La foi, expérience intime ou partagée ?

La foi, expérience intime ou partagée ?

Olivier Peterschmitt, philosophe, a imaginé un dialogue entre Philon et Socrate.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 22 décembre 2017

Philon : La religion est un phénomène social. Elle donne à un peuple le sentiment de son unité à travers des croyances et des rites communs. Ezéchiel aurait dû préciser que c’est le peuple qui choisit d’être le peuple d’un Dieu qui sacralise son territoire et non l’inverse.

Socrate: C’est là notre condition humaine. Sans un rapport à l’espace, sans enracinement, nous sommes perdus. Nous avons besoin d’être habités, d’être rassurés par l’idée de la présence concrète de Dieu dans notre espace de vie. Ne sommes-nous pas des créatures finies en mal de protection et de lieux sacrés ? 

: De toute évidence l’idée de peuple de Dieu est une idée tribale et close. Elle suggère une élection potentiellement agressive à l’égard de tous les autres peuples qui n’ont pas la même conception de Dieu. Les hommes font les dieux dont ils ont besoin pour assurer la cohésion du groupe et sa puissance par rapport aux autres.

S : L’idée de peuple de Dieu est aussi une condition de croissance et d’ouverture. L’individu est enraciné dans les autres qui le portent. Dans un monde où les identités deviennent problématiques, il n’est pas indifférent de savoir qui on est, pour mieux pouvoir rencontrer les différences. C’est le « nous » qui est notre matrice et qui trace un cercle à l’intérieur duquel dialoguer et mûrir.

: Pourtant la modernité, en particulier avec la réforme protestante, a cherché à dépasser cette conception sociale de la religion en cultivant chez l’individu l’idée qu’il doit mener une quête personnelle qui engage sa conscience singulière. 

S : Sans l’appui d’une communauté et le maintien d’une tradition, l’individu ne peut s’engager sur ce chemin personnel. Il reçoit d’abord une langue et une morale qui lui viennent de plus loin. Le fait de vivre dans une communauté qui cultive la mémoire des pères de la foi, à travers la méditation de textes profonds, éveille la conscience d’un Dieu proche et qui nous parle.

Mais si nous sommes éveillés à la quête de Dieu, par la tradition, nous devons aussi nous affranchir d’elle. Les rapports à l’espace, au temps et à la collectivité sont essentiels à la vie spirituelle dans son commencement, mais il ne faudrait pas qu’ils nous empêchent d’accéder à l’universel et à l’absolu. Aucune confession ou communauté religieuse n’enferme la vérité divine. Celles-là sont toujours un organe-obstacle qui éveille et limite notre quête du Dieu qui transcende toutes les limites en nous invitant à entrer dans l’infini que chacun porte en soi.

Dans la même rubrique...

La colère

La parole d'Anne Faisandier, pasteure de l’Église protestante unie de Marseille.

Un contenu proposé par Pasteurdudimanche.fr
"L’Échelle sainte" de Jean Climaque

“L’Échelle sainte” de Jean Climaque

Certains ouvrages traversent les siècles. C’est le cas de Jean Climaque et de son œuvre maîtresse : "L’Échelle sainte".

Un contenu proposé par Les cahiers de l’école pastorale
Eglises réformées et anglo-presbytériennes, quelles différences ?

Eglises réformées françaises et anglo-presbytériennes, quelles différences ?

Peut-on noter aussi des ressemblances ? La réponse d'un théologien.

Un contenu proposé par 1001questions.fr

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 42 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants