Quarante ans de sens

Quarante ans de sens

L'Intervention d'Olivier Brès, président de la MPEF, à l’occasion des quarante ans de la Mission Populaire de Trappes, le 29 septembre 2018.

Un contenu proposé par Présence

Publié le 1 octobre 2018

Auteur : Olivier Brès

La « Fraternité », c’est le nom que nous donnons souvent aux lieux où la Mission Populaire est présente. Ce beau nom de Fraternité qui est porté par la République et partagé par des hommes et des femmes de diverses traditions spirituelles et philosophiques. La Mission Populaire est née il y a près de 147 ans. Elle a évolué, elle a cherché régulièrement à être présente dans les lieux, les villes, les quartiers qu’on appelait populaires. En tout cas des lieux où avec des femmes et des hommes il était nécessaire et possible de chercher ensemble à échapper aux soi-disant déterminismes sociaux et à construire un avenir, à la fois individuel et collectif.

Trappes est un de ces lieux, une de ces villes qui – justement – a montré et continue à montrer comment il est possible, malgré les difficultés et les jugements, de résister à la stigmatisation et de faire émerger des destins individuels et des projets collectifs.

Aujourd’hui la Mission Populaire travaille sur ses objectifs. Elle a défini trois axes de travail. Une action sociale qui permette aux participants, aux habitants, au travers des activités proposées, de développer leur « pouvoir d’agir », la prise en charge personnelle et collective de leur existence. Une dimension politique, dans le sens d’une attention aux conditions de vie qui sont faites aux plus fragiles, d’une réflexion qui dépasse l’aide immédiate, avec la volonté d’engager les plaidoyers nécessaires et d’avancer des propositions.

Enfin nous voulons avec chacun, bénévoles, salariés, adhérents des Fraternités, susciter des occasions de partager sur nos raisons de vivre, d’espérer, de lutter, de résister. Nous considérons que nous ne sommes pas que des consommateurs, qu’il y a en chaque personne des ressources spirituelles, qu’il vaut la peine d’exprimer, de discuter avec d’autres, pour mieux vivre chacun et tous ensemble.

Permettez-moi de dire pour terminer combien le Mouvement de la Mission Populaire est reconnaissant (et fier !) pour les engagements des membres de la Fraternité de Trappes, pour le travail de Valérie sa directrice, des salariés et des bénévoles. Et combien votre présence manifeste que cette présence depuis 40 ans a toujours du sens… et continuera à en avoir.

Vous pourriez aimer aussi

À Nîmes, l'accueil des migrants est spontané et naturel

À Nîmes, l’accueil des migrants est spontané et naturel

Une partie des locaux de la Fraternité de Nîmes est ainsi destinée à héberger et à accompagner des personnes migrantes.

Un contenu proposé par Proteste
La fabrique de la fraternité

La fabrique de la fraternité

Et si la « période de recul des droits sociaux » que nous connaissons actuellement permettait finalement aux citoyens d'exercer plus leur fraternité dans notre société ?

Un contenu proposé par Forum protestant
Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin…

Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin…

C’est autour de cette interrogation « Comment faire mouvement ensemble ? » qu’une quarantaine de membres des diverses Fraternités s’est retrouvée le dimanche 30 septembre dernier à l’occasion des « journées de rentrée » de la Mission Populaire.

Un contenu proposé par Présence

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Présence

Présence est le journal de la Mission populaire évangélique de France. Il paraît 2 à 4 fois par an et propose notamment des nouvelles de 13 « Frats » (lieux d’accueil) du mouvement.
NB : de nombreuses actualités sont également relayées sur le blog Blog pop.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast