Grandeur et décadence de nos engouements

Notre siècle s’enflamme avec l’actualité, toujours en quête de sensations. Décryptage de nos retournements et autres coups de cœur éphémères.

Un contenu proposé par Inspirations

Publié le 26 avril 2019

Auteur : Laurence Roux-Fouillet

Nous sommes prompts à nous enflammer à la mort d’une star du rock, à la victoire de notre équipe de foot nationale ou à l’incendie d’un chef-d’oeuvre de l’Histoire. Mais, à chaque fois, c’est pareil, ce que nous avons porté aux nues devient vite objet de détestation.

Nous rêvons à chaque fois d’un « roman national », qui se transforme vite en feu de paille. Victoire, défaite, naissance, mort, accident, découverte, choc, trauma… à chaque événement sensationnel, c’est le même processus qui se met en place, en cinq temps bien rythmés :

– l’annonce sidérante
La nouvelle surgit souvent sur les réseaux sociaux. Elle « tombe », comme un coup de foudre dans un ciel bleu. Ce que l’on croyait permanent – ou impossible – est arrivé ! Stupeur, sidération, la nouvelle se répand comme une traînée de poudre. Elle tourne en boucle sur BFM, qui rabâche inlassablement les mêmes images, les mêmes petits bouts de phrases, le tout commenté par des experts dépêchés pour l’occasion. On veut en savoir un maximum, quitte à interviewer des gens qui n’ont rien vu, mais qui « étaient là ». C’est le temps de la sur-information.

– l’acmé émotionnelle
Les réactions ne se font pas attendre. Émotionnelles, excessives – forcément excessives – et largement partagées. Les manifestations spontanées se multiplient : on descend dans la rue pour crier, pleurer ou klaxonner, on défile en rouge ou en blanc, on dépose des hommages (fleurs, poèmes), on allume des bougies, on change sa photo de profil… Chacun y va de son souvenir ou de son anecdote personnelle : j’y étais, je l’ai connu… Certains se font tatouer telle date ou tel nom, « pour s’en souvenir ». D’autres impriment des t-shirts qui s’arrachent en quelques jours. On communie ensemble. C’est le temps de l’union.

– le déferlement médiatique
Tout le monde y va de son reportage, de son direct, de son documentaire spécial. On ressort de vieilles images d’archives, on interroge le fils de la cousine d’un témoin direct. Certains réclament un concert spécial, d’autres lèvent des fonds ou constituent des cagnottes, d’autres encore envisagent de rebaptiser des rues… Des petits malins ont déposé un nom de marque, d’autres des noms de futurs sites internet. On sature tous, on est au bord de l’écœurement. C’est le temps de la récupération.

– la période des doutes
Des voix dissonantes commencent à s’élever. Elles temporisent. Au minimum, elles reprochent l’excès. Certains émettent des critiques : sur la forme, le fond, le principe… Les protagonistes ne sont pas aussi blancs qu’on a bien voulu nous le dire, les événements ne se sont pas exactement passés comme cela, il y a eu du dopage, de la corruption, des tractations secrètes… Des camps s’affrontent désormais : les partisans et les opposants – tous aussi scandalisés les uns que les autres. Sur les réseaux sociaux, la violence et l’imprécation ont remplacé l’union. Chacun veut avoir raison et défend son point de vue. Le café du commerce est virtuel, chaque individu s’y pose en expert. C’est à ce stade qu’interviennent les complotistes et leur discours bien rodé : c’est un coup monté, on ne nous dit pas tout, c’est fait pour nous détourner des vrais problèmes du pays (le chômage, l’immigration, le terrorisme…). C’est la faute du gouvernement, de l’armée, des francs-maçons ou des Illuminati… On évite le sujet dans les déjeuners de famille, sinon on s’écharpe. C’est le temps de la critique.

– le désaveu 
Au bout de deux semaines à un mois, le sujet est épuisé – et nous aussi. En reparler nous met au comble de l’agacement. Tout cela est si décevant. Mais déjà, une autre actualité l’a remplacé. Aussi émouvante, encore plus clivante. Et comme nous avons si peu de mémoire, nous recommençons… La réaction épidermique précédera toujours la réflexion. C’est le temps du zapping.

Mais, tout cela n’est pas nouveau. Souvenez-vous, c’était il y a deux mille ans…
La ville de Jérusalem bruisse d’une rumeur. Il paraît que le nazaréen, le prophète qui fait des miracles va venir pour Pessah. Il est attendu avec ses disciples. « A Jérusalem ? ». « Oui, incroyable ! Quelle chance nous avons, il ne faut pas rater cela ! ».
Des groupes s’organisent : allons l’accueillir ! On cueille à la va-vite des épis et des branches de palmier et quelques heures plus tard, à l’entrée de la ville, c’est une marée humaine agitant des feuillages qui acclame ce drôle de héros monté sur un ânon. Certains jettent même leurs vêtements sur son passage.
Dans la foule, les commentaires fusent : « Il est incroyable ! ». « Je suis allé l’écouter au bord du lac de Tibériade. Nous étions des milliers et il nous a tous nourris avec seulement deux poissons et cinq pains. Comme je vous le dis ! j’y étais… ». « Il a guéri mon voisin qui ne voyait pas. Il a appliqué de la boue sur ses yeux. Instantanément il s’est mis à voir à nouveau »… Et les branches s’accumulent sous les pieds de l’ânon.
La nouvelle fait bientôt le tour de la ville. Des petits malins ont griffonné sur les murs « Jésus sauve » (ils auraient été mieux avisés de préconiser « Jésus, sauve toi ! »). On se précipite un peu partout où le prédicateur se rend, pour l’écouter, pour le toucher ou l’oindre de parfum, pour « en être ». Tout le monde veut l’approcher.
Pourtant, certains s’interrogent : pour qui se prend-il ? Les hommes trouvent sa complicité avec les femmes plus que suspecte. Il ne respecte rien : il a mis un souk pas possible dans le temple, il répond effrontément aux prêtres. Qui le finance ? Et d’où viennent ses disciples ? Ils ressemblent plus à des vagabonds qu’à des érudits. Et avec leurs propos ils vont nous faire avoir des ennuis avec les Romains… Il n’est pas parent avec ce Jean-Baptiste ? Mais si ! Cet illuminé qu’Hérode a fait supprimer. Pire, il blasphème : il prétend relever le temple en trois jours. Il se prend pour Dieu lui-même ou quoi ? Peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon ? Les esprits s’échauffent.
Jésus arrêté, les critiques pleuvent : même ses disciples le lâchent. Il y en a un qui s’est pendu. « J’ai discuté avec celui qui se fait appeler Pierre, et qui le suivait comme son ombre, il prétend ne pas le connaître. C’est dire… »
Quelques jours plus tard, la foule préférera Barabbas à Jésus. Mieux, elle hurlera qu’on la débarrasse de l’imposteur galiléen. La suite, vous la connaissez…
Pour autant, l’histoire ne s’arrête pas là. Par la persévérance de la bande de vagabonds – et sans nul doute l’oeuvre de l’Esprit – la bonne nouvelle ne restera pas éphémère. Le désaveu ne sera que temporaire et le zapping n’aura pas lieu. La foule, le « peuple » n’a pas eu raison. C’est la Parole qui a perduré, le message d’amour qui a continué à se transmettre. Certains engouements ont la vie dure.

Découvrez d’autres contenus sur le blog Inspirations

Sur le même thème

Michelle Obama, une Lady inspirante

Michelle Obama, une Lady inspirante

Paris l’attendait depuis des mois ! Enfin, l’ex-first lady, icône pour beaucoup, a arrêté sa tournée internationale en France pour une soirée galvanisante. Le blog y était et vous livre ses impressions.

Un contenu proposé par Inspirations
Quoi de neuf ? Molière !

Quoi de neuf ? Molière !

La saillie de Sacha Guitry prend tout son sens alors que Le Misanthrope est joué à Paris. Plus moderne que jamais, que serait Alceste aujourd’hui ? Découvrez sa version 2.0 !

Un contenu proposé par Inspirations
Connaissez-vous l'optimalisme ?

Connaissez-vous l’optimalisme ?

Le perfectionniste est rarement joyeux. On vous propose plutôt de cultiver l'optimalisme : faire de son mieux sans perdre de vue son bien-être.

Un contenu proposé par Inspirations

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Inspirations

Inspirations est un blog qui respire l’air du temps, pour mettre de la bonne humeur, de la légèreté et du mieux-être dans la vie de tous les jours. Il a les pieds sur terre et la tête dans les étoiles et collecte expériences, conseils, réflexions et bonnes idées, avec un supplément d’âme. Quête de soi et quête de sens y sont indissociables. Un souffle de bien-être et de mieux-vivre au quotidien.

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants