Un temps de prières de Taizé pour se retrouver avec Dieu ?

Un temps de prières pour se retrouver avec Dieu ?

Dans nos communautés, il y a des idées qui dynamisent une vie de foi et une vie d’Église. Pascal Lefevbre, pasteur de Tonneins-Marmande, nous parle des prières du soir de Taizé.

Un contenu proposé par Ensemble - Sud-Ouest

Publié le 29 avril 2018

Auteur : Christophe Jacon

Qu’est-ce que ce temps de prières de Taizé ?

Pascal Lefevbre : C’est un groupe de prières, ouvert à tous, qui se réunit régulièrement en soirée. Il a pour objet de proposer un temps calme et méditatif de ressourcement. Ce n’est pas un culte, ni un temps de prière classique. C’est un temps « spi » où l’on se retrouve soi-même, autour de chants de Taizé, lectures bibliques, temps de silence et de prières.

Comment est né ce groupe à Tonneins – Marmande ?

Il n’y avait pas de groupe de prières dans notre paroisse. Nous avions envie de lancer quelque chose de nouveau, qui corresponde à un besoin. Les gens ont besoin de temps de ressourcement personnel et d’intériorité. Plutôt que de pratiquer la méditation ou la prière, seul(e), chez soi, pourquoi ne pas le faire collectivement ? C’est plus encourageant et stimulant.

Comment se passe une réunion ?

Ce temps de prières est axé sur le ressourcement intérieur. Nous nous réunissons dans une salle confortable, avec des tapis, des coussins, des bougies, dans une ambiance feutrée et chaleureuse. La réunion commence par un mot d’accueil et de louange. Ensuite, nous avons quatre chants de Taizé à plusieurs voix, pour entrer dans le bain de la prière. Les chants de Taizé sont beaux et brefs. La répétition permet de lâcher le mental. Ensuite, nous écoutons un psaume et nous chantons à nouveau. Puis, un passage de l’Évangile est proposé avec un bref commentaire (qui ne doit pas être une longue prédication, ni une explication intellectuelle). Ce commentaire ouvre un temps de silence. (Nous avons rarement des temps de silence dans nos cultes. Ici, c’est nécessaire.) Puis, nous chantons à nouveau. Et pour terminer, nous pouvons avoir, soit un temps particulier avec un geste symbolique (en rapport avec le texte de l’Évangile sélectionné ou le thème choisi), soit un temps de prière partagé : une prière d’intercession, qui se conclut par le « Notre Père ». Une parole de bénédiction et deux chants de Taizé signent la fin de la rencontre. En général, nous alternons entre deux formules : une simple et méditative, avec peu d’interventions des participants (à part les lecteurs et musiciens) et une formule avec un temps de partage ou de prières personnelles, où chacun peut s’exprimer.

Quels moyens faut-il pour initier un temps Taizé de prière du soir ?

Il faut un animateur et un musicien (pianiste) et si possible deux ou trois bons chanteurs, pour chanter à plusieurs voix : ce sont des chants simples. Il faut aussi une salle conviviale et investir dans des accessoires : coussins, tapis, petites lampes, bougies.

Quelles conséquences ce temps de Taizé a-t-il pour la vie paroissiale ?

Cela a permis de toucher de nouvelles personnes et d’élargir le public habituel des cultes. Les participants sont des personnes qui ne viennent pas forcément au culte dominical. Notre public est protestant réformé, protestant évangélique, catholique ou aussi hors église ou disséminé. Cette formule répond à un besoin réel de spiritualité, que le culte traditionnel (dans sa forme liturgique, centré sur la prédication) ne satisfait pas forcément.

Quels échos pour la vie personnelle ?

C’est un moment qui apporte du calme intérieur et permet de se retrouver soi-même avec Dieu. C’est un temps aussi pour lâcher ses soucis quotidiens, pour ouvrir son esprit à la transcendance et à la confiance. C’est également une joie de partager ensemble des moments de silence et ces beaux chants de Taizé. C’est une grâce de pouvoir vivre cela ensemble.

Sur le même thème

Ne vous Taizé pas en avril !

Ne vous Taizé pas en avril !

Du 13 au 15 avril, une vingtaine de jeunes entre 20 et 30 ans se retrouveront le temps d’un week-end à Taizé afin de poser la première pierre de l’édifice du Grand Kiff 2020.

Un contenu proposé par Église protestante unie de France – Infos

T comme Taizé

Fondée en 1940 par Roger Schutz, la communauté de Taizé a pour vocation la réconciliation et l’unité entre les chrétiens.

Un contenu proposé par
Rencontres européennes de Taizé à Bâle

Rencontres européennes de Taizé à Bâle

Comme chaque année, les frères de Taizé proposent aux jeunes de se retrouver entre européens de différentes confessions chrétiennes dans une nouvelle ville d’Europe.

Un contenu proposé par Église protestante unie de France – Infos

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Ensemble – Sud-Ouest

Mensuel de l’Église Protestante Unie de France en Sud-Ouest, il offre à ses lecteurs un apport spirituel, des informations sur leur église sur le plan local, mais aussi sur l’Église au niveau national et international. Enfin, le journal Ensemble veut aider ses lecteurs à penser bibliquement les problèmes du monde contemporain.

Derniers contenus du partenaire