Jonas

Jonas

Jonas est un drôle de personnage. Récit n° 21/50 du parcours « La Bible en 50 pages », par le théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Regards sur la Bible

Publié le 27 septembre 2019

Auteur : Antoine Nouis

Jonas est un drôle de personnage. Lorsque Dieu l’appelle pour l’envoyer à Ninive, il fuit sur un bateau pour échapper à sa vocation. Il est rattrapé par une tempête, jeté à l’eau et mangé par un grand poisson. Lorsque de dernier le recrache, il finit par répondre à l’appel de Dieu et va à Ninive pour prêcher la destruction de la ville : « Encore quarante jours et Ninive sera détruite ». Contre toute attente, les habitants de la grande ville, depuis le roi jusqu’aux animaux domestiques, reviennent de leur mauvais comportement ce qui suscite le pardon de Dieu.

Le récit a été mis par écrit à une époque où la ville de Ninive avait disparu depuis longtemps ce qui lui confère une valeur universelle. Le récit ressemble plus à un conte oriental qu’à un livre prophétique. Le décalage est d’autant plus marqué que le message du livre – Dieu fait miséricorde aux Ninivites qui se sont repentis – est l’inverse de celui du personnage éponyme qui, dans le dernier chapitre, attend avec impatience que Dieu fasse descendre son feu sur la ville pécheresse. Avec humour, le récit se moque du prophète nationaliste qui proteste contre un Dieu qui est compatissant avec les ennemis de son peuple.

Le livre joue sur le contre-pied puisqu’il évoque des marins étrangers et des Ninivites qui se convertissent alors que le prophète d’Israël reste enfermé dans ses ornières religieuses. Il montre un Dieu qui a plus d’imagination que ses serviteurs en faisant intervenir une tempête, un grand poisson, une plante mystérieuse et un petit ver pour convaincre son prophète et le conduire à la justice.

Entre le conte et la parabole, le livre de Jonas occupe une place importante dans la tradition. Dans le judaïsme, il est lu tous les ans lors de la célébration de Kippour puisqu’il souligne l’importance de la repentance à laquelle répond le pardon de Dieu. Dans le Nouveau Testament, Jésus a invoqué le signe de Jonas pour évoquer son ministère. Comme Jonas, l’Évangile est une invitation à proclamer le pardon de Dieu jusqu’aux extrémités de la terre.

La victoire de l’échec de la prophétie

Le livre de Jonas est rangé dans les livres prophétiques, car il souligne l’essence de la prophétie. Un prophète est un homme envoyé pour annoncer le jugement de Dieu et le malheur qui se profile à l’horizon afin de susciter un changement de comportement chez ses auditeurs. Le but de la prédication prophétique est que les humains reviennent de leurs mauvaises actions afin que le mal n’arrive pas.
La différence entre un oracle est une prophétie est qu’un oracle qui se réalise est un succès alors qu’une prophétie qui se réalise est un échec.

Sur le même thème

Esdras et Néhémie

Esdras et Néhémie

Cinquante ans après l’exil des Judéens à Babylone, l’Empire perse a remplacé la Babylonie. Récit n° 20/50 du parcours « La Bible en 50 pages », par le théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Regards sur la Bible
La chute de Jérusalem et l’exil

La chute de Jérusalem et l’exil

Une date importante de l’histoire biblique est la chute de Jérusalem et la destruction du temple. Récit n° 19/50 du parcours « La Bible en 50 pages », par le théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Regards sur la Bible
Le prophète Ésaïe

Le prophète Ésaïe

Le royaume de Juda a été plus stable que son voisin du Nord. Récit n° 18/50 du parcours « La Bible en 50 pages », par le théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Regards sur la Bible

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Regards sur la Bible

Regards sur la Bible vous propose de parcourir l’Ancien et le Nouveau Testament en 50 pages. Un blog animé par le théologien Antoine Nouis.

Derniers contenus du partenaire

7e convention du Forum protestant