Découvrir

Une idée de promenade… sur les pas de Calvin à Bourges

Le passage de Jean Calvin, venu étudier à l’université de 1529 à 1531, a laissé une forte empreinte dans la cité berruyère.

Un contenu proposé par Ouest-Infos

Publié le 25 juillet 2020

Lire directement l’article sur Ouest-Infos

L’université était, à cette époque, un foyer de débats et de diffusion des idées nouvelles. Aujourd’hui, le bâtiment n’existe plus mais l’on sait qu’il se situait au pied de la cathédrale.

Dès le début du XVIe siècle, Bourges, cité universitaire, était un centre d’effervescence et de rayonnement des idées réformatrices. Dans la lignée de l’Humanisme, ces idées nouvelles se diffusaient d’autant plus librement qu’elles étaient en grande partie adoptées par Marguerite d’Angoulême, future reine de Navarre et duchesse de Berry depuis 1517.

Des cultes à la cathédrale !

La cathédrale de Bourges © Élisabeth Renaud

L’imposante et somptueuse cathédrale Saint-Étienne de Bourges participa à cette diffusion. En 1523, Marguerite de Navarre, encouragea son aumônier personnel, Michel d’Arande, moine augustin, à prêcher l’Avent et le Carême à la cathédrale. Plus tard, sous la conduite de Paul Spifame, ancien évêque de Nevers passé au protestantisme, le culte fut même célébré à la cathédrale, que les protestants avaient temporairement investie et appelée « Temple Saint-Étienne » ! Sur le quintuple portail de la cathédrale, les statues sans tête rappellent les destructions perpétrées en 1562 par les troupes de Montgomery et de Jean sieur d’Ivoy, tous deux protestants.

Non loin de là, la grosse Tour, actuellement détruite mais dont on distingue encore l’emplacement sur le sol devant l’hôtel de ville, fut le témoin de la mort d’un moine bénédictin, Jean Michel, accusé de luthéranisme en 1536.

Un médaillon à l’effigie de Calvin

Dans l’hôtel des Échevins, des membres de notables protestants se sont succédé à l’échevinage de 1526 à 1562. Leur métier de commerçant les conduisait à des déplacements, et a favorisé la découverte des idées nouvelles. Aujourd’hui cet hôtel est un musée qui accueille les œuvres de Maurice Estève, peintre local.

Sur une petite place (place Gordaine), se trouve une grosse pierre sur laquelle montaient les crieurs publics. Appelée Pierre de la Criée, elle porte également le nom de Pierre de Calvin même si on peut douter que Calvin eut […]

Lire la suite sur Ouest-Infos

Vous pourriez aimer aussi

A Bourges, un temple à sauver

Fermé depuis le 10 juin 2018 au public, le temple de Bourges, érigé en 1891, doit subir de lourds travaux.

Un contenu proposé par Protestant de l’Ouest

Culte en confinement, l’impossible défi ?

Montages vidéo ou événements en « live », l’élaboration d’un « culte numérique » interroge fondamentalement le sens du culte, dans sa forme et sur le fond.

Un contenu proposé par Protestant de l’Ouest

Une Semaine sainte en Andalousie

Direction plein sud, pour un périple d’une semaine en Andalousie. Fait du hasard, cette semaine-là était la Semaine sainte…

Un contenu proposé par Protestant de l’Ouest

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Ouest-Infos

Lancé le 1er juillet 2020, Ouest-Infos a pris le relais de Protestant de l’Ouest, mensuel de l’Église protestante unie de France (EPUdF). Sa mission reste inchangée : promouvoir la pensée protestante, former, informer, échanger et transmettre le message du Christ.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast