Peut-on dire Marie “mère de Dieu” ?
Explication

Peut-on dire Marie “mère de Dieu” ?

En général, la formule « Marie mère de Dieu » échauffe les oreilles protestantes et évangéliques.

Un contenu proposé par Point-Théo

Publié le 28 février 2020

Auteur : Thomas Poëtte

Lire directement l’article sur Point-Théo

« Voilà une formule bien catholique que nous ne pouvons pas employer », pensons-nous… Mais d’où vient cette formule ? Que signifie-t-elle ? Et donne-t-elle à Marie un statut que seuls les catholiques peuvent accepter ? Disons-le d’emblée, la réponse est non. Mais il faut expliquer pourquoi.

D’où vient l’expression ?

Elle remonte au moins au IVe siècle (après Jésus-Christ, mais faut-il le préciser ?) et est utilisée dans un contexte de controverse théologique autour de l’identité du Christ. En 325, le concile œcuménique de Nicée a posé les fondements d’une juste compréhension de la relation entre le Fils et le Père (voir le symbole de Nicée). Mais après cela, les débats théologiques continuent pour savoir maintenant comment le Fils peut-il à la fois être « vrai Dieu de vrai Dieu » et s’être « fait homme ». Comment le divin et l’humain s’unissent-ils en Christ ?

C’est dans le contexte de ces débats que l’expression « mère de Dieu », déjà largement répandue à cette époque, est défendue par les uns, critiquée par les autres. On perçoit donc bien que l’enjeu de la formule qui nous intéresse ici n’est pas tant l’identité de Marie que celle du Christ.

Le grand pourfendeur du titre marial « mère de Dieu » est d’ailleurs Nestorius (c. 381-451), le fondateur du nestorianisme. Dans une prédication, il refuse le terme grec « théotokos », qu’on traduit « mère de Dieu », notamment à partir de Hébreux 7.3 : « Il est sans père, sans mère, sans généalogie ». En fait, Nestorius confesse les deux natures du Christ (divine et humaine), mais il a du mal à penser l’unité de ces deux natures en une seule personne. Dans sa controverse épistolaire avec Cyrille, patriarche d’Alexandrie, il ira même jusqu’à écrire : « il est évident que le Fils de David [et donc le Fils de Marie] n’était pas le Logos divin ».

Le concile d’Éphèse de 431 condamne le nestorianisme et dépose Nestorius de ses fonctions ecclésiales. La dernière lettre de Cyrille à Nestorius est jointe aux  […]

Lire la suite sur Point-Théo

Vous pourriez aimer aussi

Une foi à l’ère des réseaux sociaux (3)

Au programme de l'épisode 3 de cette série qui parle WhatsApp et Eglise : (Dés)information et débat.

Un contenu proposé par Point-Théo
Les paraboles : quelques clés de compréhension

Les paraboles : quelques clés de compréhension

Les paraboles de Jésus ne peuvent pas être considérées simplement comme des outils rhétoriques au service d’un discours.

Un contenu proposé par Point-Théo
Les 5 solas, entre slogans et confession de foi

Les 5 solas, entre slogans et confession de foi

Sola gratia, sola fide, sola scriptura, solus Christus, soli Deo gloria... On résume parfois le cœur théologique de la Réforme à la formulation des cinq « slogans ».

Un contenu proposé par Point-Théo

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Point-Théo

Un blog qui a pour objectif d’encourager et nourrir la réflexion biblique et théologique. Alimenté par plus de 40 auteurs, Point-Théo propose des contenus à destination des responsables et des chrétiens engagés souhaitant aller plus loin.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram