Et si Marie avait fait congeler ses ovocytes ?

Et si Marie avait fait congeler ses ovocytes ?

La proposition de deux géants de la Silicon Valley de financer la congélation des ovocytes de leurs salariées n’est pas sans poser question sur l’avenir du couple, de la famille et de la société.

Un contenu proposé par Ensemble - Sud-Ouest

Publié le 2 décembre 2014

Auteur : Mireille Legait

Un débat polémique où les croyants ont encore leur mot à dire.

Les deux géants de la Silicon Valley ont créé le buzz récemment en proposant de prendre en charge le coût de la congélation des ovocytes de leurs (futures) salariées. Ainsi, zou… on met ses gamètes au congélo et on se consacre aux choses sérieuses : monter les échelons, gagner de l’argent en suffisance pour pouvoir un jour assurer l’éducation d’un enfant. L’histoire ne dit pas si la généreuse proposition des multinationales comporte un minimum d’années de mise au frais pour que l’accord financier conclu avec la salariée autour de ses gamètes ne soit pas considéré comme rompu mais on peut supposer qu’un tel accord implique des contraintes de part et d’autre. Et c’est là que l’affaire commence à nous interpeller sur le terrain du spirituel.

Quelle place pour le temps de Dieu ?

Selon certaines Écritures que nous pratiquons, nous protestants, le projet de Dieu pour l’humain, c’est que « l’homme quittera son père et sa mère, s’attachera à sa femme, ils deviendront une seule chair » (Ephésiens 5,31) et concevront leurs descendants en un temps plus ou moins long, plus ou moins choisi (plutôt plus de nos jours d’ailleurs, sauf en cas d’infertilité subie). On ne peut que s’interroger sur ce qu’il adviendrait alors du « temps de Dieu », cette écoute que tout croyant a plus ou moins consciemment du projet que Dieu a pour sa vie et qui fait qu’un jour ou l’autre, aboutissement d’une rencontre que l’on a pris le temps de choyer, un enfant est conçu dans un moment d’osmose.

Quelle place pour le partage ?

Cette alternative proposée à la femme de retarder sa maternité paraît certes très généreuse, sauf que c’est tout un projet de société qui se joue autour de l’éprouvette. La femme quittera donc son père et sa mère et s’attachera à l’Entreprise, au point de lui confier ses gamètes. Quelle conception du partage de son temps, de ses projets au sein du couple et plus largement de la famille et de la société veut-on promouvoir avec un tel projet ? Quel besoin d’un père
d’ailleurs alors qu’il y a des donneurs anonymes en stock et qu’on n’a pas eu l’occasion ou le temps de construire une relation, tout occupée à œuvrer pour l’essor de l’Entreprise ? Quel temps est-on prêts à accorder à l’enfant ? Alors que l’on s’en remettait naguère au fameux « temps de Dieu », va-t-on glisser vers un monde où l’Entreprise, royaume de l’argent-roi, des sphères de pouvoir et de l’individualisme, prendra la place de ce « Dieu voulant » ?

Le déni de l’espérance…

Nul ne peut servir deux maîtres, nous dit l’Écriture. Sans renier l’inéluctable évolution de la science et la non moins inéluctable évolution de la place de la femme dans le monde économique, il faudrait peut-être se rappeler le cantique de notre enfance, en écho à une parabole de Jésus, « Le fou sur le sable a bâti sa maison, le sage sur le roc a bâti sa maison… et la tempête arriva » (Matthieu 7,21-27).
Quel sera l’avenir d’une famille construite sur les sables mouvants de l’économie ? Pire, quel est l’avenir de l’humain dans un monde coupé à ce point de l’espérance que procure la certitude que « Toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu » (Romains 8,28)… même, parfois, un bébé conçu hors planning ? Et si Marie avait fait congeler ses ovocytes, serions-nous aujourd’hui au bénéfice du salut par grâce (sourire…) ?

Dans la même rubrique...

Croyez-vous à la Vierge Marie ?

Croyez-vous à la Vierge Marie ?

Voici une ébauche de réponse, à proposer à tous ceux qui s’intéressent à la place de Marie dans la foi protestante.

Un contenu proposé par Ensemble – Sud-Ouest
Méditation pasteure Réforme

Luc 3,1-6. Une parole dans le désert

Jean, solitaire au désert, était riche de la Parole de Dieu explique la pasteure Nicole Roulland-Rupp.

Un contenu proposé par
La valeur relative des institutions ecclésiastiques

La valeur relative des institutions ecclésiastiques

Ce qui a de la valeur, me semble-t-il, n’est pas que nous appartenions à une certaine institution ecclésiastique, à une Église particulière qui serait garante de la vérité.

Un contenu proposé par Évangile et liberté

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Ensemble – Sud-Ouest

Mensuel de l’Église Protestante Unie de France en Sud-Ouest, il offre à ses lecteurs un apport spirituel, des informations sur leur église sur le plan local, mais aussi sur l’Église au niveau national et international. Enfin, le journal Ensemble veut aider ses lecteurs à penser bibliquement les problèmes du monde contemporain.

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants