EXPOSITION

Aux sources du yoga

Le succès du yoga en Occident ne faiblit pas. D’abord une mode dans les années 1960-1970, c’est devenu une activité pratiquée un peu partout dans le monde. Le musée Guimet propose de revenir à l’origine de ce mouvement qui est d’abord une très ancienne spiritualité.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes - Paris

Publié le 25 mars 2022

Auteur : Anne-Marie Balenbois

Enchaîner des postures acrobatiques sur un tapis est bien souvent la manière réductrice dont est défini le yoga. En Inde, ce terme existe depuis longtemps et recouvre des pratiques diverses. Le musée Guimet, à travers de précieuses œuvres qui datent du Xe au XIXe siècle, tente une approche instructive de ce qui est bien davantage qu’une gymnastique un peu exotique.

Lointaines origines

Si les origines du yoga se perdent dans la nuit des temps, les orientalistes s’accordent à souligner l’importance de deux notions qui s’imposent entre le VIIIe et le Ve siècle av. J.-C.. La première concerne la métempsychose, c’est-à-dire un cycle de renaissance dont le nom sanskrit est samsara, une réincarnation étroitement liée aux actions bonnes ou mauvaises menées pendant la vie. La deuxième notion concerne l’importance de ces actions, motivées le plus souvent par l’attachement et la dépendance aux biens matériels ou aux passions. Elles doivent être combattues et dominées autant qu’il est possible. Dès lors les adeptes de ce qui s’appelle le yoga (joug ou union en sanskrit) cherchent à progresser sur la voie de la délivrance grâce à une discipline mentale et corporelle.

Le yoga recouvre des formes multiples, probablement en raison de l’ancienneté de ces croyances. Certains sont strictement végétariens au nom de la non-violence, d’autres mangent de la viande ; certains prônent une ascèse extrême, d’autres mènent une vie sociale normale… La pratique du yoga s’est développée de manière considérable à partir du XVIIe siècle, date à partir de laquelle on observe dans les représentations iconographiques et les traités une grande diversification des postures.

Spiritualité et religions

C’est par le brahmanisme que l’esprit du yoga est le plus compréhensible, avec comme dieu emblématique Shiva. Celui-ci est souvent représenté en maître de yoga, coiffé d’un chignon de tresses et le corps couvert de cendres comme un sadhu (ascète). Il est détourné de ses pratiques ascétiques par la déesse Parvati avec qui il a un enfant. Shiva est ainsi l’exemple, pour les Hommes, d’un dieu partagé entre l’attrait pour l’ascèse et celui pour la vie sociale.

Au fil des siècles, le renoncement devient une sorte d’idéal commun à toutes les religions présentes en Inde, même l’islam via le soufisme. Le visiteur, une fois les explications reçues, ne sera donc pas étonné de trouver des représentations de yogis issus de miniatures mogholes (c’est-à-dire musulmanes), grâce notamment à un manuscrit exceptionnel du tout début du XVIIe siècle qui est le premier traité à représenter 21 postures de base. Dans d’autres peintures, on admire des disciples se former auprès de maîtres, une composante essentielle dans une discipline qui passe très largement par l’enseignement direct, certains yogis étant très célèbres.

Un des premiers textes à tenter un enseignement structuré et datant du XIIIe siècle souligne que chacun peut entrer en recherche, quelle que soit sa religion (ou son absence de religion) : « le sage doté de foi et constamment voué à la pratique du yoga atteindra la réalisation complète ». Une exposition qui devrait intéresser autant les néophytes que les pratiquants avertis.

Dans la même rubrique...

Lesguidières, dernier connétable de France

François de Bonne de Lesguidières a été fait duc et pair puis connétable de France en 1622, il y a quatre cents ans.

Un contenu proposé par Le Protestant de l’Ouest

Il y a 60 ans, la fin de la guerre d’Algérie

Samedi 19 mars, la France a commémoré le 60e anniversaire des Accords d'Evian et du cessez-le-feu en Algérie. L'occasion de (re)découvrir une sélection de contenus des médias protestants sur la guerre d'Algérie.

Un contenu proposé par Regards protestants

Pierre et Hélène Gagnier

Le 1er mai prochain, le Centre Protestant de Rencontre de Nice prendra le nom de Centre Pierre et Hélène Gagnier, Justes parmi les Nations.

Un contenu proposé par Réveil

La destruction des idoles

Un état des lieux des pratiques iconoclastes, d'Abraham à l'État islamique.

Un contenu proposé par Labor et Fides

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Paroles Protestantes – Paris

Paroles protestantes – Paris est le journal des réformés et luthériens en Région parisienne. Il apporte tous les mois à ses lecteurs informations et réflexions. Un dossier, préparé avec la presse régionale protestante, aborde chaque mois un thème de société.

logo

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast