Histoire

Le Concordat et les protestants français

Le volet concernant les cultes réformé et luthérien de France est contenu dans les soixante-dix-sept Articles organiques que Bonaparte ajouta unilatéralement le 8 avril 1802 au Concordat.

Un contenu proposé par Le Protestant de l'Ouest

Publié le 25 juin 2021

Lire directement l’article sur Le Protestant de l'Ouest

En signifiant une neutralité de fait de l’État en matière religieuse – le catholicisme n’est plus que la religion de la majorité des Français – ces décrets s’intègrent dans le processus de laïcisation propre à la France et parachevé en 1905.

Mais les Articles organiques s’inscrivent aussi dans la chronologie particulière du protestantisme français : ils sont promulgués cent ans après la guerre des Camisards qui, avec la Révocation de l’édit de Nantes, représente le paroxysme de l’anti-protestantisme catholique et royal. À une échelle plus courte, une génération les sépare des dernières épreuves subies par le protestantisme du Désert et seulement treize ans de l’acte libérateur de la Révolution française.

Une reconnaissance officielle des cultes protestants

C’est donc un protestantisme rescapé et fragile qui se voit octroyer une liberté certes incomplète mais jugée probablement inespérée par la génération porteuse de la mémoire des persécutions.
Bonaparte avait agi en despote éclairé autant qu’en fils de la révolution en promulguant les Articles organiques dont le bénéfice allait être étendu au judaïsme français. En homme des Lumières à la spiritualité floue, il était sensible à l’égalité de traitement et se méfiait d’un anti-protestantisme source de désordre et d’immixtion de la papauté dans les affaires de la France ; en outre, ses ambitions européennes le conduisaient à envisager l’administration de territoires pluriconfessionnels. Et c’est de façon autoritaire qu’il organisa les cultes réformé et luthérien, n’ayant retenu des consultations menées par Portalis que ce qui l’intéressait.
Le premier acquis, à l’importance symbolique considérable, fut la reconnaissance officielle des cultes protestants, dont les représentants furent désormais invités aux cérémonies publiques ; les pasteurs recevaient un traitement de l’État mais étaient astreints à un serment de fidélité. Une faculté de théologie fut établie à Montauban (au lieu de celle de Lausanne). Une organisation d’esprit napoléonien prévoyait une Église consistoriale dès que 6000 protestants étaient décomptés : cela supposait des regroupements de paroisses, car en zone rurale, peu d’Églises locales atteignaient ce chiffre. Ainsi le protestantisme urbain se trouva favorisé, ce qui fit le jeu des notables, d’autant que le système électif propre aux Églises protestantes était limité par un régime censitaire excluant les couches populaires. Si les paroisses ne bénéficiaient pas d’organes délibératifs propres, rien n’existait non plus au-dessus des consistoires : les Synodes provinciaux et nationaux restaient interdits, car  […]

Lire la suite sur Le Protestant de l'Ouest

Vous pourriez aimer aussi

Au diable la crise !

Découvrez l'édito du numéro de juin-juillet-août de Paroles protestantes Paris dont le dossier de une est : "Frères et sœurs… devant Dieu !"

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris

Révolution en cours à la radio

Lors de son assemblée générale le 17 mars 2021, la radio Fréquence protestante a présenté un plan d’action pour s’adapter aux évolutions technologiques et développer sa mission de témoignage.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris

Le féminisme entre évolutions du droit et des mentalités !

Intégrer un changement profond dans la société passe nécessairement par un cheminement. Prises de conscience, luttes, situations exemplaires et effritement des résistances sont les phases successives menant à une évidence qui ne fait plus débat.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Protestant de l’Ouest

Lancé le 1er juillet 2020, le site web Le Protestant de l’Ouest a pris le relais de Protestant de l’Ouest, mensuel de l’Église protestante unie de France (EPUdF). Sa mission reste inchangée : promouvoir la pensée protestante, former, informer, échanger et transmettre le message du Christ.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast