spiritualité

Quand le chant réveille les Eglises

Le Réveil qu’a connu le protestantisme n’est pas que spirituel, il est aussi musical. Le cantique vient renforcer la prédication et son message. Par Olivier Papillon, musicologue.

Un contenu proposé par Réveil

Publié le 23 août 2021

À la fin du XVIIIe siècle, parallèlement aux courants de pensée philosophiques, s’exprime le besoin d’une piété plus sentimentale et émotionnelle, d’une foi axée plus sur le sentiment que sur le dogme ou l’intellect ; bien sûr cela passe aussi par la musique. Les frères moraves, mouvement protestant dans la lignée du réformateur Jean Hus, ont pratiqué des cantiques différents du corpus des psaumes et des chants de la tradition luthérienne. Le comte Zinzendorf, un de leurs évêques (1700-1760), considérait le chant comme « un moyen bien approprié, voire le plus important pour exprimer la joie émanant de la foi et pour constituer une communauté. »

Le cantique romantique

Il instaura des « Singstunden », heures de chanter, où on enchaînait les cantiques, comme une sorte de prédication chantée, qui étaient pour lui presque aussi importants que la cène, pour exprimer le bonheur de la paix du ciel. Goethe dira de ces cantiques dans son roman Wilhem Meister : « l’originalité et la naïveté de l’expression m’attiraient. » Ces cantiques dans la lignée de la piété baroque (je pense aux Membra Jesu Nostri de Buxtehude) sont souvent focalisés sur le sang versé et les plaies ouvertes du Christ.

Dans le monde anglophone, ce sont les frères Wesley, dont le mouvement de réveil conduira au méthodisme, qui ont instauré un nouveau mode d’expression spirituelle. Pratiquant une prédication en plein air, le chant devient un support pour la piété personnelle et l’évangélisation. Les hymnes ne parlent pas de Dieu, mais s’adressent à lui, les auditeurs passifs deviennent actifs.

En 1817, se crée à Genève une Église « libre » dégagée de tous liens avec l’État. Des pasteurs comme Ami Bost, dont le père était responsable d’un groupe morave, ou César Malan vont composer des cantiques qui seront chantés dans tous les pays protestants, dans le style des cantiques romantiques anglo-saxons.

Ce réveil genevois marquera aussi le protestantisme français dans les années 1820-1850. Le premier recueil de cantiques de réveil dans ce pays est publié en 1834 par Ascan Henri Théodore Lutteroth et connaîtra de nombreuses rééditions.

Une volonté d’évangéliser

L’idée est toujours de relier l’expression d’une foi personnelle à une volonté d’évangélisation, ainsi cette forme de musique a particulièrement bien résonné en 1850 lors de la fondation de l’Église du Luxembourg, rue Madame à Paris, qui voulait apporter la bonne nouvelle dans le Quartier latin.

Dans nos recueils, nos cultes, nos cœurs et nos oreilles, ces cantiques sont toujours vivants. Par exemple : Ô Jésus, tu nous appelles (Zinzendorf), Seigneur, que n’ai-je mille voix (Charles Wesley), Non point à nous Seigneur (Ami Bost), Mon Dieu, mon Père (César Malan)…

Le langage musical est bien différent de celui de JS Bach, mais on garde une harmonie riche, avec beaucoup d’accords de septième diminuée, on chante à plusieurs voix, et ces chants sonnent particulièrement bien avec des orchestres d’instruments à vent en plein air, on n’est pas loin parfois du style des chants patriotiques. La chorale devenue amateur est une activité centrale de la vie paroissiale. Et comme l’esprit de la Réforme est « semper reformanda », l’esprit du Réveil est toujours à relancer.

Dans la même rubrique...

Échange entre protestants Français et Béninois

Une délégation de l’Église protestante méthodiste du Bénin était de passage courant mai en France – à Royan d’abord, puis à Paris. En novembre prochain, ce sont des protestants de Royan qui seront à leur tour reçus au Bénin.

Un contenu proposé par Défap

Sculpter pour donner la vie

Pascale Hamelin est sculptrice. C’est aussi une protestante engagée. Elle nous a ouvert les portes de son atelier au Pecq, dans les Yvelines. L'occasion d'en savoir un peu plus sur son parcours, son processus créatif et ses œuvres.

Un contenu proposé par Campus protestant

Les lieux de la musique

En région Cévennes–Languedoc-Roussillon (CLR), des lieux de musique ont vu le jour depuis quelques années. Le plus souvent rattachés à une Église locale, ils ont parfois une existence indépendante. Partons en musique découvrir la région.

Un contenu proposé par Le Cep

Accompagner l’Église protestante de Guyane

Petite communauté d’une trentaine de familles, l’Église protestante de Guyane bénéficie d’un accompagnement du Défap.

Un contenu proposé par Défap

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réveil

Mensuel de l’Église protestante unie de France, Réveil propose à ses lecteurs des nouvelles des Églises locales de la région Centre-Alpes-Rhône et plus largement, des réflexions sur les sujets de société.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast