Nos enfants sont-ils surbookés ?

Nos enfants sont-ils surbookés ?

L'avis de David Dutarte, responsable du réseau Familylab France. Un article extrait du dossier "Vivre à toute vitesse, une fatalité ?"

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 26 septembre 2018

Auteur : Caroline Lehmann

Journées d’école archi-remplies, devoirs, écrans, sport, musique, soirées pyjama et parfois deux domiciles… Beaucoup d’enfants et d’ados ont des agendas dignes de ceux des adultes.

« Jusqu’à sept ou huit ans, un enfant a juste besoin de jouer, d’expérimenter plein de choses dans un cadre sécurisant », affirme David Dutarte. Il met en garde contre l’empilement des activités extra-scolaires « pas toujours adaptées » et estime qu’« il peut y avoir de la négligence voire une forme de maltraitance à l’égard de certains enfants » si on les pousse toujours au-delà de leurs limites. « On a tous envie que nos enfants réussissent. Mais c’est quoi réussir : faire carrière ? Fonder une famille parfaite ? Dans ce cas, on leur met la barre très très haut et ils s’adapteront cahin-caha. Mais si on considère que réussir, c’est d’abord l’épanouissement intérieur et relationnel, cela demande de les accompagner autrement », explique-t-il.

En ce domaine il n’existe ni « trucs » ni recettes toutes faites, mais, pour David Dutarte, il est important que l’adulte montre l’exemple : « Un parent qui vit à 200 à l’heure va transmettre son stress à ses enfants tandis qu’un parent apaisé est beaucoup plus à même de prendre soin de lui », note-t-il. Et d’insister sur la nécessité de passer, y compris avec ses enfants et petits-enfants, du registre du « faire » à celui de l’« être », même si « c’est difficile car en général nous avons intégré des impératifs de performance ».

La nécessité de s’ennuyer

L’expert insiste sur la nécessité, pour les enfants comme pour les adultes, de se poser voire de s’ennuyer : « Les activités et les écrans captent notre ennui et nous situent du côté du faire ; l’ennui, lui, demande d’aller chercher en soi une force pour l’habiter d’une manière ou d’une autre », explique-t-il. « Prendre le temps de s’assoir par terre, regarder comment l’enfant joue et parfois jouer avec lui ; préparer le repas et l’inviter à être simplement avec nous plutôt que devant un écran car là des choses peuvent être dites… C’est tout simple au fond », conclut David Dutarte non sans lucidité : « Cela va bien au-delà des bonnes résolutions qui durent trois jours ; c’est un long chemin qui nécessite de sortir des schémas classiques. »

  • Fondé en 2004 au Danemark, Familylab est un réseau européen de professionnels de l’éducation et de la santé, praticiens des relations familiales et interpersonnelles. Il accompagne des personnes et des familles, propose des ateliers, conférences et séminaires. Voir : www.familylab.fr

Sur le même thème

Doit-on forcément occuper les enfants ?

Doit-on forcément occuper les enfants ?

Vacances scolaires riment souvent avec activités pour nos chers petits. Mais est-il bien nécessaire de remplir systématiquement leurs journées ?

Un contenu proposé par Inspirations

Apprendre la frustration pour bien vivre

En voulant à tout prix rendre la vie facile à nos enfants, nous ne leur apprenons pas à affronter la réalité. Dans "Dialogue - Sujet psy", Isabelle Fiévet-Rossignol reçoit Didier Pleux, psychologue clinicien et psychothérapeute.

Un contenu proposé par Fréquence Protestante

Faites toujours de votre mieux !

De nombreux enfants pratiquent les sports que rêvaient de pratiquer leurs parents dans leur enfance. Les miens n’ont pas dérogé à la règle !

Un contenu proposé par Fabuleuses au foyer

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 42 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire