La prière, un apprentissage permanent

La prière, un apprentissage permanent

On attribue à Martin Luther ce propos : « Le chrétien doit prier comme le cordonnier faire ses chaussures et le tailleur des costumes. La prière est le métier du chrétien. » Mais qu’en est-il ? A quoi sert-il de prier ? Comment s’y prendre concrètement ? Cela s’apprend-il ? Et d’abord, qu’est-ce que prier ?

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 14 décembre 2016

Auteur : Caroline Lehmann

Il existe très peu d’enquêtes sur la question et dans les milieux protestants luthéro-réformés on est en général extrêmement pudique à ce sujet. On peut très bien s’en sentir proche voire y être investi et ne pas prier. A l’inverse, des pasteurs constatent, parfois étonnés, que « beaucoup de gens prient ». C’est le cas de Pascale Haller-Jahn, aumônier à la clinique strasbourgeoise de la Toussaint : « Bien des patients parlent spontanément de leur pratique de la prière. Ils disent ‘Tous les soirs je fais ma prière’ ou ‘Il y a une chapelle, moi j’y vais’. Même si beaucoup de gens ne sont plus du tout familiers de la prière, lors d’une maladie cela reprend du sens. »

Quand Dieu ne répond pas

Si certains (re)trouvent ainsi le chemin de la prière, d’autres ont mis une fois pour toutes une croix sur cette pratique qui a pu les décevoir faute du résultat espéré. A ce propos, le pasteur Stéphane Kakouridis, responsable de la communauté charismatique Saint-Nicolas à Strasbourg, met en garde contre la tentation de voir en Dieu un « distributeur automatique de miracles ». Selon le professeur de théologie Gérard Siegwalt, « le seul exaucement certain, c’est Dieu lui-même : sa présence à nos détresses personnelles, familiales, de même qu’à celles du monde. Nommer ces détresses et les relier à Dieu dans notre impuissance, est source de fécondité ». Pour Sœur Claudine, diaconesse, il est important de persévérer dans la confiance en Dieu même si « parfois il y a des questions sans réponse. C’est un combat de ne pas se laisser gagner par l’amertume. »

Au-delà de la demande

La prière de demande est à l’évidence la plus spontanée. Elle ne constitue cependant qu’un aspect de ce que Thomas d’Aquin et d’autres appellent « le cœur à cœur avec Dieu ». Ce dialogue, les chrétiens l’expérimentent selon Gérard Siegwalt comme une « communion à Dieu dans les situations les plus diverses » de leur vie. « Je me relie à Dieu. Je ne produis pas cette relation mais je l’accueille », précise encore le théologien. Tour à tour louange, action de grâce, repentance, supplication pour soi-même ou intercession pour autrui, la prière peut prendre la forme d’ « un acte mis à part » dans le tumulte de nos vies. Mais elle est appelée à devenir, toujours selon lui, « une dimension fondamentale de toute notre vie, qui oriente, apporte une respiration, met à la disposition de Dieu, aussi pour un agir concret ».

L’importance d’un ancrage biblique et communautaire

L’une des spécificités de la prière chrétienne est son ancrage dans l’Ecriture. « J’aime avoir une parole biblique comme point d’appui », témoigne Sœur Claudine. Qui souligne aussi l’importance de textes comme les psaumes, ces « prières qui portent car elles sont proches de ce qu’on ressent parfois dans les tripes, y compris l’envie de cogner. » Sans parler du Notre Père, dont Gérard Siegwalt estime qu’ « il nous situe devant le Dieu de Jésus-Christ avant nos prières personnelles, pour importantes qu’elles soient ». Et permet d’éviter « le nombrilisme », l’une des nombreuses « maladies » ou « déviations » que peut connaître la prière. Tout aussi nécessaire à la « bonne santé » de la prière personnelle, la prière liturgique et communautaire qui, parce qu’elle ouvre à ce qui vient de l’extérieur, empêche la prière personnelle de s’étioler. Les deux, selon Stéphane Kakouridis, constituent « les deux faces d’une seule et même pièce ».

En recherche de la vraie simplicité

Souvent on pense que prier est compliqué, que cela suppose de gravir une montagne à force de connaissances ou d’expériences initiatique accumulées. « Ce qui s’apprend, c’est à devenir simple. On veut se débrouiller tout seul dans la vie et le défi c’est de faire confiance à Jésus en toute circonstance », indique Sœur Claudine. Dans nombre de paroisses et autres lieux d’Eglise, les occasions ne manquent pas de se familiariser à la prière et d’en découvrir les multiples bienfaits.

Dans la même rubrique...

Yom Kippour vu par un chrétien

La fête de Kippour est la plus importante du judaïsme. Quel regard théologique et spirituel peut-on porter sur cette célébration ? La réponse du théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Campus protestant

C’est quoi la théologie verte ?

Les explications du sociologue et écothéologien Michel-Maxime Egger.

Un contenu proposé par Campus protestant

L’être humain corps et âme. Un débat stérile ?

Il me semble que penser l’être humain en trois parties (le corps matériel, l’âme et l’esprit immatériels) est considéré comme assez naturel.

Un contenu proposé par Point-Théo

De l’espoir à l’espérance !

La parole de Nicolas Geoffroy, pasteur de l’Église protestante unie de Melle-Celles-sur-Belle.

Un contenu proposé par Pasteurdudimanche.fr

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 45 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast