La communauté comme signe

L’unique souci des apôtres, c’est la communauté chrétienne : son unité, sa sainteté, sa croissance.

Un contenu proposé par Point-Théo

Publié le 31 janvier 2020

Lire directement l’article sur Point-Théo

Je réfléchis à cet appel de l’apôtre Pierre : « Honorez tout le monde, aimez les frères » (1 P 2.17). Honorer consiste à élever, à révéler la valeur. Mon regard sur tout homme, quel qu’il soit, devrait lui révéler qu’il a plus de valeur qu’il ne le pense car il a été créé à l’image de Dieu, qu’il le sache ou pas, qu’il le veuille ou pas. Ce regard sera, le cas échéant, accompagné de gestes, selon que Dieu le montrera. Le verbe aimer, on le voit, appartient à la sphère fraternelle[1]. Il s’agit d’un amour de communion.

Communauté et communautarisme

L’unique souci des apôtres, c’est la communauté chrétienne : son unité, sa sainteté, sa croissance. Avaient-ils pour autant une vue étroite ? Leur horizon n’était-il pas vaste ? Quand Jésus demande à ses disciples de « s’aimer les uns les autres comme il les a aimés » (Jn 13.34), cela concerne les disciples[2]. A l’exclusion des autres ? Je dirais oui, avant de corriger.

Oui, car cet exclusivisme, en un sens, dit l’Évangile : « c’est à cela que tous verront que vous êtes mes disciples » (13.35). Ce n’est donc pas au détriment des autres : c’est pour leur démontrer que l’Évangile n’est pas seulement un beau discours philanthropique, mais qu’il se démontre d’une manière singulière, en lien avec une espérance précise. En lien aussi avec une communauté, l’Église comme assemblée eschatologique.

On sait que certains gouvernements (le gouvernement français, particulièrement) stigmatisent le communautarisme et le considèrent comme un danger (ce qui est à mes yeux le signe d’une frilosité ou d’une fragilité de l’État). Allons-nous diluer pour autant la dimension de communauté fraternelle telle que nous l’enseigne l’Écriture ? Allons-nous accommoder la notion de fraternité à toutes les sauces, comme on l’a vu faire ces derniers temps ? Ce serait nier l’Évangile. La ‘constitutionnalisation’ du principe de fraternité[3] est, à première vue, une belle idée. Sauf si elle regarde comme suspecte la fraternité en Christ, avec ses implications significatives. D’autres ont été persécutés pour cela. Les Huguenots par exemple, ont été persécuté par Louis XIV parce qu’ils étaient censés menacer […]

Lire la suite sur Point-Théo

Vous pourriez aimer aussi

Les 5 solas, entre slogans et confession de foi

Les 5 solas, entre slogans et confession de foi

Sola gratia, sola fide, sola scriptura, solus Christus, soli Deo gloria... On résume parfois le cœur théologique de la Réforme à la formulation des cinq « slogans ».

Un contenu proposé par Point-Théo
Abraham, une agressivité dissimulée ?

Abraham, une agressivité dissimulée ?

L’apprentissage de la vérité et de l’obéissance est difficile pour Abram, mais indispensable à la vocation que Dieu lui adresse.

Un contenu proposé par Point-Théo
Du mandat d’Abraham au grand envoi

Du mandat d’Abraham au grand envoi

Les quatre premiers versets du chapitre 12 de la Genèse rapportent la promesse que Dieu fait à Abraham.

Un contenu proposé par Point-Théo

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Point-Théo

Un blog qui a pour objectif d’encourager et nourrir la réflexion biblique et théologique. Alimenté par plus de 40 auteurs, Point-Théo propose des contenus à destination des responsables et des chrétiens engagés souhaitant aller plus loin.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram