1815, la terreur blanche - Pierre Triomphe

1815, la terreur blanche

Napoléon ou Louis XVIII ? Pierre Triomphe nous livre ici une analyse du processus de radicalisation entre patriotes et royalistes dans les dernières années de l'Empire dans le Midi de la France.

Un contenu proposé par LibreSens

Publié le 8 février 2018

Lire directement l’article sur LibreSens

Compte-rendu de Simone Gellibert, paru dans la revue LibreSens n°235 de janvier-février 2018

Cette étude remarquable évoque et analyse les excès commis par les royalistes dans le Midi de la France durant l’été et l’automne qui suivirent la seconde abdication de Napoléon, le 22 juin 1815, sur « un vaste espace qui s’étend des Alpes aux Pyrénées, de la Méditerranée à l’Atlantique » et qui représente en 1815 un petit quart du territoire hexagonal comprenant 5,3 millions d’habitants sur 28,8 millions de Français.

 La première Restauration, après l’abdication de Napoléon le 6 avril 1814, ne peut engendrer que des déceptions : la Charte Constitutionnelle est un compromis entre les traditions de l’Ancien Régime et les acquis révolutionnaires. Or, les royalistes veulent un retour à l’ancienne organisation socio-économique, le clergé prétend retrouver ses anciennes prérogatives et les fanatiques dans le Sud commencent à s’en prendre à la liberté de culte, provoquant ainsi l’inquiétude et l’hostilité des réformés de Nîmes. Des « associations royalistes, aux marges de la légalité (…) deviennent vite une force partisane », voire sectaire. À défaut d’obtenir la restitution de leurs biens fonciers, nombre de royalistes cherchent à […]

Lire la suite sur LibreSens

Dans la même rubrique...

Derrière les murs

Une recension du livre de Christiane Puzenat, "Faire route avec...".

Un contenu proposé par Évangile et liberté

C’est la rentrée avec le film Respect

Jean-Luc Gadreau, blogueur et critique ciné, propose de découvrir un biopic qui retrace l’ascension de la chanteuse Aretha Franklin, icône de la musique soul.

Un contenu proposé par Campus protestant

Atarrabi et Mikelats

La déesse Mari confie au Diable ses deux fils, nés d'un père mortel. Lorsqu'ils atteignent leur majorité, l'un, Mikelats, décide de rester auprès du maître, tandis que l'autre, Atarrabi, s'enfuit. Mais le Diable réussit à retenir son ombre...

Un contenu proposé par Pro-Fil

« Les intranquilles », l’amour à l’épreuve d’une maladie

Un drame intime poignant mais aussi et surtout une histoire d'amour bouleversante, à l'épreuve terrible d'une maladie dont on ne guérit pas.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

LibreSens

Le blog LibreSens publie des comptes rendus de lecture écrits non par des critiques littéraires ou des journalistes, mais par des lecteurs avertis (pasteurs, laïcs engagés, théologiens, historiens, philosophes, biblistes…), ce qui constitue son originalité. LibreSens est le Club de lecture des amis du CPED (Centre protestant d’étude et de documentation).

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants