12 habitudes à emprunter aux Japonais

12 habitudes à emprunter aux Japonais

Le pays du Soleil Levant intrigue autant qu’il étonne. De retour d’une petite semaine à Tokyo, je partage avec vous 12 habitudes que j’ai particulièrement appréciées et que l’on gagnerait à adopter.

Un contenu proposé par Inspirations

Publié le 5 juin 2019

Auteur : Laurence Roux-Fouillet

Le Japon a changé d’empereur au début du mois de mai. Une petite révolution dans un pays où la tradition s’inscrit dans beaucoup de règles de la société. Rigorisme, discipline, sens de l’effort et goût du travail, la société japonaise est pétrie d’une morale qui peut nous paraître contraignante. Et pourtant… En montant sur le trône du Chrysanthème, le nouvel empereur Naruhito a inauguré une nouvelle ère, celle du Reinwa, que l’on peut traduire par « harmonie ». Or c’est bien l’harmonie qui règne quand vous parcourez parcs ou jardins…et même en prenant le métro. Au fil de mes visites et découvertes, voici un petit panorama (forcément subjectif) de ce qui m’a étonné et de ce que j’ai préféré :

1 – Le mélange de modernité et de tradition

Parcourir Tokyo, c’est passer d’un parc à une rue bondée, d’un temple shintoïste à un quartier aux tours éclairées de néons, du paisible cimetière de Yanaka à Akihabara, le vibrionnant quartier des geeks. Dans la rue le cadre en costume-cravate côtoie la femme en kimono et dans le métro, les écolières en uniforme s’asseyent à côté de jeunes adultes en cosplay – et tout cela cohabite très bien. La famille conserve un rôle important, et le respect des anciens est constant, mais on défile tout aussi bien pour la gay pride, dont les magasins affichent les drapeaux colorés.


La parade des fiertés, à deux pas du temple du sanctuaire Meiji-Jingu

 

2 – La propreté

Tokyo est une ville dont on remarque immédiatement la propreté, notamment dans son métro qui est un modèle du genre. Les japonais trient leurs déchets, qu’ils limitent au maximum, d’autant qu’il est mal vu de manger ou de boire dans la rue ou dans le métro. Fumer est également interdit dans certains quartiers, en conséquence de quoi nuls dépôts sauvages, ni mégots, gobelets ou papiers ne jonchent le sol.


Pas de corbeilles et pas de papiers par terre

 

3 – La politesse, la discrétion et le silence

Dans un pays qui possède l’une des plus importantes densités démographiques au monde, le souci du groupe et le respect de l’autre sont érigés en principe. Par tradition, les japonais évitent les contacts physiques et ils ont une aversion pour tous les bruits ou autres émissions du corps. Ceci explique qu’ils portent souvent un masque sur le nez ou le visage quand ils sont malades. Ils ne se mouchent jamais en public (une pratique considérée comme particulièrement dégoûtante !). On se salue en inclinant respectueusement buste et tête, ce qui est très élégant (et que je trouve, personnellement, plus agréable que de se sentir obligé d’embrasser quelqu’un que l’on connaît à peine !). Dans les lieux publics, les Japonais évitent de parler fort – et encore moins au téléphone. Enfin, leur souci de l’autre va jusqu’à vous arrêter dans la rue pour vous proposer de l’aide si vous êtes perdu, une habitude vraiment très attentionnée !


Un homme d’affaire « masqué », une écolière en uniforme

 

4 – Les toilettes

La première question que l’on vous pose quand vous rentrez du Japon est généralement : As-tu essayé les toilettes ? Il est difficile d’échapper à ce summum de la propreté car de l’hôtel au musée en passant par le plus petit restaurant de gyozu(toujours impeccablement propre), tous les lieux publics en sont dotés. Une expérience que je vous conseille pour tester ces petits jets qui viennent nettoyer les parties les plus intimes de votre être. Et dans toujours dans un souci de discrétion, un bouton déclenche une vraie-fausse sonorité d’eau, qui vient couvrir n’importe quel bruit de fond…


Un poste de pilotage ? Non, les toilettes…

 

5 – Marcher à gauche

Sur les trottoirs, dans les allées des parcs, dans le métro ou dans les escaliers, un seul mouvement, comme une vague impeccable : tout le monde marche à gauche. Une discipline mais surtout une habitude simple et efficace – et qui, comme toute routine, évite de se reposer la question. Moyennant quoi, malgré le monde, personne ne se percute, et chacun avance d’un bon pas, sans perturber les autres par ses changements de direction intempestifs. Si quelqu’un vous bouscule dans la rue, vous pouvez être sûr qu’il s’agit généralement d’un touriste comme vous…


Chacun dans sa file : « up » ou « down » ?

 

6 – Les bains chauds

Les Japonais aiment la propreté et l’eau. Dans les hôtels, on trouve généralement des sentô, des bains chauds que l’on prend en public (entendez, les hommes d’un côté, et les femmes de l’autre – et forcément nus) mais en dehors de Tokyo vous pouvez également goûter aux onzen, les sources chaudes sulfureuses d’origine volcanique (comme ici face au Mont Fuji, où j’ai eu le plaisir de me baigner – la vue en moins pour cause de brouillard). Sentô et onzen respectent eux aussi une tradition : se laver avant, et ne rien faire qui pourrait perturber la propreté du bassin chaud, que l’on partage à plusieurs. On ne vient pas pour se laver, mais pour s’immerger et se détendre, la chaleur ayant d’abord un effet relaxant et équilibrant pour le système nerveux. L’eau, à 42°, est déconseillée aux cardiaques, mais bénéfique pour tous ceux qui ont des douleurs – la chaleur ayant la propriété de déclencher un effet anti-inflammatoire. On s’habitue progressivement à cette température – et on fait fréquemment des allers-retours entre le bassin chaud et la douche fraîche. Un plaisir parfois partagé en famille – les mères y vont avec leurs enfants fille – toujours dans la quiétude et le silence (ça va de soi…).


La détente ultime, face au Mont Fuji

 

7- Le wataor

Ce petit carré de tissu d’environ 20 cm sur 20 (une face coton, l’autre face éponge) est absolument adorable et marque l’une des tendances lourdes : miser sur ce qui est simple et durable. Il sert de lingette démaquillante ou de débarbouillette pour les enfants et existe en une variété de tissus tous plus craquants les uns que les autres (pour ma part, j’en ai ramené et offert une petite dizaine !).


Une lingette durable

 

8- Le furoshiki

Il est une autre variante de la prédilection des japonais pour le tissu et pour ce qui dure. Ce morceau de tissu imprimé se trouve à peu près partout. Carré ou rectangulaire, de 40 centimètres à 1 mètre, il a de multiples usages : pour envelopper un cadeau (plutôt que d’utiliser du papier – jeté aussitôt que déchiré), pour improviser un petit baluchon express (l’équivalent de nos sacs de course), pour transporter son bento (la boîte à déjeuner que tout bon salarié japonais emporte sur son lieu de travail), pour s’asseoir dans un parc… Toutes les femmes en ont un dans leur sanc. Et si les couturiers japonais sont renommés pour leur propension pour les imprimés, on sait pourquoi : les furoshiki, tout comme les kimonos, existent dans une vaste déclinaison de motifs et de couleurs (ce qui a suffit a remplir un peu plus ma valise de retour…).


On craque pour ses imprimés colorés

 

9- Le contact avec la nature

Si, comme moi, vous aviez l’image de Tokyo comme d’une capitale saturée par la circulation et la pollution, il vous faudra admettre que c’est un cliché. D’abord parce que la circulation n’est pas aussi dense que dans d’autres villes d’Asie, ensuite parce que la nature y reste très présente. Tokyo possède de grands parcs, dans lesquels les familles aiment flâner ou faire du vélo le week-end. Les arbres – et pas seulement les cerisiers, y ont une grande place, y compris aux abords des temples, entourés de jardins paisibles. N’oublions pas que ce sont les Japonais qui ont remis à l’ordre du jour, il y a quelques années, la nécessité de reprendre contact avec la nature. Les « bains de forêt » ou Shinrin yoku ont été introduits dans le programme national de santé japonais.


Au parc de Uneo, les derniers cerisiers en fleurs

 

10- Partager la nourriture

Poisson, riz, légumes et algues émaillent une alimentation réputée comme l’un des plus saines du monde. Au restaurant, il est fréquent que l’on vous apporte vos mets, accompagnés de petites assiettes (autant que de convives). D’ailleurs, si vous commandez des plats différents, je vous mets au défi d’être servis tous en même temps. L’explication en est simple, les Japonais partagent la plupart du temps tout ce qu’ils commandent. Chacun se sert (avec les couverts du service, pas avec ses propres baguettes !) en petite quantité dans son assiette, piochant à droite et à gauche… C’est sympathique, varié, attentionné et convivial.


Sushi, maki et chirashi minute et maison

 

11 – L’âme d’enfant

Les Japonais ont la réputation d’être d’âpres travailleurs. Elle n’est sans doute pas usurpée puisqu’à l’occasion de l’intronisation du nouvel empereur, dix jours de vacances leur ont été octroyés : certains ont déploré ne savoir qu’en faire… Dans une société tournée vers le travail, l’engagement, la productivité, les Japonais ont pourtant conservé une âme d’enfant. Ainsi vous rencontrerez dans les tours SEGA d’Akihabara des trentenaires, voire quadragénaires, qui jouent aux jeux d’arcade, ou tentent d’attraper des peluches dans une machine à pince (les fameux UFO catcher – voir photo). Dans les boutiques spécialisées en manga, vous pourrez dénicher toutes sortes de BD mais aussi des figurines de votre série préférée (un « animé »), ou même faire fabriquer la poupée de vos rêves. La boutique Pokémon est un exemple du genre : bondée de goodies, peluches, cahiers ou stickers dédiés aux 151 personnages de la série, elle n’est fréquentée quasiment que par des adultes qui en sortent les bras chargés, et un sourire béat aux lèvres.


UFO Catcher ou Gotcha Pon pour petits, et surtout grands

 

12 – Les book coffee

Voilà un endroit que j’ai particulièrement apprécié : un café, associé à une librairie. On y vient pour boire un thé matcha après avoir acheté le dernier best-seller, mais on peut aussi s’y poser pour rien. Niché dans une alcôve avec son propre livre, assis juste pour prendre un café (dont le célèbre kaféolé – en japonais à peine traduit dans le texte !), ou pour y retrouver ses amis… C’est l’univers feutré et respectueux des livres papier, pour lesquels on trouve de nombreux accessoires (à commencer par les couvres-livres en tissu – superbement imprimés).

Dans quelques semaines, le monde aura les yeux braqués sur Tokyo, pour les Jeux olympiques. Sans parcourir des milliers de kilomètres, ni changer notre mode de vie, il ne tient qu’à nous d’essayer déjà certaines habitudes nippones – pour certaines aussi astucieuses qu’agréables.


Pour protéger son livre ou pour lire discrètement ?

 

Pour aller plus loin :

Découvrez d’autres contenus sur le blog Inspirations

Sur le même thème

Où trouver le calme en ville ?

Où trouver le calme en ville ?

Bibliothèques, musées, lieux de culte... Si vous êtes en quête de paix, voire de silence, autorisez-vous à (re)visiter ces lieux avec un nouveau regard. Suivez le guide !

Un contenu proposé par Inspirations
Comprendre les multiples enseignements de Bouddha

Comprendre les multiples enseignements de Bouddha

Par-delà la variété des courants du bouddhisme, comment saisir ce mouvement spirituel qui attire en Occident ?

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager
Bouddhisme japonais... dans un musée français

Bouddhisme japonais… dans un musée français

2018 était l’année du Japon en France. Si vous avez raté les expositions qui lui étaient consacrées, courrez au musée Guimet.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Inspirations

Inspirations est un blog qui respire l’air du temps, pour mettre de la bonne humeur, de la légèreté et du mieux-être dans la vie de tous les jours. Il a les pieds sur terre et la tête dans les étoiles et collecte expériences, conseils, réflexions et bonnes idées, avec un supplément d’âme. Quête de soi et quête de sens y sont indissociables. Un souffle de bien-être et de mieux-vivre au quotidien.

Derniers contenus du partenaire

Découvrez le blog Regards sur les paroisses