Pages

Au magasin des nouveautés

Le week-end de la Pentecôte et l’ouverture des librairies vous invitent à la lecture.

Un contenu proposé par Le blog de Frédérick Casadesus

Publié le 29 mai 2020

Auteur : Frédérick Casadesus

Lire directement l’article sur Le blog de Frédérick Casadesus

Velin, Vergé, velours, à la fin c’est tout comme : le murmure des pages que l’on tourne procure un même envol, ivresse du colibri, de la colombe, ou du Rouge Gorge – un vin de merveille que produit le Domaine de la Bellivière. La Pentecôte s’annonce. On ne promet pas l’Esprit saint, mais des ouvrages de qualité, comme on en trouvait, jadis, en vitrine, Aux Dames de France.

Commençons par Jules. Un général qui ne manquait ni d’autorité, ni de Lettres, et ne savait pas franchir une rivière sans faire des phrases. Alessandro Garcea, professeur de littérature latine à la Sorbonne, publie Tout César en collection Bouquins (960 p. 30 €). Les Commentaires y tiennent la place d’honneur, guerre des Gaules, guerre civile, victoires au détriment de Vercingétorix et de Pompée. L’amorce concernant les Helvètes nous ravit : « Leur population nombreuse, la gloire de leurs armes, le sentiment de leur courage rendaient trop étroit pour eux un pays qui avait deux cent quarante milles de longueur sur cent quatre-vingt milles de largeur. »

La façon dont l’auteur- qui parlait de lui, chacun le sait grâce à René Goscinny, à la troisième personne du singulier- décrit les peuples de chez nous fait plus de peine: « connaissant la légèreté des Gaulois et sentant déjà l’impression qu’un seul combat avait faite sur eux, il ne voulut point leur laisser le temps de prendre un parti. »

Cette vista militaire, d’autres en usèrent d’abondance. Ouvrant la plaie de 1870, Thierry Nélias étudie L’humiliante défaite (à paraître le 10 juin chez Vuibert, 336 p. 21,90€). Le récit d’un effondrement militaire, associé de manière élégante aux petites manies de la vie quotidienne, devrait plaire aux amoureux des divertissements littéraires.

Parce qu’il n’est pas de journée qui vaille dans ce pays sans que l’on parle des affaires de la Cité, achevons ce panorama par un Tract. Il ne s’agit pas d’un dépliant de militant mais d’une collection. Le 4 juin, Jean-Noël Jeanneney publiera « Virus Ennemi, discours de crise, histoire de guerres » (Tracts, Gallimard, 64 p. 4,90 €). Sans donner de leçons, posant là des connaissances incontestables, ici les termes d’un débat contradictoire, l’historien puise dans le flot de la Grande Guerre ou dans la débâcle de 40 les sources d’une compréhension de notre temps.

Regrettant que les responsables politiques d’aujourd’hui se cachent derrière les médecins face à la pandémie, l’ancien président de la Bibliothèque Nationale de France formule un rappel au devoir des élus, «on attend autre chose de leur lucidité et de leur courage », et rappelle quelques références chères aux protestants: « Max Weber, dans un livre célèbre qui date de 1919 et qui est nourri de l’expérience du conflit, « Le Savant et le politique », posait avec limpidité la différence entre la tâche de l’un et celle de l’autre. Son opposition est fameuse entre l’éthique de conviction et l’éthique de responsabilité. La spécialisation des savants dans un domaine exige d’eux une impartialité maximale par rapport aux émotions collectives, une neutralité rigoureuse envers les passions environnantes. L’homme d’État, pour sa part, placé dans une conjoncture toujours singulière et unique, exerce ses choix en fonction de ses valeurs morales et des forces au travail qui sont elles-mêmes nourries de bien d’autres facteurs que la quête abstraite d’une vérité – celle-ci étant d’ailleurs, par nature, toujours sujette à révision.»

Puisque tout finit par des chansons, laissons notre esprit voler vers Israël, dont deux jazzmen nous offrent une mélodie d’Ellington, un peu de l’Esprit de la Loi…

Lire la suite sur Le blog de Frédérick Casadesus

Vous pourriez aimer aussi

Les préjugés vaincus par l’intérêt

Les préjugés vaincus par l’intérêt

L'accord franco-allemand signé le 18 mai rebat les cartes au sein de l'Union européenne. Entretien avec Philippe Braud, professeur émérite à Sciences Po.

Un contenu proposé par Le blog de Frédérick Casadesus

Un mot pour un autre

Jean Guiloineau pratique un art tout de souplesse et de persévérance. Il est traducteur.

Un contenu proposé par Le blog de Frédérick Casadesus

Fragiles saltimbanques

Les annonces du président Macron, mercredi 6 mai, suffiront-elles à préserver le milieu musical ?

Un contenu proposé par Le blog de Frédérick Casadesus

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le blog de Frédérick Casadesus

Journaliste à Fréquence Protestante – après avoir travaillé pendant quinze ans pour Réforme – Frédérick Casadesus est aussi l’auteur de livres, notamment Douze protestants qui ont fait la France, aux éditions du Cerf.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram