Antigone… mon cœur me dit !
Culture

Antigone… mon cœur me dit !

La réalisatrice canadienne Sophie Deraspe dresse le portrait saisissant d’une famille en crise en adaptant librement Antigone l’œuvre de Sophocle dans la ville de Montréal. Au cinéma le 2 septembre.

Un contenu proposé par ArtSpi'in

Publié le 2 septembre 2020

Auteur : Jean-Luc Gadreau

Pour son cinquième long métrage, la scénariste, réalisatrice et directrice de la photographie québécoise Sophie Deraspe adapte et modernise librement Antigone l’œuvre de Sophocle, en transposant les personnages de la tragédie grecque dans les rues de Montréal. Son film a reçu le prix du meilleur film canadien lors du Festival international du film de Toronto en 2019 ainsi que le prix officiel de l’Académie canadienne du meilleur film en langue étrangère. Prévu initialement sur les écrans français en avril 2020, il sort finalement ce 2 septembre et c’est un coup de cœur pour cette rentrée cinéma.

Antigone est une adolescente brillante au parcours sans accroc. En aidant son frère à s’évader de prison, elle agit au nom de sa propre justice, celle de l’amour et la solidarité. Désormais en marge de la loi des hommes, Antigone devient l’héroïne de toute une génération et pour les autorités, le symbole d’une rébellion à canaliser…

Sacré défi relevé par Sophie Deraspe de revisiter librement Antigone pour transposer, plus ou moins, les situations originelles à notre époque et dans le cadre social de nos villes occidentales en abordant notamment la souffrante question de l’immigration. La réalisatrice dresse le portrait saisissant d’une famille en crise, un récit héroïque sur la loyauté entre frères et sœurs, et une mise en accusation virulente d’un système d’immigration et de justice qui fait la part belle à l’ordre public mais manque tellement d’humanité et de compassion.

La clé de la réussite de ce drame est, sans aucun doute, la formidable performance de l’actrice Nahéma Ricci, dans son deuxième rôle au cinéma, avec un sain mélange de naïveté et de férocité. Elle a la tâche peu enviable d’entrer dans la peau d’une adolescente dont les peurs, les inquiétudes et les doutes intérieurs ne cessent de corroder l’armure et l’aura qu’elle a créées autour d’elle, d’une force et d’une résistance infaillibles face à l’oppression. C’est une véritable performance ! Un travail d’une complexité technique qui pourrait faire trébucher un certain nombre d’acteurs plus expérimentés. La voir passer de la naïveté et de l’idéalisme à la désillusion – non seulement avec le système judiciaire, mais aussi avec sa famille, car elle est déçue à plusieurs reprises par Polynice et se rend compte qu’Étéocle n’était pas aussi parfait qu’elle le pensait – est franchement déchirant. 

Ressemblant en un certain sens à une jeune Kristen Stewart, avec une intensité similaire, elle joue le rôle d’Antigone, une lycéenne de 17 ans dans un quartier ouvrier de Montréal. Elle semble déterminée à s’adapter à la vie au Canada, ce qui implique de surmonter la terreur et le chagrin de son enfance, qu’elle expose à ses camarades de classe comme un exercice scolaire. Elle est venue au Canada alors qu’elle était enfant, à la suite du meurtre de ses parents dans leur pays natal. Antigone vit dans un petit appartement avec sa grand-mère Méni (Rachida Oussaada), qui veille désormais sur la famille, et ses frères et sœurs : les frères Étéocle (Hakim Brahimi) et Polynice (Rawad El-Zein) et sa sœur Ismène (Nour Belkhiria). Antigone est une brillante étudiante – elle obtient même un prix de 4.000 dollars pour ses résultats scolaires et elle est amoureuse de Haemon (Antoine Desrochers), son petit ami – mais c’est une autre histoire pour ses frères et sœurs. Ismène, jeune shampoinneuse dans un salon de coiffure, espère un jour mener une vie « normale » avec un mari, une maison et des enfants, mais ses projets restent vagues. Étéocle et Polynice, quant à eux, sont tombés dans un gang de rue et sous la surveillance des autorités, une situation qui tourne au drame lorsqu’une descente de police maladroite brise la famille et envoie Polynice en prison, puis sur la voie rapide de l’extradition. Antigone conçoit courageusement un plan pour réparer cette grave erreur. Il s’agit d’une usurpation d’identité qui aura forcément des conséquences imprévues, mais pour cette jeune femme courageuse et pleine de principes, il n’y a pas d’autre recours. Elle considère que sa transgression a un sens et peut ainsi braver les conséquences supposées. L’intégrité d’Antigone, son sens de la justice et sa capacité d’amour vont alors éclater au grand jour mais aussi s’affronter à de nombreux obstacles. « Mon cœur me dit », répond-elle alors pour motiver ses actes, en prononçant ainsi ce qui deviendra un véritable slogan générationnel. Malgré les tentatives d’éviter les projecteurs, Antigone se métamorphose en figure contre l’injustice. 

Pour aller une peu plus loin dans l’analyse de cette adaptation cinématographique d’Antigone, on peut observer que le film reprend les thèmes centraux de la pièce originale – la famille, l’exil, le pouvoir de l’État et le sacrifice – pour refléter les luttes de cette famille d’immigrants algériens de première génération à Montréal. Dans la pièce du cinquième siècle, Antigone désobéit au décret de son oncle qui veut que son frère soit laissé sans sépulture et est condamné à mort en guise de punition ; dans celle de Deraspe, c’est une jeune femme désespérée qui cherche à sauver son frère de l’extradition. Il est bon de savoir que dans la tradition de la tragédie grecque, un grand homme ou une grande femme est amené à la ruine par son hamartia, ou défaut fatal, mais aussi par le destin, une chute paradoxale qui est à la fois autodéterminée et prédestinée. Alors que l’Antigone de Sophocle est condamnée par le destin, celle de Deraspe est condamnée par le système. Dès le premier plan, les yeux écarquillés dans la lumière blanche du poste de police, le film la rend symbolique d’une lutte plus large qui la dépasse. Ce point est également exploré de manière plus évidente dans les scènes qui expriment sa re ou dé-construction par les médias comme personnage public. Un montage rapide d’images montre comment sa photo d’identité judiciaire est utilisée à des fins différentes. Dans une des scènes, elle est recadrée avec le symbolisme du gang, légendée comme une « soeur habibi » ou une « salope radicale » ; dans une autre, le contour de ses cheveux courts et de ses yeux larges est transformé comme un pochoir, à la manière de Che Guevara. Elle est réappropriée en tant qu’Algérienne, Canadienne, coupable ou innocente, selon le point de vue. Son manque de contrôle sur son propre destin est clairement illustré par la manipulation de son image. 

Dans la tragédie sophocléenne, le pire des destins n’est sans doute pas la mort, mais l’apatridie. Pour ceux qui cherchent aujourd’hui à obtenir la citoyenneté, les destins du déplacement et de la mort ne peuvent être divisés aussi clairement – la probabilité de la seconde est accrue par la première. Les actions d’Antigone pour sauver son frère mettent ainsi en danger sa propre quête de citoyenneté canadienne. Elle pourrait « tenter le destin », selon les termes de sa grand-mère, non seulement par son propre moyen, mais aussi par son manque de moyens, son destin et celui de sa famille étant circonscrits par leur statut d’immigrant. Dans la pièce de Sophocle, les dieux sont invisibles et ne peuvent être tenus responsables des forces du destin qui, dans Antigone de Deraspe, sont rendues concrètes et littérales sous la forme même de l’État. Mais l’État n’est pas le destin, et peut être modifié et transformé. Il est de notre devoir, suggère alors Deraspe, de faire pression contre lui. La réalisatrice précise d’ailleurs qu’Antigone, qui se sent investie d’un devoir supérieur envers ceux et celles qui l’ont précédée, perçoit toujours à ses côtés les siens, vivants ou morts. La loi des hommes a donc forcément moins de valeur à ses yeux que la loi dictée par ses morts, ce qui la place devant un dilemme qui est l’essence même de la tragédie. 

Alors rassurez-vous, les spectateurs qui ne connaissent pas ou peu l’histoire d’Antigone ne seront en rien gênés ou privés de quoi que ce soit… Cela garantit d’ailleurs que les préoccupations thématiques du film ont une urgence contemporaine qui aurait pu être perdue dans une adaptation plus littérale.

Le fort sens visuel de Deraspe lui sert également particulièrement bien dans la façon dont elle utilise l’apport des réseaux sociaux… en les employant avec parcimonie et uniquement lorsqu’ils font avancer l’histoire, à la façon justement du chœur antique dans la tragédie grecque. Idem pour la bande-son, qui mélange le hip-hop, la pop et Debussy mais aussi des mélodies traditionnelles du Moyen-Orient, servant au mieux la puissance émotionnelle mais sans nous submerger pathétiquement.

Antigone de Sophie Deraspe apporte à Sophocle une dimension fraîche et véritablement stimulante. Son cœur est fort et son objectif est vrai, faisant de ce film non seulement une œuvre mémorable, mais aussi une expérience de conscience et finalement une nouvelle tragédie percutante pour les temps modernes qui tombe à pic actuellement !

Vous pourriez aimer aussi

Little fires everywhere

Little Fires Everywhere

Basée sur un roman à succès, « Little Fires Everywhere » est une mini-série en 8 épisodes. Dans les rôles principaux, Kerry Washington et Reese Witherspoon, par ailleurs productrice, et également à l’origine du triomphe de « Big Little Lies ».

Un contenu proposé par ArtSpi’in
Un simple thé pour revenir à l’essentiel

Un simple thé pour revenir à l’essentiel

"Dans un jardin qu’on dirait éternel", la réalisatrice Tatsushi Ohmori dépeint cette tradition ancestrale comme un refuge pour les femmes, un sanctuaire immaculé de calme et de sérénité.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

« La troisième femme »

Ce long métrage de la réalisatrice vietnamienne Ash Mayfair est à mes yeux LE film de ce mercredi 19 août.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

ArtSpi’in

Cinéma, culture, sport, spiritualité, société… Autant de sujets de prédilection du blog de Jean-Luc Gadreau, ArtSpi’in. Jean-Luc Gadreau est pasteur, auteur, mais aussi attaché de presse du Jury œcuménique au Festival de Cannes.

Derniers contenus du partenaire

Découvrez le blog Regards sur les paroisses