financements différents selon le type de structures

Que l’on soit une association gérant des établissements d’accueil et de soins pour personnes âgées ou bien une structure envoyant des jeunes à l’étranger, les ressources peuvent varier.

Un contenu proposé par Proteste

Publié le 14 décembre 2020

Auteur : Fabienne Delaunoy

Ce qui ne change pas, c’est l’importance de la gestion, de l’investissement et, souvent, de la stratégie.

« La gestion des associations est un vrai défi. Elle n’est pas une finalité mais reste le moyen. », affirme Samuel Gerber, secrétaire général de Visa-AD (Volontariat international au service des autres – Année diaconale) à Strasbourg. L’association, qui met en œuvre trois programmes à destination des jeunes : le service civique, le corps européen de solidarité et l’IFJD (Internationaler Jugendfreiwilligendienst – le service civil allemand), n’a pas été épargnée par les aléas financiers, comme bon nombre de structures. « Nous avons connu un long processus de redressement des comptes », témoigne, aujourd’hui serein, Samuel Gerber. Pour le secrétaire général, il est essentiel de se poser la question de l’affectation des ressources avant de chercher des financements. « Il faut savoir ce qui est utile, quelles sont les économies à faire… mais il ne faut pas non plus s’interdire de mener des actions en lien avec le projet. » Le maître-mot, selon le secrétaire général de Visa-AD : la sagesse.

Une stratégie de mutualisation

L’association compte sur deux principales ressources pour boucler un budget d’un million d’euros : les frais d’accompagnement liés à la mise en œuvre des programmes du service civique géré par l’État, et le paiement des services et de l’expertise de Visa-AD par les œuvres qui en bénéficient. L’association s’est en effet positionnée, au fil des années, comme un outil de mutualisation et d’expertise pour les structures accueillant des jeunes, grâce à des outils développés par ses soins. « C’est une démarche gagnant-gagnant. » Dans la même optique, Visa-AD s’est également posé la question, quant à son propre fonctionnement, de la mutualisation et l’externalisation de la tenue des comptes, du ménage de ses locaux, etc. « Nous avons aussi mené des réflexions pour travailler de manière plus efficace, pour optimiser le travail. Par exemple, l’association a investi dans un logiciel permettant l’automatisation des contrats. », explique Samuel Gerber. En parallèle de cette stratégie, Visa-AD cherche en permanence des moyens financiers complémentaires. « Nous sommes dans une logique des gouttes d’eau qui font des rivières, estime son secrétaire général. Nous répondons à des appels à projets des collectivités et des fondations, plutôt que de chercher des subventions de fonctionnement. Cela demande de l’investissement en temps, et parfois financier, de l’ordre de quelques milliers d’euros, sans garantie de remporter le projet et d’avoir le financement escompté. Ou bien nous ajustons notre activité pour répondre à l’appel à projets, ou bien nous en profitons pour lancer de nouvelles initiatives pour les tester. À chaque fois, il faut calculer si ça vaut le coup. » L’association strasbourgeoise n’a pas de mécènes et les dons de particuliers et de fondations « restent complémentaires, même si c’est important et qu’on en a besoin. Aujourd’hui, on conserve une indépendance financière. », conclut le secrétaire général.

Des subventions publiques pour le diaconat

Autre façon de fonctionner : au diaconat Drôme-Ardèche à Valence, « les financements restent classiques et le budget annuel de 14,3 millions d’euros est bouclé. », explique Marie-Anne Laffond, sa directrice générale. L’État, le Conseil départemental et l’Agence régionale de santé constituent la majeure partie des ressources. « Notre financement reste stable. Il est en légère hausse pour les structures qui offrent des possibilités d’hébergement comme les Ehpad, car il se fait alors en fonction du nombre de lits, souligne la directrice générale. Nous avons aussi la chance d’avoir des bénévoles très professionnels et très impliqués, comme les médecins et infirmiers qui assurent les permanences santé pour les demandeurs d’asile ou les réfugiés. » Le diaconat reçoit peu de dons et d’offres de mécénat. « On a essayé de lancer le mécénat d’entreprise mais nous n’avons eu pour l’instant des contacts qu’avec deux entrepreneurs. Leurs fonds nous ont permis de financer en partie l’accueil de jour pour les personnes en errance. », conclut Marie-Anne Laffond.

Vous pourriez aimer aussi

Le financement participatif gadget ou réel intérêt ?

Que représente la part de l’argent récolté pour les associations d’aide à la personne et les ONG ? Quels sont les écueils à éviter ?

Un contenu proposé par Proteste

Plus besoin de gens que d’argent !

Quel éclairage donner sur le métier de trésorier d’une association cultuelle ? Je n’ai pris mes fonctions qu’en mai dernier, mais voici ce que je retiens de ma courte expérience, ce qui est bien évidemment personnel.

Un contenu proposé par Proteste

Le protestantisme et l’argent

Une des innovations majeures de la Réforme en matière économique est l’affirmation que l’homme peut plaire à Dieu par son travail.

Un contenu proposé par Proteste
3 questions à Jérôme Delaunay

3 questions à Jérôme Delaunay

Directeur adjoint en charge des ressources à la fondation de l’Armée du salut France, Jérôme Delaunay s’occupe des legs depuis plus de deux ans, à travers des relations privilégiées avec les testateurs.

Un contenu proposé par Proteste

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Proteste

Proteste est la revue d’information et de réflexion de la Fédération de l’Entraide Protestante. Elle propose de nourrir en permanence les ressorts de l’action : savoir, réfléchir et affirmer !

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants