L’être humain et les animaux, bénis de Dieu

L’être humain et les animaux, bénis de Dieu

On s’est appuyé sur le début de la Genèse pour justifier que l’être humain règne en maître tout puissant sur la création. Aujourd’hui beaucoup estiment au contraire que l’animal et l’homme sont sur le même plan. Qu’en est-il exactement ?

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 17 août 2017

Auteur : Rita Cresswell

En créant l’univers, Dieu sépare et organise un espace. Il instaure un cadre et un rythme propices au développement de la vie, où chacun a sa place. Qu’il s’agisse de la terre, du ciel, des astres, des minéraux, des végétaux, des animaux ou de l’être humain, aucune créature ne peut prétendre à elle seule représenter la dynamique de ce monde en évolution. Chacune fait partie d’un tout, à savoir le projet créateur de Dieu. Pour autant, Genèse 1 et 2 ne confèrent pas la même place à toutes.

En Genèse 1, Dieu bénit aussi bien les animaux que l’humain. Ce geste signifie l’appel à la plénitude de vie qu’il offre à ses créatures. Tous deux sont appelés à se multiplier, à porter du fruit. Cependant, contrairement aux animaux, l’homme est le seul à être créé à l’image et à la ressemblance de Dieu. Il a pour vocation de devenir sujet parlant, responsable de la création devant Dieu. Par ailleurs, l’homme se distingue de l’animal de par son unicité : face à toute la diversité des espèces animales, lui seul est unique.

En Genèse 2, l’homme a besoin d’un vis-à-vis pour accéder à sa plénitude et réaliser sa vocation : « Il n’est pas bon pour l’homme d’être seul »1, constate Dieu. Dans un premier temps, les animaux sont modelés à la façon d’un potier à partir de la même glaise que l’humain. Pourtant ces derniers ne bénéficient pas du même souffle créateur. Dieu les amène à l’homme et lui demande même de les nommer ; faisant de lui leur co-créateur. Si les animaux deviennent ainsi des partenaires de l’homme dans la création, ils ne sont pas pour autant en capacité d’être pleinement son vis-à-vis. C’est en la femme seule qu’il reconnaît son semblable. Celle avec qui il pourra dialoguer, former un couple et peupler la terre.

Aux yeux de Dieu, les animaux sont donc importants et l’être humain, sommet de son œuvre, en est responsable comme du reste de la création.

Quant à la question de savoir si les animaux ont ou pas une âme, elle n’est toujours pas tranchée malgré des siècles de recherche et d’exégèse.

 

(1) Genèse 2, v. 18, traduction de la TOB

Dans la même rubrique...

Les orthodoxes – 3/7

Le schisme d’Orient sépare en 1054 les Églises d’Orient et d’Occident. Les orthodoxes constituent la principale branche des chrétiens d’origine orientale...

Un contenu proposé par Musée virtuel du protestantisme

Le jugement dernier

Une prédication de Florence Blondon, pasteure de l'Eglise protestante unie de l'Etoile.

Un contenu proposé par Église de l’Etoile

Bienvenue dans l’ère du butinage spirituel

La Réforme initiée il y a cinq siècles par Martin Luther était guidée par les éclairés de l’Eglise et les élites politiques, alors que la réforme actuelle émane du peuple et implique l’ensemble des religions.

Un contenu proposé par Réformés

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 37 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire

Les partenaires de Regardsprotestants