La Frat’ un lieu pour les femmes ?

La Frat’ de Trappes, un lieu pour les femmes

A la Fraternité de Trappes, les activités avec les femmes du quartier sont des occasions de parler de ce dont on ne parle pas ailleurs.

Un contenu proposé par Présence

Publié le 31 mai 2016

Auteur : Valérie Rodriguez

La Fraternité de Trappes accueille des personnes de différentes nationalités, langues, et religions. Ce brassage de cultures, d’idées, de points de vue est essentiel, en particulier pour les femmes, qui souvent sortent peu et trouvent à la Miss Pop un lieu ouvert, un lieu d’écoute, d’accueil et de paroles. Dans cet espace ouvert, où l’on est pas épié par la voisine, on peut exprimer une idée différente, confronter son point de vue avec celui d’une bénévole dont la parole ouvre parfois un champ des « possibles » infini.

« Ici on peut parler de tout » nous dit l’une des femmes des ateliers de français… Et ce jour là, on explique à une jeune maman de Libye comment mettre un suppositoire à son fils de 5 ans : « Je ne peux pas demander ça au docteur, j’ai honte, ici je peux »

Dans l’après-midi, un atelier « santé » animé par une association partenaire va permettre de présenter aux femmes les différents moyens de contraception qui existent… Certaines sont très ignorantes bien que déjà mères… Elles sont heureuses de découvrir, de connaître et posent de nombreuses questions, sans tabou, ni honte aucune…

Tant de questions

Les séances ASL (ateliers socio-linguistiques) du mardi après-midi sont réservées aux femmes (les autres séances étant mixtes) et ces séances, dites de « convivialité » ont justement pour objectif de permettre aux femmes de parler, de poser des questions, de s’exprimer en toute liberté. Elles sont souvent demandeuses et posent des questions sur tous les sujets : « Andrée, parles-nous de la religion, comment on fait dans une Église, il faut enlever ses chaussures ? » – « C’était qui les rois de France ? » – « Mon mari, il a le droit de prendre ma carte d’identité ? »

Pour certaines femmes, victimes de violences conjugales, la Frat est aussi le lieu où, certes on les accompagne dans leurs démarches de divorce si c’est ce qu’elles souhaitent mais le lieu aussi où elles peuvent pleurer, en toute liberté, exprimer leur souffrance, leur peur, leur ras-le-bol, un lieu où l’on s’épanche… « Je ne peux en parler à personne, ma famille n’est pas en France et je n’ai pas d’amies, avec vous je peux parler… »

Le seul endroit

Enfin, sur le plan des convictions religieuses, la Frat est aussi, pour les femmes, un lieu de liberté… La pression sociale, culturelle ou religieuse est parfois forte à Trappes et certaines femmes ne se sentent pas complètement libres de leurs choix. A la Frat, elles ont la possibilité d’exprimer cette « tension » qu’elles vivent, pour certaines, au quotidien et de s’approprier cet espace de liberté qui leur est offert.

Les femmes que nous accueillons sont souvent fragilisées par leur situation de vie et le contexte dans lequel elles évoluent (manque de maîtrise du français ou de l’écrit, précarité, pression sociale, etc.). Il est essentiel que la Frat leur offre un espace de liberté, un lieu ouvert et accueillant, dans lequel la parole est libre et qui aide à se remettre debout, à se remettre en route. La Frat est aussi, pour certaines femmes, le seul endroit où elles vont pouvoir rencontrer des personnes qui n’ont ni la même religion, ni le même mode de vie, ni la même langue, c’est donc pour elles, l’unique occasion de s’ouvrir à l’altérité. Nous sommes heureux d’ouvrir pour ces femmes quelques portes, un petit pas vers la liberté, l’égalité et la fraternité…

 

Dans la même rubrique...

Un culte au Désert… dans les Deux-Sèvres

Il fallait oser. Oser recommencer, dans une situation sanitaire incertaine, ce culte qui ne se tenait plus depuis 2014.

Un contenu proposé par Protestant de l’Ouest

Un vent de dynamisme chez les anglicans

Des dizaines d’initiatives locales ont vu le jour. Andy Buckler, pasteur à la paroisse de Kensington à Londres, qui gère l’un de ces projets, apporte son éclairage sur le dynamisme anglican.

Un contenu proposé par Réveil

Le Gymnase Lucie Berger fête ses 150 ans

Le vendredi 15 octobre, l’établissement scolaire protestant, le Gymnase Lucie Berger à Strasbourg, fêtera son 150e anniversaire. C’est le 16 octobre 1871, sous l’impulsion du pasteur François Haerter et du comité de la Maison des Diaconesses de Strasbourg, que s’ouvre cette institution scolaire au cœur de la cité.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Le Défap fête ses 50 ans

Du 10 au 19 septembre, le Défap, le Service protestant de mission ouvre ses portes au 102 boulevard Arago à Paris dans le cadre de son cinquantenaire.

Un contenu proposé par Église protestante unie de France – Infos

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Présence

Présence est le journal de la Mission populaire évangélique de France. Il paraît 2 à 4 fois par an et propose notamment des nouvelles de 13 « Frats » (lieux d’accueil) du mouvement.
NB : de nombreuses actualités sont également relayées sur le blog Blog pop.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants