Le réformateur Thomas Müntzer

Le réformateur Thomas Müntzer

Les 500 ans de la Réforme nous donnent l’occasion de nous rappeler que le 16e siècle a vu se lever une nuée de réformateurs. Gros plan sur Thomas Müntzer.

Un contenu proposé par Ensemble - Sud-Ouest

Publié le 10 juillet 2017

Auteur : Christophe Jacon

Thomas Müntzer est né vers 1490. Après ses études de théologie, il est le premier en 1519 à être qualifié de « martinien », sobriquet qu’on donnait aux partisans de Luther. Celui-ci le nomme pasteur à Zwickau. Sa prédication radicale soulève la population locale et les autorités l’invitent à aller prêcher ailleurs. La même aventure va lui arriver à Prague et à Allstedt. Dans ce dernier cas, il doit fuir et trouve refuge à Mühlhausen. Là, il a une influence certaine sur l’organisation de la révolte des paysans qui sera durement réprimée par les princes et condamné par Luther.

Le Christ « amer »

Si Müntzer s’est très tôt rallié aux idées luthériennes, il s’en est aussi très vite écarté. Pour lui, la pensée de Luther est trop « intellectuelle », théorique. À quoi sert-il d’affirmer que Dieu, en Christ, nous rend « justes » si cela n’a aucune conséquence dans notre vie de tous les jours ? À quoi rime une doctrine qui prétend que quels que soient les actes que le croyant commet, il trouvera le pardon dans les bras de Dieu ? Ce ne peut être au mieux qu’un oreiller de paresse ! Et c’est là le plus vif reproche de Müntzer. Selon lui, Luther fait une trop large place au « Christ doux » et néglige le « Christ amer » : « seuls ceux qui ont expérimenté la mortification de la chair peuvent véritablement connaître le Christ. La foi qui justifie et qui apporte la connaissance du salut naît dans l’expérience du Christ amer » (Packull). C’est à ce prix que le croyant peut vivre une vie nouvelle, avoir une pensée nouvelle et poser des actes nouveaux.

Les « ânes pétants »

Mais il n’y a pas que sur le plan de la foi que Müntzer s’écarte des positions de Luther. Sur la Parole de Dieu aussi. Pour lui, l’Écriture ne contient que des récits d’expérience de la foi. La Parole de Dieu n’est pas accessible que par la seule Écriture. Sinon comment feraient « les analphabètes » (la majorité du peuple) ? Ils ne pourraient qu’être dépendants des spécialistes du texte biblique qui ne sont pour lui que des « ânes pétants » et des « cochons voluptueux » ! T. Müntzer plaide donc pour une connaissance directe, immédiate (sans aucun médiateur) de la Parole de Dieu, par l’Esprit. La Parole intérieure révélée par le Saint-Esprit a une autorité supérieure à celle des savants.

Théologie politique

Thomas Müntzer estimait que l’injustice et la tyrannie pouvaient empêcher la transformation intérieure : « La pauvreté force l’homme à se préoccuper des choses élémentaires de la vie ; la richesse pousse à l’opulence égoïste » (Packull). Il faut donc lutter avec énergie contre la pauvreté et contre la richesse. Et puisque les puissants ne veulent pas rompre avec leurs privilèges, il faut que le peuple abatte la tyrannie. Ce n’est qu’à ce prix qu’une société nouvelle pourra voir le jour, « basée sur l’aide et le partage mutuels », qui mettrait en œuvre une réelle communauté des biens et promouvrait l’égalité de tous.

Une pensée pillée mais jamais reprise

La pensée de Thomas Müntzer est originale. La transformation intérieure, l’importance de l’Esprit sont des traits que l’on retrouve aujourd’hui encore dans de nombreuses communautés évangéliques. Mais la pensée de Müntzer peut être actuelle et pertinente pour nous pour une autre raison. La distinction entre le « Christ amer » et le « Christ doux » n’est pas sans rappeler la différence que D. Bonhoeffer faisait entre « la grâce qui coûte » et la « grâce à bon marché ». Certes la grâce est abondante mais elle est aussi exigeante. Elle conduit à une transformation-sanctification. Sans pour autant envisager celle-ci comme une épreuve. Elle est un parcours qui prend du temps et qui demande de l’aide : celle de Dieu. Et de Dieu seul !

Protestants 2017 PFP

Dans la même rubrique...

Et nous, osons-nous parler de ce qui nous fait vivre ?

Bible en main, c’est le projet de l’Église protestante unie de Limoges. Imaginé en 2018, il est toujours d’actualité.

Un contenu proposé par Le Protestant de l’Ouest

Le catéchisme : une lanterne pour la vie

C’est la rentrée pour le catéchisme aussi. Une exploration de la vie pour les enfants à partager, pourquoi pas, entre copains !

Un contenu proposé par Réformés

Attention aux autres et pardon réciproque

Voici une rentrée que nous souhaiterions comme les autres, après l’été qui fera bientôt place à la saison suivante.

Un contenu proposé par Réveil

Diacre, pour porter des projets

Depuis deux ans, Sylvie Michel exerce la fonction de diacre au sein de la paroisse de Colmar. Créé pour soutenir une action d’aide à la scolarité dans un des quartiers sensibles de la ville, ce ministère participe à fédérer les communautés autour d’un projet d’Église.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Ensemble – Sud-Ouest

Mensuel de l’Église Protestante Unie de France en Sud-Ouest, il offre à ses lecteurs un apport spirituel, des informations sur leur église sur le plan local, mais aussi sur l’Église au niveau national et international. Enfin, le journal Ensemble veut aider ses lecteurs à penser bibliquement les problèmes du monde contemporain.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants