La fidélité… c’est ringard ?

La fidélité… c’est ringard ?

Si on enferme la fidélité dans un concept uniquement intellectuel, on risque de l’instrumentaliser. Une réflexion de Rachel Wolff, conseillère conjugale et familiale à l’UEPAL.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 16 juin 2018

S’il t’arrive d’ouvrir un magazine féminin ou d’aller sur les réseaux sociaux, tu t’es sûrement rendu compte que ce sujet refait souvent surface. La fidélité, c’est à la mode ! Mais nous n’avons rien inventé. Fidélité vient du latin fides qui a la même racine que les mots confiance et foi ! Le terme fidélité signifie d’abord respecter un engagement. Aujourd’hui, on l’emploie généralement dans le sens d’exclusivité : « J’ai un(e) seul(e) partenaire ».

Pour toi, fidélité, c’est plutôt exclusivité ou engagement ? Ou les deux ?

Souvent, on pense que la fidélité est un concept que nous aurait imposé le christianisme. Se jurer fidélité dans le couple serait une façon de conjurer le sort et de se mettre à l’abri de toute tentation. Je crois que, au contraire, c’est mettre un couvercle sur ses désirs. Tu dois savoir que tout ce qui est sous pression risque d’exploser. Si j’enferme la fidélité dans un concept uniquement intellectuel, je risque de l’instrumentaliser. Par exemple, si je fais de beaux discours sur la fidélité à mes amis tout en étant infidèle, je l’utilise juste pour raconter une histoire aux autres et obtenir leur approbation. Lorsqu’ils découvriront ce que je vis par ailleurs, la cocotte pourrait exploser. Être fidèle n’est-ce pas au-delà de simples mots ? Tenir un engagement serait : redire chaque jour « je décide à nouveau de t’accompagner toi, dans la vie, pas un·e autre ? ». C’est une phrase que je peux me dire pour l’avoir en tête et me souvenir de mon intention. Cette façon d’incarner la fidélité demande plus d’investissement et d’énergie que celle de dire « je te jure fidélité » et espérer qu’ainsi, sans faire d’effort, cela fonctionne pour toujours.

Si tu choisis de croire en un « Au-delà », « Dieu », ou une forme « d’Amour » inconditionnel, alors oui, sans doute que la fidélité n’est pas démodée. La foi et la fidélité sont très proches, je les choisis sans trop savoir où cela va me mener, mais je décide d’y aller. C’est exactement pour cela que le défi est attrayant !

Alors, la fidélité, c’est cool ?

Sur le même thème

Repenser l’infidélité pour réinventer son couple

Repenser l’infidélité… pour réinventer son couple

Thérapeute de couple réputée à New York, Esther Perel était à Paris pour une unique conférence, à l’occasion de la sortie de « Je t’aime, je te trompe ».

Un contenu proposé par Inspirations

L’infidélité passerait-elle par moi aussi ?

« Je suis sur le point de prendre un amant ; comprenez bien que je suis tombée amoureuse, sauf qu’il ne s’agit pas de mon mari. J’ai bien peur de ne savoir résister plus longtemps. »

Un contenu proposé par Fabuleuses au foyer
Quand l’adultère fait fantasmer les humains

Quand l’adultère fait fantasmer les humains

Une nouvelle campage publicitaire fait l’apologie de l’infidélité.

Un contenu proposé par

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 42 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire