Alain Resnais et le protestantisme

Alain Resnais et le protestantisme

Avec Alain Resnais (1922-2014), c'est un des plus grands cinéastes français du dernier siècle qui s'en est allé. Ses rapports avec la religion n'étaient pas simples.

Un contenu proposé par Blog de Sébastien Fath

Publié le 27 mars 2015

Auteur : Sébastien Fath

Lire directement l’article sur Blog de Sébastien Fath

Ils se dessinaient sur un mode de mise à distance et d’interrogation exigeante, autour des enjeux du temps et de la mort, qui obsédaient ce bon vivant. Agnostique, Alain Resnais se voulait d’abord un esprit libre.

Les protestants, qui lui ont consacré une notice dans L’Encyclopédie du protestantisme (article de Pierre Bühler) ont notamment porté leur attention sur L’amour à mort (1984), drame amoureux qui met en scène un couple pastoral, sur fond de Cévennes protestantes.

« Protestantisme et cinéma français »

A travers cette œuvre exigeante, où s’illustrent les magnifiques Pierre Arditi, Sabine Azéma, André Dussolier et Fanny Ardant (dont une image du film a été réutilisée, pour la petite histoire, pour un livre de Jean Baubérot, Le retour des Huguenots, 1985), on peut s’interroger d’un peu plus près sur les rapports entre le cinéaste et le protestantisme. […]

Lire la suite sur Blog de Sébastien Fath

Dans la même rubrique...

When You Finish Saving The World… mère et fils

Une comédie riche en émotions, par le réalisateur américain Jesse Eisenberg. C'est le film d’ouverture de la Semaine de la Critique.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

L’œil œcuménique du Festival de Cannes

Alors que le Festival de Cannes 2022 se clôture le 28 mai, zoom le jury œcuménique et son regard spirituel.

Un contenu proposé par Une plume et des gens

Top Gun : Maverick… pari réussi !

Tom Cruise a enflammé la Croisette, et littéralement fait illuminer le ciel par la Patrouille de France, lors de la présentation de Top Gun : Maverick ! Le film se déroule environ 30 ans après le premier opus.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

En nous

En 2011, dans "Nous, princesses de Clèves", un groupe de lycéens des quartiers nord de Marseille découvrait, grâce à leur professeure de français, un texte qui faisait écho à leurs peurs et à leurs aspirations. 10 ans après, que reste-t-il de leurs espoirs de liberté, d’égalité et de fraternité ?

Un contenu proposé par Pro-Fil

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Blog de Sébastien Fath

Agrégé d’histoire, ancien élève de l’École Normale Lettres Sciences Humaines (LSE), docteur de l’EPHE, Sébastien Fath est chercheur au CNRS, membre du Groupe Sociétés Religions Laïcités.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast