Un Dieu insoumis

Un Dieu insoumis

Un recueil de textes publiés à titre posthume pour découvrir la richesse de la pensée du théologien Raphaël Picon, disparu en 2016.

Un contenu proposé par LibreSens

Publié le 24 novembre 2017

Lire directement l’article sur LibreSens

Compte-rendu de Michel Leplay, paru dans la revue LibreSens n°234 de novembre-décembre 2017

De Raphaël Picon, disparu prématurément, il nous reste, avec son sourire affable, outre quelques livres et articles, la collecte, la collection, des cinquante chroniques qu’il donna, de 2004 à 2015, au mensuel Évangile et Liberté. Laurent Gagnebin et Pierre-Henri Lechot l’expliquent bien en avant-propos.

Le titre déjà interpelle, provocation théologique et non invocation pieuse : Dieu insoumis. On comprendra.

À la lecture, réfléchie et méditée, de ces textes courts, si bien écrits en un français parfait, précis sans préciosité, nuancés sans trop d’adjectifs, enfin pour un bon praticien des théologies américaines ou allemandes, ce français honore l’auteur comme les lecteurs…

Chaque chronique est, si l’on peut dire, pertinence de son impertinence : « Le danger de Dieu », « Un Dieu sans barbe », « Le sublime ordinaire », « Jésus rêve de Dieu », « Des Églises pour l’essentiel », et je ne cite que quelques titres avec leur parfum d’audace et d’humour  […]

Lire la suite sur LibreSens

Sur le même thème

Le bon Dieu sans concession

Hommage à Raphaël Picon, rédacteur en chef d’Évangile et liberté, à l'occasion de la journée organisée en son honneur à la faculté de théologie protestante de Paris, le lundi 11 avril 2016.

Un contenu proposé par Évangile et liberté
« Comme si de rien n’était »

« Comme si de rien n’était »

C’était fin des années 90, au lendemain de la mort de Lady Di. Raphaël Picon, qui était alors tout jeune pasteur à Lillebonne, avait publié dans le mensuel protestant local un bref billet intitulé « Comme si de rien n’était ».

Un contenu proposé par Évangile et liberté

Raphaël Picon, un explorateur pour demain

Trop tôt disparu, des suites d’un cancer, celui qui fut doyen de l’Institut protestant de théologie, à Paris, avait fait connaître en France la théologie du « process ». Un de ses amis pasteurs, Jean-Marie de Bourqueney, nous parle de lui.

Un contenu proposé par

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

LibreSens

LibreSens est le Club de lecture des amis du CPED (Centre protestant d’étude et de documentation). Le blog LibreSens publie des comptes rendus de lecture écrits non par des critiques littéraires ou des journalistes, mais par des lecteurs avertis (pasteurs, laïcs engagés, théologiens, historiens, philosophes, biblistes…), ce qui constitue son originalité.

Derniers contenus du partenaire