Quelles performances Dieu attend-il de nous ?

Eléments de réponses avec Matthias Dietsch, aumônier universitaire à Strasbourg.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 27 septembre 2016

Auteur : Matthias Dietsch

Nous nous résignons parfois à dire que ceux qui réussissent sont toujours les mêmes et que l’échec ne concerne que les « looser ». Face à cet a priori, le slogan de Jésus le plus connu est celui que Céline Dion reprend dans sa chanson : « Les derniers s’ront les premiers » (cf. Matthieu 20, v.16). Cette parole peut être comprise de deux manières : d’une part, il n’y a pas de fatalité, je peux réussir, même si j’échoue aujourd’hui. D’autre part, la valeur d’une personne devant Dieu n’a rien avoir avec son ordre de classement dans la société humaine ; même le dernier est aimé de Lui.

 

Par ailleurs, nous pouvons réfléchir à ce qu’est une vraie victoire. L’apôtre Paul compare la vie chrétienne à une course de fond. Il nous dit d’abord que ce que nous avons à gagner comme trophée dans notre existence, c’est une vie en conformité avec le projet d’amour de Jésus qui enseignait : « Aime Dieu et aime ton prochain comme toi-même ». Sans cet esprit d’amour, tout exploit est vain : « Quand j’aurai le don de prophétie, la science de tous les mystères et de toute la connaissance, quand j’aurais la foi la plus totale, celle qui transporte les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien. » (1 Corinthiens 13, v. 2). Il faut avant tout avoir envie de rendre service pour bien exercer un métier.

 

Paul ajoute ensuite que l’effort que nous fournissons dans la compétition de la vie vient d’abord de Dieu. Si nous pouvons évoluer, ce n’est pas seulement grâce à nos faibles forces. Nous avançons car nous avons la chance d’avoir été « saisis par Jésus-Christ » (Philippiens 3, v.12). Il nous offre le courage d’être ce que nous sommes et il donne sens à notre existence.

Dans la même rubrique...

La crise actuelle de l’espérance

Rien attendre de l’autre, se confiner sur soi-même et avoir peur de se frotter à l’altérité pousse à renoncer à l’espérance, selon Michel Bertrand, théologien protestant.

Un contenu proposé par Radio Alliance +

Le baptême de Jésus : Tu es mon fils bien-aimé

Le jour de notre baptême, le Seigneur a déclaré : Tu es mon enfant bien-aimé. Comment aujourd'hui je vis cette filiation ?

Un contenu proposé par Campus protestant

Lire la Bible pour la première fois : par où commencer ?

Lire la Bible. Vous avez peut-être pris cette résolution, spirituelle ou culturelle, en début d’année. Nos experts accompagnent votre démarche de leurs conseils.

Un contenu proposé par Réforme

La prédication de Jésus et l’appel des disciples

Après que Jean eut été livré, les premiers mots de notre texte nous rappellent que l’évangile se passe dans notre monde, le vrai monde dans lequel les hommes libres dérangent lorsqu’ils remettent en question l’ordre établi.

Un contenu proposé par Campus protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 45 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire