L’être humain corps et âme. Un débat stérile ?
Opinion

L’être humain corps et âme. Un débat stérile ?

Il me semble que penser l’être humain en trois parties (le corps matériel, l’âme et l’esprit immatériels) est considéré comme assez naturel.

Un contenu proposé par Point-Théo

Publié le 26 septembre 2020

Auteur : Michaël Demange

Lire directement l’article sur Point-Théo

Cette anthropologie dite « trichotomiste », dans sa version contemporaine, réserve à l’âme les activités psychiques (intelligence, émotions, volonté…) et à l’esprit la dimension spirituelle, la relation avec Dieu. Puisque l’intelligence n’est pas située dans l’esprit, on qualifie cette trichotomie d’« irrationaliste ». La trichotomie « rationaliste » (représentée par quelques Pères de l’Église) place, elle, l’intelligence dans l’esprit, au cœur donc de la relation au divin. Il existe aussi une compréhension bipartite de l’humain, la dichotomie. Elle décrit une unique dimension intérieure qui est parfois nommée dans la Bible «âme », « esprit » ou encore « cœur ». Ces termes désignent le même aspect de l’humain avec souvent, mais pas toujours, une connotation particulière. Henri Blocher, ou encore Daniel Lys, montrent que la dichotomie répond mieux aux données bibliques et, à ce titre, elle emporte sans équivoque mon adhésion.

Soit. Mais, finalement, cette question est-elle si importante ? N’est-ce pas un nouveau débat stérile qui n’aurait aucune conséquence sur notre relation à Dieu ? J’évoquerai ici quelques incidences qui me semblent loin d’être anodines sur la spiritualité chrétienne et sur la pratique de l’accompagnement pastoral.

Une certaine spiritualité

Premièrement, je crois que la trichotomie implique un rapport dualiste au monde. Pour la trichotomie rationaliste, l’intelligence, partie supérieure de l’être humain, est appelée à s’élever vers Dieu en se libérant de l’emprise du corps qui l’en éloigne. C’est l’opposition de ces deux principes attribués à des éléments particuliers de notre être que l’on nomme dualisme.

Cependant, la Bible enseigne l’unité de l’humain et la valeur du corps. En effet, Dieu a créé l’humain dans un monde matériel, avec un corps et il a jugé cela « bon ». De plus, Jésus s’est incarné, est monté au ciel avec un corps physique et, à sa suite, nous serons ressuscités corporellement. Pour expliquer cette méprise Henri Blocher constate que « les Pères de l’Église platoniciens se sont mépris en confondant la “chair” des Épîtres pauliniennes avec la corporalité. » C’est ainsi que l’attirance pour le péché s’est trouvée attribuée au corps.

La trichotomie irrationaliste rompt elle aussi l’unité en l’être humain. Je prendrai, à titre d’exemple, le livre de […]

Lire la suite sur Point-Théo

Vous pourriez aimer aussi

Apprendre à vivre dans un monde qui soupire

Reconnecter avec ce qu’il y a de plus sombre dans condition humaine ne doit pas nourrir notre cynisme.

Un contenu proposé par Point-Théo

“Ramener la grâce à la maison”

Partir à l’étranger, se former pour Dieu et le servir auprès des étudiants, voilà un programme complet ! C’est ce qu’a vécu Joël Rakoto, pendant un peu moins d’un an.

Un contenu proposé par Point-Théo
La parabole des « talents » : ce qu’elle dit, ce qu’elle ne dit pas

La parabole des « talents » : ce qu’elle dit, ce qu’elle ne dit pas

Par sa longueur, cette parabole sur le royaume des cieux ou la venue du Seigneur soulève chez le lecteur diverses questions, auxquelles elle apporte – ou non – des réponses.

Un contenu proposé par Point-Théo

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Point-Théo

Un blog qui a pour objectif d’encourager et nourrir la réflexion biblique et théologique. Alimenté par plus de 40 auteurs, Point-Théo propose des contenus à destination des responsables et des chrétiens engagés souhaitant aller plus loin.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram