témoignage

Maintenir le lien avec les détenus

En ces temps, mon ministère d'aumônier d’établissement pénitentiaire est, comme d’autres, affecté par les mesures sanitaires avec plus ou moins de souplesse selon les directeurs d’établissement.

Un contenu proposé par Réveil

Publié le 11 mars 2021

Catherine Bergeron témoigne de la vie à la maison d’arrêt de Varces (38) en période de mesures sanitaires liées au Covid-19. Elle évoque les liens qu’elle maintient avec des détenus doublement enfermés.

Limiter les contacts

En pratique, en tout cas en ce qui concerne le centre pénitentiaire dans lequel j’interviens, cela revient à limiter les contacts : plus de visites en cellule, plus d’accès au quartier des arrivants, aux quartiers d’isolement ou disciplinaire. Les rencontres se font au parloir des avocats, mais à l’invitation de l’aumônier et les détenus hésitent à y aller. L’anonymat n’y est en effet plus respecté. Quant aux cultes, après avoir été supprimés, ils ont été rétablis avec un nombre limité de participants et sans célébration de la cène. En ce sens, les mesures de « l’extérieur » rentrent à « l’intérieur », rajoutant une restriction des relations personnelles aux conditions de détention.

Garder le lien coûte que coûte

Cependant, les détenus en comprennent bien les raisons ; ils se réjouissent des rencontres possibles autant que les aumôniers. Nous maintenons le plus possible le lien, en particulier par les échanges écrits. Quelles que soient les conditions, la mission reste la même : être au nom du Christ auprès des personnes en retrait, en souffrance, en solitude et continuer à leur dire que, malgré tout, ils sont enfants de Dieu. Ce ministère, tel qu’il est dans les conditions telles qu’elles sont, continue à s’appuyer sur le texte de l’évangile de Matthieu 25.31-46 : « Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi. » Il y aura des temps meilleurs pour chacun de nous…

Dans la même rubrique...

Le pasteur Fernand Frantz

Rencontre avec un personnage remarquable : un parpaillot engagé de longues années dans le ministère et dans les relations œcuméniques.

Un contenu proposé par Ensemble – Sud-Ouest

Une évêque à l’image de l’Église d’Angleterre

Nouvellement nommée évêque de Chelmsford, à l’est de Londres, et arrivée il y a peu dans son diocèse, Guli Francis Dehqani est à l’image de l’Église d’Angleterre aujourd’hui, par son histoire personnelle et par ses engagements actuels face aux défis de l’Église et de la société britanniques.

Un contenu proposé par Réveil

En immersion chez les orthodoxes polonais

Cet été, le consistoire allemand de Balingen et les Équipes unionistes luthériennes (EUL) ont emmené une dizaine de jeunes dans la région de Lublin en Pologne, à la frontière du Belarus.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

« Priez pour nous ! »

Ces mots, Michel Varton les a entendu bien des fois lors de ses visites et contacts avec les chrétiens persécutés. Ce livre est une réponse à cette demande, avec des pistes pour entrer dans cette prière attendue.

Un contenu proposé par Blog de la librairie 7ici

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réveil

Mensuel de l’Église protestante unie de France, Réveil propose à ses lecteurs des nouvelles des Églises locales de la région Centre-Alpes-Rhône et plus largement, des réflexions sur les sujets de société.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast