Une défense européenne qui devient cruciale pour trois raisons convergentes : la Russie est dangereuse, l’Amérique est moins fiable, et l’Europe n’y est pas préparée.

La Russie est devenue dangereuse sous Poutine. Nul ne peut en douter depuis la guerre de Géorgie en 2008, l’annexion de la Crimée et la guerre du Donbass en Ukraine, en 2014, puis l’invasion de 2022.

L’Amérique ? Il est loin le temps où l’Europe pouvait compter les yeux fermés sur le parapluie militaire américain en cas d’atteinte à sa sécurité. Que deviendra l’OTAN si Donald Trump est réélu président des États-Unis en novembre ? Lui qui déclara aux dirigeants européens : Payez ou j’encouragerai la Russie à vous envahir!

Car la France est en première ligne du soutien à Kiev. Les menaces de frappes nucléaires de la Russie et les actions de désinformation se multiplient contre elle : étoiles de David peintes sur les murs de Paris, psychose des punaises de lit, mercenaires français soi-disant tués en Ukraine, attaques cyber, subversion de nos intérêts en Afrique (milice Wagner) et Nouvelle-Calédonie. Enfin, des actes terroristes ne sont pas à exclure sur le sol français durant les Jeux olympiques.

N’oublions pas Julien Freund : « Vous croyez que c’est vous qui désignez l’ennemi […]. Du moment que nous ne voulons pas d’ennemis, nous n’en aurons pas, raisonnez-vous. Or c’est l’ennemi qui vous désigne. Vous pouvez lui faire les plus belles protestations d’amitiés. Du moment qu’il veut que vous soyez son ennemi, vous l’êtes ».

Jean-Fred Berger, Général de division (2s), pour L’œil de Réforme