Du mandat d’Abraham au grand envoi

Du mandat d’Abraham au grand envoi

Les quatre premiers versets du chapitre 12 de la Genèse rapportent la promesse que Dieu fait à Abraham.

Un contenu proposé par Point-Théo

Publié le 4 janvier 2020

Lire directement l’article sur Point-Théo

C’est une affirmation si importante qu’elle apparaît à cinq reprises, dans le récit de la Genèse, avec quelques variations (Gn 12.3 ; 18.18 ; 22.18; 26.4-5; 28.14). Va… et sois une bénédiction, tels sont les deux impératifs de Dieu pour Abraham. N’est-ce pas, d’une certaine façon, ce que Jésus ordonne, lui aussi, à ses disciples en Matthieu 28.19 : « allant, faites des disciples » ? Voyons ensemble comment les Écritures nous invitent à passer de Gn 12.1-4 à Mt 28.19.

Je te bénirai

Le thème de Genèse 12.1-4 est clairement celui de la bénédiction : Dieu bénira Abraham ; celui-ci doit devenir une béné­diction ; Dieu bénira ceux qui bénissent Abraham ; toutes les familles de la terre seront bénies par son intermédiaire. Mais comment comprendre cette bénédiction ? Dans le récit de la Création, la bénédiction divine est prononcée trois fois (Gn 1.22, 28 ; 2.3), dont deux suivies de l’ordre de se multiplier et de remplir la terre. C’est ensuite en Gn 9 que le mot reparaît. Dieu bénit Noé et sa famille et leur ordonne de se multiplier et de remplir la terre. Ainsi, quand on arrive à Genèse 12.1-4, le terme bénédiction doit nécessairement inclure une dimension quantitative : Dieu multipliera le nombre des gens de la famille d’Abraham, il multipliera ses biens et fera grandir sa renommée.

Va… et sois une bénédiction

Les paroles de Dieu s’organisent en deux parties, introduites chacune par un impératif : Va (12.1b-2c) et sois une bénédiction (12.2d-3). Chaque impératif est suivi de trois clauses indiquant les effets de l’obéissance aux ordres divins. Le verset 4 rapporte l’obéissance d’Abraham. Ainsi s’enclenche l’accomplissement de la promesse divine. Dans une création abimée par le péché et la malédiction, comme le montrent les récits de Gn 3-11, l’espoir renaît. L’impératif d’être une bénédiction suggère qu’il s’agit d’une charge ou d’une mission confiée à Abraham. Il ne s’agit pas seulement d’être béni, avec une notion d’accroissement quantitatif, mais d’être une bénédiction. Cela dépasse la bénédiction telle qu’on la perçoit en Gn 1-11. Le sens à donner à l’expression être une bénédiction se précisera à mesure que le récit de l’Ancien Testament progressera. Elle inclura la fidélité de Dieu, la délivrance d’Égypte des descendants d’Abraham, la protection divine dans le désert, ses soins… à cause […]

Lire la suite sur Point-Théo

Vous pourriez aimer aussi

Le Père Noël, Jésus et mon fils

Le Père Noël, Jésus et mon fils

La période de Noël va bientôt arriver avec son lot de joie, de festivités. Quelle place donner (ou ne pas donner) au Père Noël ?

Un contenu proposé par Point-Théo

Vivre le désaccord entre chrétiens

Je me rends régulièrement compte qu’il est difficile d’être en désaccord, quand on est chrétiens et donc adhérents à une même foi.

Un contenu proposé par Point-Théo

Bible et violence conjugale

Les victimes se comptent aussi dans nos églises évangéliques, nos familles chrétiennes. Quel éclairage les textes bibliques apportent-ils sur ce drame ?

Un contenu proposé par Point-Théo

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Point-Théo

Un blog qui a pour objectif d’encourager et nourrir la réflexion biblique et théologique. Alimenté par plus de 40 auteurs, Point-Théo propose des contenus à destination des responsables et des chrétiens engagés souhaitant aller plus loin.

Derniers contenus du partenaire