Satan est-il un ange déchu ?
Réflexion

Satan est-il un ange déchu ?

Plusieurs textes sont cités pour appuyer cette thèse classique du christianisme, et même pour affirmer que Satan était d’une grande beauté (Éz 28.12, 17).

Un contenu proposé par Point-Théo

Publié le 29 octobre 2020

Lire directement l’article sur Point-Théo

La Bible affirme-t-elle que Satan est un ancien ange (originellement bon), qui se serait rebellé contre Dieu ? Plusieurs textes sont cités pour appuyer cette thèse classique du christianisme, et même pour affirmer que Satan était d’une grande beauté (Éz 28.12, 17). Mais les appuis en question sont-ils si solides qu’ils n’y paraissent ?

Ésaïe 14.4-20 et Ézéchiel 28.12-19

Ces deux textes, qui se ressemblent assez dans la mesure où ils sont tous deux des oracles contre des rois païens, sont les plus souvent cités pour justifier la doctrine de la chute de Satan et de son passé angélique. Cependant, il n’est vraiment pas évident que le prince des démons soit en vue ici.

Tout d’abord, notons que les deux prophètes sont très clairs sur l’identité des destinataires de leurs oracles. Chez Ésaïe, c’est le roi de Babylone qui est visé (És 14.4 ; difficile cependant de savoir lequel), et chez Ézéchiel, c’est le roi de Tyr (Éz 28.12). Mais n’y aurait-t-il pas, à l’occasion de certains versets, un dépassement du seul contexte historique et des allusions à Satan ?

En Ésaïe 14.12, l’annonce que le destinataire de l’oracle est tombé du ciel semble aller dans ce sens. Il est d’ailleurs tentant de rapprocher ce verset de la parole de Jésus au retour de mission de ses disciples : « Je voyais le Satan tomber du ciel comme un éclair. » (Lc 10.18) C’est tentant, mais ça ne fonctionne pas.

En Luc, le contexte est clairement celui de la défaite – et non de la chute « originelle » – de Satan, manifestée par les exorcismes opérés par les disciples (voir aussi Ap 12). En Ésaïe, la chute depuis le ciel est une hyperbole typique de la littérature hébraïque, qui fait écho, de manière ironique, à l’origine de la ville de Babylone (Gn 11.1-9). Celle-ci […]

Lire la suite sur Point-Théo

Vous pourriez aimer aussi

Sarah ou l’apprentissage de l’altérité

"Saraï était stérile, elle n’avait pas d’enfant" (Gn 11.30). Le lecteur s’étonne de cette répétition et comprend que le narrateur utilise cette redondance.

Un contenu proposé par Point-Théo

Avec la pandémie, la fin d’un monde « sans limite » ?

Quelques réflexions sur le déconfinement… Et sur monde "sans limite" ou presque au sein duquel nous avons grandi.

Un contenu proposé par Point-Théo

Discerner en Église sur un sujet délicat

Comment procéder pour que ce discernement communautaire ne se transforme pas en match de boxe avec, à la clef, une division de l’Église ?

Un contenu proposé par Point-Théo

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Point-Théo

Un blog qui a pour objectif d’encourager et nourrir la réflexion biblique et théologique. Alimenté par plus de 40 auteurs, Point-Théo propose des contenus à destination des responsables et des chrétiens engagés souhaitant aller plus loin.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast