#Cannes2017 - Chuuut... Wonderstruck !

#Cannes2017 – Chuuut… Wonderstruck !

Retour de Todd Haynes sur la Croisette, après Carol en 2015, il présente Wonderstruck, un magnifique conte original et métaphorique.

Un contenu proposé par ArtSpi'in

Publié le 18 mai 2017

Auteur : Jean-Luc Gadreau

Sur deux époques distinctes, les parcours de Ben et Rose. Ces deux enfants souhaitent secrètement que leur vie soit différente ; Ben rêve du père qu’il n’a jamais connu, tandis que Rose, isolée par sa surdité, se passionne pour la carrière d’une mystérieuse actrice. Lorsque Ben découvre dans les affaires de sa mère l’indice qui pourrait le conduire à son père et que Rose apprend que son idole sera bientôt sur scène, les deux enfants se lancent dans une quête à la symétrie fascinante qui va les mener à New York.

Pour l’ouverture du Festival, les fantômes d’Ismaël avait pu dérouter le spectateur. Aujourd’hui, dans la compétition cette fois-ci, ce sentiment sera sans doute encore partagé par certains. Todd Haynes ne nous propose pas un film académique tant dans sa construction et dans sa forme que dans l’histoire et ce que l’on peut en faire. La narration nous entraine très vite dans deux récits à la fois loin l’un de l’autre, notamment par l’époque et par le choix stratégique de les présenter en noir et blanc pour le premier et en couleur pour le second, et assez proches dans de nombreuse similitudes ou parallèles. Et puis, Wonderstruck est tout sauf bavard. Peut-être un peu long parfois, mais surtout avec très peu de dialogues privilégiant la musique remarquable et parfois funky aux paroles excessives et pesantes. Une volonté du réalisateur qui colle avec l’une des thématiques de son histoire, la surdité, et au travers d’elle le défi d’arriver à donner à voir le silence.

Conte métaphorique que ce Wonderstruck, adapté d’un roman de Brian Selznick (qui signe d’ailleurs le scénario du film), où l’on parle de descendance, de cauchemars, de secrets, du manque d’un parent absent, mais aussi de destin et d’amitié. Et tout cela se fait avec le talent immense d’un Todd Haynes qui me régale une fois de plus.

Alors pour conclure, comme je le tweetais à la sortie de la séance : Un vrai bonheur ce nouveau Todd Haynes. Car Wonderstruck est beau, délicieusement artistique, touchant et imprégné d’un sens profond !

Découvrez d’autres critiques des films présentés à Cannes sur le blog ArtSpi’in

Sur le même thème

#Cannes2017 - Triplette cannoise : Okja, 120 battements par minute, Le Redoutable

#Cannes2017 – Triplette cannoise : Okja, 120 battements par minute, Le Redoutable

Trois films extrêmement différents les uns des autres, tant par les sujets, la forme et les émotions qu’ils suscitent. Mais trois films qui donnent de la teneur à ce 70e festival !

Un contenu proposé par ArtSpi’in
#Cannes2017 - The Square : carrément bien !

#Cannes2017 – The Square : carrément bien !

N’allez pas croire que le cinéma scandinave est forcément froid et austère… Les premiers éclats de rires de la compétition de ce 70ème Festival de Cannes viennent d’un film suédois, The Square.

Un contenu proposé par ArtSpi’in
#Cannes2017 - Une "belle" faute d'Amour

#Cannes2017 – Une « belle » faute d’Amour

Plus qu’un drame amoureux, le premier film en compétition à Cannes cette année est un véritable drame sociétal. Dans "Faute d'Amour", le cinéaste russe Andrey Zvyagintsev dépeint une société individualiste et égocentrique.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

ArtSpi’in

Cinéma, culture, sport, spiritualité, société, Internet… Autant de sujets de prédilection du blog de Jean-Luc Gadreau, ArtSpi’in. Jean-Luc Gadreau est pasteur, mais aussi musicien, auteur, membre du jury œcuménique du cinéma, ambassadeur du SEL, directeur de l’EBCAM (École Baptiste de Communication, Arts, Multimédia) et supporter du PSG.

Derniers contenus du partenaire

Abonnez-vous à un média protestant !