Aimer éperdument... à perdre la raison

Aimer éperdument… à perdre la raison

Éperdument est une adaptation de « Défense d’aimer » de Florent Gonçalves, dans lequel cet ancien directeur de prison racontait ses amours avec une détenue mêlée à l’affaire du « gang des barbares ».

Un contenu proposé par ArtSpi'in

Publié le 9 mars 2016

Auteur : Jean-Luc Gadreau

Le réalisateur Pierre Godeau a décidé d’adapter cette passion impossible au cinéma, en supprimant toute allusion à  à ce fait divers sordide. Il choisit de ne se concentrer que sur la passion amoureuse qui se développe entre les deux protagonistes interprétés avec brio et sensualité par Guillaume Gallienne et Adèle Exarchopoulos. Peu nombreux auraient sans doute été ceux à parier sur ce duo, mais pourtant le choix est remarquable et fonctionne à merveille. C’est d’ailleurs la grande réussite du film qui donne force à l’histoire qui, finalement, en ne se fixant que sur la passion, n’est pas tellement fournie.

Au-delà de la performance d’acteurs, deux autres points positifs m’on permis de passer un très bon moment. Tout d’abord c’est la qualité du travail effectuée pour rendre la réalité du l’univers carcéral féminin. J’y vois une grande justesse qui pourrait nous donner parfois l’impression d’être dans un documentaire en immersion. Et si parfois certaines lourdeurs peuvent néanmoins apparaître, l’ensemble reste très cohérent. Et enfin c’est la thématique en elle-même qui accroche. Ce questionnement sur la folie d’une passion amoureuse qui peut amener cet homme à tout perdre, à agir avec une folie furieuse (du moins pour le regard extérieur), sur le basculement d’une vie par amour, l’auto-destruction qui peut en découler… la complexité des rapports amoureux, l’interrogation sur le jeu entre manipulation et séduction… le sens de la famille et sa fragilité. Des sujets finalement à la fois très classiques et tellement compliqués, en tout cas universels mais qui dans le contexte si particulier de cette histoire prennent une tournure intéressante et touchante.

Découvrez d’autres critiques de films sur le blog ArtSpi’in

Dans la même rubrique...

Napoléon et la question de l’esclavage (1/4)

Le bicentenaire de la mort de Napoléon est l’occasion de revenir, en 2021, sur les questions qui « fâchent » – ici, l’esclavage – en replaçant l’homme dans son temps et en lui rendant la place unique qu’il y tient.

Un contenu proposé par Réforme

Drive my car

Le dernier film de Ryusuke Hamaguchi, road movie intimiste Prix du scénario à Cannes en 2021.

Un contenu proposé par Pro-Fil

Philippe Duplessis-Mornay, éminence grise du futur Henri IV

Rescapé de la Saint-Barthélemy, ce gentilhomme réformé fut l’un des conseillers les plus influents de Henri de Navarre, le futur Henri IV.

Un contenu proposé par Réforme

« Les routes de l’esclavage »

Une publication liée à une série documentaire de quatre films intitulés « Les routes de l’esclavage » diffusée sur ARTE et dont l’auteure, Catherine Coquery-Vidrovitch, fut la conseillère historique.

Un contenu proposé par LibreSens

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

ArtSpi’in

Cinéma, culture, sport, spiritualité, société… Autant de sujets de prédilection du blog de Jean-Luc Gadreau, ArtSpi’in. Jean-Luc Gadreau est pasteur, auteur, mais aussi attaché de presse du Jury œcuménique au Festival de Cannes.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants