Abraham, une agressivité dissimulée ?

Abraham, une agressivité dissimulée ?

L’apprentissage de la vérité et de l’obéissance est difficile pour Abram, mais indispensable à la vocation que Dieu lui adresse.

Un contenu proposé par Point-Théo

Publié le 12 janvier 2020

Auteur : Alexandre Nussbaumer

Lire directement l’article sur Point-Théo

En Genèse 12, Abram reçoit de Dieu une vocation tout à fait unique : être en bénédiction pour toutes les familles de la terre. Pour ce faire, il lui faudra entrer dans une relation d’alliance avec Dieu. Mais avant cela, Abram devra se mettre en marche : quitter un lieu de ses origines, la maison de son père, aller avec Dieu et à la découverte de lui-même [1].

Des débuts difficiles

Au gré d’une famine, Abram se dirige vers l’Égypte, non sans cogiter sur son sort, qu’il vit avec inquiétude :

Or, au moment d’atteindre l’Égypte, il dit à sa femme Saraï : « Vois, je sais bien que tu es une femme belle à voir. Alors, quand les Égyptiens te verront et diront : “C’est sa femme”, ils me tueront et te laisseront en vie. Dis, je te prie, que tu es ma sœur pour que l’on me traite bien à cause de toi et que je reste en vie grâce à toi » (Gn 12.11-13).

Un mari qui veut être un frère ou même un petit garçon

Antoine Nouis s’amuse des propos d’Abram : « S’il trouve que sa femme est belle, Abraham aurait pu le lui dire avant que sa beauté ne représente un danger pour lui ! [2] » Mais il y a ici plus qu’une taquinerie. Sur la forme tout d’abord, Abram s’adresse à son épouse par une prière « je te prie » (v.13), mais le lecteur ne s’y trompe pas : il y a là une demande insistante à laquelle Abram n’entend pas que Saraï puisse lui répondre par la négative. Cela relève davantage de l’exigence que de la prière. Sur le fond ensuite, Abram présente un enjeu de vie et de mort et particulièrement de sa mort à lui : « ou bien être responsable de sa mort, ou bien être cause d’un beau profit ! On le voit, la manipulation est puissante… [3] » Abram force le trait jusqu’à présenter la situation comme plaisante pour Saraï : toi, ils « te laisseront en vie » (v.12). André Wénin voit juste : « De Saraï, il veut faire un bouclier humain en lui demandant de se sacrifier pour lui. Il l’utilise dès lors comme un instrument pour réaliser son désir à lui [4]. » Nous voilà bien loin du projet divin énoncé pour le couple au début de la Genèse : « os de mes os et chair de ma chair. » (Gn 2.23) Abram démissionne en imaginant un stratagème qui revient tout simplement à renier le lien marital. Saraï ne sera plus femme, mais sœur. Ou, allons plus loin, Saraï ne sera même plus sœur, mais mère, envoyée en première  […]

Lire la suite sur Point-Théo

Vous pourriez aimer aussi

Du mandat d’Abraham au grand envoi

Du mandat d’Abraham au grand envoi

Les quatre premiers versets du chapitre 12 de la Genèse rapportent la promesse que Dieu fait à Abraham.

Un contenu proposé par Point-Théo

Vivre le désaccord entre chrétiens

Je me rends régulièrement compte qu’il est difficile d’être en désaccord, quand on est chrétiens et donc adhérents à une même foi.

Un contenu proposé par Point-Théo

Pourquoi et comment enseigner la théologie biblique à votre Église ?

Nouvelles technologies, petits groupes... Voici quelques pistes pour commencer à enseigner la théologie biblique à votre congrégation.

Un contenu proposé par Point-Théo

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Point-Théo

Un blog qui a pour objectif d’encourager et nourrir la réflexion biblique et théologique. Alimenté par plus de 40 auteurs, Point-Théo propose des contenus à destination des responsables et des chrétiens engagés souhaitant aller plus loin.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram