#Cannes2016 - Le client, pour laver leur honneur

#Cannes2016 – Le client, pour laver leur honneur

Après les succès mérités d’À propos d'Elly, Une séparation ou Le passé, le réalisateur Asghar Farhadi, nous transporte à Téhéran avec un l’histoire d’un couple de comédiens, dans son nouveau film Le client.

Un contenu proposé par ArtSpi'in

Publié le 22 mai 2016

Auteur : Jean-Luc Gadreau

Un drame conjugal fait d’honneur et de vengeance, au cœur de la classe moyenne iranienne.

Contraints de quitter leur appartement du centre de Téhéran en raison d’importants travaux menaçant l’immeuble, Emad et Rana emménagent dans un nouveau logement. Un incident en rapport avec l’ancienne locataire va bouleverser la vie du jeune couple.

Comme Farhadi aime le faire de façon récurrente, c’est cette complexité́ des relations humaines, surtout au sein d’une famille ou d’un couple, qui est abordée ici. On comprend rapidement l’importance de l’honneur qui est en jeu. Et pour y faire face, comme l’évoque une des voisines du couple, c’est « l’humiliation publique » qui est la solution. Démarre alors une recherche obsessionnelle du mari pour régler l’affaire. Une forme de vengeance que l’on imagine venir, mais qui prendra quelle forme se demande-t-on ? L’humiliation, publique, ou privée d’ailleurs aussi, se manifeste alors sous différents degrés. Celle que souhaite donner Emad au « coupable », celle que ressentent Emad et Rana de façon différentes, et d’autres encore plus subtiles de différents personnages autours.

C’est l’une des qualités de cette histoire, cette capacité de Farhadi à nous faire percevoir les aspects psychologiques des personnages, les enjeux profonds qui se manifestent dans les non-dits, dans l’arrière scène. Car oui, il y a aussi cette dimension théâtrale importante. Rappelez-vous, le couple est comédien. Et c’est la pièce d’Arthur Miller, « Mort d’un commis voyageur », qui se monte pendant les événements, en mode parallèle au sujet premier. S’établit donc une analogie vivante avec la vie personnelle du couple autour duquel se construit le film. Sur scène, Emad et Rana jouent les rôles du vendeur et de son épouse. Et dans leur propre vie, sans s’en rendre compte, ils vont être confrontés à un vendeur et à sa famille et devront décider du sort de cet homme.

Le client n’est peut-être pas le meilleur film du réalisateur iranien, mais il n’en demeure pas moins excellent et riche en réflexions possibles, seul ou en groupe. La fin d’ailleurs, sans la dévoiler, ouvre encore plus ces possibilités.

Découvrez d’autres critiques des films présentés à Cannes sur le blog ArtSpi’in

Dans la même rubrique...

6 août 1868. Paul Claudel et la Bible

De la Bible, comme beaucoup de français, il n’avait, avant sa conversion, qu’une connaissance rudimentaire.

Un contenu proposé par Un jour dans l’histoire

L’Egypte veut rendre le monastère Sainte-Catherine plus touristique

Le président égyptien souhaite bâtir de nouvelles infrastructures afin d’accroître la capacité d’accueil de ce site classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Un contenu proposé par

« Nézida »

Ce livre met en scène la Drôme protestante au 19eme siècle à travers l'histoire de Nézida, morte en 1884, à l’âge de 28 ans.

Un contenu proposé par Blog de la Librairie protestante

Rodhe-Cécilia Mavinga, peindre avec Dieu

Pour le 3e portrait de la série Arts en Christ, nous sommes venus à la rencontre de Rodhe Cécilia Mavinga, une des membres du collectif Fabuleuses créatives.

Un contenu proposé par Un tour des arts

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

ArtSpi’in

Cinéma, culture, sport, spiritualité, société… Autant de sujets de prédilection du blog de Jean-Luc Gadreau, ArtSpi’in. Jean-Luc Gadreau est pasteur, auteur, mais aussi attaché de presse du Jury œcuménique au Festival de Cannes.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast