Et si on se valorisait ?

Et si on se valorisait ?

Des paroles de l'apôtre Paul qui résonnent aujourd’hui pour nos propres ministères pastoraux.

Un contenu proposé par Les cahiers de l'École pastorale

Publié le 5 mai 2019

Auteur : Nicolas Farelly

Lire directement l’article sur Les cahiers de l'École pastorale

Le livre des Actes des Apôtres nous conte un Paul qui, vers la fin de son troisième voyage missionnaire, se dirige vers Jérusalem alors même qu’il sait pertinemment (puisque l’Esprit l’avait averti) que bien des détresses l’y attendent. Et dans son discours devant les anciens d’Éphèse, il a des paroles d’une grande beauté et d’une rare intensité (Ac 20.18-38). Des paroles que nous pouvons entendre aujourd’hui encore, et recevoir pour nos propres ministères pastoraux.

Mais j’aimerais m’attarder en particulier sur les versets 26 et 27, dans lesquels Paul déclare :

C’est pourquoi je vous l’atteste aujourd’hui : je suis pur de votre sang à tous, car je vous ai annoncé tout ce que Dieu a décidé, sans rien dissimuler.

Paul, ici, fait très certainement référence à Ézéchiel 33.1-6, et à son ministère de “guetteur” pour le peuple :

La parole du SEIGNEUR me parvint : Humain, parle aux gens de ton peuple ! Tu leur diras : Lorsque je fais venir l’épée contre un pays, et que le peuple du pays prend dans ses rangs un homme et le fait guetteur, si cet homme voit venir l’épée contre le pays, sonne de la trompe et avertit le peuple, et si celui qui entend le son de la trompe ne se laisse pas avertir, et que l’épée vienne l’enlever, son sang sera sur sa tête. Il a entendu le son de la trompe, et il ne s’est pas laissé avertir : son sang sera sur lui. Celui qui se laisse avertir sauvera sa vie. Si le guetteur voit venir l’épée et ne sonne pas de la trompe, si le peuple n’est pas averti, et que l’épée vienne enlever quelqu’un, celui-ci sera enlevé dans sa faute ; mais son sang, je le réclamerai au guetteur.

Ainsi, le langage de la culpabilité à cause de la mort d’une personne est ici appliqué à la responsabilité spirituelle de Paul, qui a été fidèle dans sa présentation du message qui mène à la vie : l’Évangile. Comme un guetteur, Paul a tenu au courant ces personnes du danger et du moyen d’être sauvé du jugement et de la mort. Il s’ensuit que si certains ont choisi de ne pas l’écouter, leur sang (leur mort spirituelle) repose sur leur propre tête, et certainement pas sur celle de […]

Lire la suite sur Les cahiers de l'École pastorale

Vous pourriez aimer aussi

Sur les pas de l'apôtre Paul

Sur les pas de l’apôtre Paul

Au printemps dernier, un groupe de trente personnes a découvert et parcouru des lieux où l’apôtre Paul est passé et a séjourné.

Un contenu proposé par Protestant de l’Ouest
Familles : Jésus et Paul à l’aube de notre modernité ?

Jésus et Paul à l’aube de notre modernité ?

Sur les questions d’éthique conjugale et familiale, Jésus et Paul sont en tension avec la société de leur temps.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Les cahiers de l’École pastorale

L’École pastorale a pour objectif de contribuer à la formation pratique et au perfectionnement des pasteurs, principalement les pasteurs des Églises baptistes et des Églises libres. A travers ses Cahiers qui paraissent quatre fois par an, elle participe au développement de la théologie pratique au sein des Églises.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants