Espoirs

Le label Eglise verte et les jeunes

Après la création du label Église verte, celui-ci s’élargit et développe Église verte jeunes et Pollen d’Église verte, à destination des jeunes en aumônerie ou proches de leurs Églises.

Un contenu proposé par Le Cep

Publié le 9 novembre 2020

Auteur : Nicolas Boutié

Jean-Pierre Charlemagne, membre du Comité de pilotage, nous raconte.

Le site Église verte annonce des nouveautés concernant la jeunesse ?

Depuis plusieurs mois, alors que le nombre des Églises locales engagées dans le Label ne cessait d’augmenter, une demande forte concernant la jeunesse est remontée au Comité de pilotage. Ce travail a mobilisé une équipe œcuménique de responsables de mouvements de jeunesse, de scoutisme et d’aumôneries étudiantes. Vous annoncez le lancement d’Église verte jeunes et Pollen d’Église verte.

Pourquoi deux démarches ?

L’équipe s’est rapidement rendu compte que cibler la jeunesse dans la perspective du Label, c’est considérer deux publics bien différenciés : – les jeunes membres de mouvements, type aumôneries ou autres, disposant d’une certaine autonomie dans la gestion de leur structure, de leur bâtiment, de leurs projets ; – les adolescents (collèges, lycées), participants de groupes de jeunes animés et/ou accueillis par leur paroisse. Autant aux premiers il était possible d’offrir une démarche proche de celle proposée aux Églises, c’est-àdire un projet de progression dans la durée, basée sur un écodiagnostic et des niveaux à atteindre et à dépasser. Pour les seconds, les « ados », il fallait prendre en compte leur contexte foncièrement différent : des activités en principe calées sur le calendrier scolaire et des locaux dont ils n’ont pas la gestion.

Justement, j’ai vu le logo plutôt original pour ne pas dire surprenant de Pollen d’Église verte…

Parfaitement… Première remarque: ce logo, comme celui des jeunes, a été proposé par les jeunes concernés. Ensuite, les deux logos portent la mention Église verte pour bien marquer que ces deux démarches s’ancrent dans un projet d’Église. Et enfin le logo Église verte jeunes conserve le vitrail multicolore qui fait lien avec la spiritualité, cœur du Label ; les autres déclinaisons en préparation respecteront ce principe. Pour les ados, en raison de leur contexte très spécifique, il fallait inventer une dynamique différente. Ce logo avec une abeille sur une fleur symbolise l’engagement pour l’écologie, le lien dans l’Église locale, avec les adultes, tel le pollen qui féconde de nouvelles initiatives…

Et, concrètement, comment cela se passe-t-il ?

La démarche Pollen d’Église verte se vit en trois temps, après l’inscription sur le site Église verte : – réfléchir : les jeunes sont tout d’abord invités à faire un « état des lieux » à l’aide de fiches abordant cinq thèmes : spiritualité, locaux et matériel, alimentation, activités de sensibilisation à l’écologie, mobilité ; – changer : choisir en groupe des actions pour s’engager pour la sauvegarde de la Création et la croissance de la fraternité. Il est important que ces actions soient concrètes et réalisables sur une année scolaire afin que les jeunes puissent voir le résultat de leur projet ; – partager : inviter les jeunes à présenter leurs réflexions et les engagements du groupe, avec les responsables de la paroisse, pour faire avec eux un état des lieux plus large de la communauté et proposer des pistes d’actions ensemble. Les plus belles réalisations, celles qui contribuent à faire bouger l’Église, seront récompensées. Un comité national, réunissant plusieurs mouvements de jeunes chrétiens, se réunira fin mai 2021 pour étudier ce que les groupes de jeunes auront mis en place, en particulier dans leurs paroisses, et attribuer des récompenses.

Vous pourriez aimer aussi

Pourquoi la théologie a mis des décennies à être verte ?

Le livre « Église et écologie, La révolution à reculons » rend compte des difficultés rencontrées par les Églises en matière de révolution écologique.

Un contenu proposé par Réformés

Mort et vie de l’écologie au sein du protestantisme français

Pasteur et chargé de mission pour la justice climatique de l’UÉPAL, Jean-Sébastien Ingrand retrace la longue et difficile maturation des questions écologiques dans le protestantisme français.

Un contenu proposé par Forum protestant
Le retour du plastique ne mettra pas fin à la pandémie

Le retour du plastique ne mettra pas fin à la pandémie

La crise sanitaire a fait progresser le recours au plastique à usage unique, pourtant loin d’être un gage de sécurité selon les scientifiques et représentants du label Église verte.

Un contenu proposé par Réforme

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Cep

Mensuel de l’Église protestante unie de France, Le Cep propose à ses lecteurs des nouvelles des Églises locales de la région Cévennes-Languedoc-Roussillon et plus largement, des réflexions sur les sujets de société.

Derniers contenus du partenaire