Oui ça m’énerve quand on prétend qu’il faut faire le tri entre des migrants « économiques » et des migrants « politiques », comme s’il fallait faire le tri entre ceux qui ont faim, ceux qui ont peur, ceux qui se terrent, ceux qui fuient la misère ! On quitte rarement son pays pour toujours juste pour le plaisir, pour profiter des minimas sociaux, pour piquer le boulot des français… ça m’énerve !

Oui ça m’énerve quand certains de nos élus du fond de leur geôle dorée prétendent encore nous « gouverner » et se présentent aux élections alors que leurs poches sont trouées et que l’argent des citoyens s’y trouvaient… les emplois fictifs, les abus de biens sociaux, la corruption, ça m’énerve !

Oui ça m’énerve quand on me dit que je prends en « otage » mes concitoyens si je fais grève, quand on me dit qu’il est bon de se taire, de subir en silence et d’être résigné. Ma colère est intacte, elle a besoin de s’exprimer, laissez-moi dire, laissez-moi crier, laissez-moi manifester, brandir mes pancartes et proclamer que je crois encore en la justice, en la solidarité, en la parole libérée … sinon ça m’énerve !

Oui ça m’énerve quand on profane les cimetières, les églises, les mosquées … quand on méprise et méconnait un pan de notre humanité, quand notre France multiculturelle, multicultuelle, multicolore ne sait plus s’écouter, se comprendre et faire ensemble un bout de chemin, ça m’énerve !

Oui ça m’énerve quand j’entends à la radio « égalité des chances » et que je constate « l’égalité des malchances » sur le terrain : logement insalubre, pas de place pour faire ses devoirs, pas de livres ni d’ordinateur à la maison, maman ne sait pas […]