témoignage

Maintenir le lien avec les détenus

En ces temps, mon ministère d'aumônier d’établissement pénitentiaire est, comme d’autres, affecté par les mesures sanitaires avec plus ou moins de souplesse selon les directeurs d’établissement.

Un contenu proposé par Réveil

Publié le 11 mars 2021

Catherine Bergeron témoigne de la vie à la maison d’arrêt de Varces (38) en période de mesures sanitaires liées au Covid-19. Elle évoque les liens qu’elle maintient avec des détenus doublement enfermés.

Limiter les contacts

En pratique, en tout cas en ce qui concerne le centre pénitentiaire dans lequel j’interviens, cela revient à limiter les contacts : plus de visites en cellule, plus d’accès au quartier des arrivants, aux quartiers d’isolement ou disciplinaire. Les rencontres se font au parloir des avocats, mais à l’invitation de l’aumônier et les détenus hésitent à y aller. L’anonymat n’y est en effet plus respecté. Quant aux cultes, après avoir été supprimés, ils ont été rétablis avec un nombre limité de participants et sans célébration de la cène. En ce sens, les mesures de « l’extérieur » rentrent à « l’intérieur », rajoutant une restriction des relations personnelles aux conditions de détention.

Garder le lien coûte que coûte

Cependant, les détenus en comprennent bien les raisons ; ils se réjouissent des rencontres possibles autant que les aumôniers. Nous maintenons le plus possible le lien, en particulier par les échanges écrits. Quelles que soient les conditions, la mission reste la même : être au nom du Christ auprès des personnes en retrait, en souffrance, en solitude et continuer à leur dire que, malgré tout, ils sont enfants de Dieu. Ce ministère, tel qu’il est dans les conditions telles qu’elles sont, continue à s’appuyer sur le texte de l’évangile de Matthieu 25.31-46 : « Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi. » Il y aura des temps meilleurs pour chacun de nous…

Dans la même rubrique...

Le chic protestant existe-t-il ?

La tenue austère des pasteurs aurait-elle vécu ? La féminisation du corps pastoral pourrait ouvrir la voie à une toute nouvelle « petite robe noire ».

Un contenu proposé par Campus protestant

La fondation protestante La Cause a fêté ses 100 ans

La Cause a fêté son centenaire samedi 26 juin au Palais de la femme à Paris. Les festivités avaient été décalées d’un an à cause de la pandémie.

Un contenu proposé par Évangeliques.info

« Vivre et espérer »

« Espérer, c’est traverser la détresse sans être écrasé par elle ». Cette citation d’André Dumas inspire Véronique Mégnin, bénévole à la Frat’Aire, pour une méditation très concrète.

Un contenu proposé par Blog pop

Futur temple à Champigny, près de Paris

Le projet du Grand-Paris ouvre des perspectives à certaines paroisses. Celle de Champigny se retrouve au cœur de la ligne 15 du métro, une opportunité rarissime. Un nouveau temple s’y dressera bientôt pour servir un nouveau projet.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réveil

Mensuel de l’Église protestante unie de France, Réveil propose à ses lecteurs des nouvelles des Églises locales de la région Centre-Alpes-Rhône et plus largement, des réflexions sur les sujets de société.

Derniers contenus du partenaire