#Cannes2018 - En guerre

#Cannes2018 – En guerre

Après « La loi du marché », « En guerre » marque le grand retour du duo Brizé-Lindon en compétition à Cannes. C’est aussi la 4e fois que le réalisateur et le comédien travaillent ensemble. Une complicité qui transparaît à l’écran.

Un contenu proposé par ArtSpi'in

Publié le 17 mai 2018

Auteur : Jean-Luc Gadreau

Malgré de lourds sacrifices financiers de la part des salariés et un bénéfice record de leur entreprise, la direction de l’usine Perrin Industrie décide néanmoins la fermeture totale du site. Accord bafoué, promesses non respectées, les 1100 salariés, emmenés par leur porteparole Laurent Amédéo, refusent cette décision brutale et vont tout tenter pour sauver leur emploi. 

Avec ce nouveau film, Stéphane Brizé pousse les limites de La loi du marché un peu plus loin. Techniques plus ou moins similaires avec un engagement dans la proximité de ses personnages, une immersion totale qui confère à son œuvre une dimension documentaire clairement voulue mais une accentuation du propos, tant dans la question politico-sociale que dans sa proposition cinématographique. Une tension constante, sans véritable pause, si ce n’est les cassures brutes qui enfonce le clou un peu plus. Il faut dire que le montage de Brizé nous saisit, nous serre à la gorge avec un découpage sans concession, à l’image précisément du récit qui se déroule devant nos yeux. Et tout cela porté régulièrement par une musique forte et rock qui colle à merveille au scénario.

Et puis il y a Vincent Lindon… Monsieur Lindon qui irradie l’écran et l’histoire d’un charisme inouï. Coup de chapeau à Stéphane Brizé d’avoir d’ailleurs fait ce choix audacieux de fixer, d’une certaine manière, sa caméra sur Vincent qui rapidement disparaît derrière les traits de Laurent Amédéo, ce délégué syndical à la fois tendre et plein de rage. L’acteur est là constamment… il porte le film, incarne le combat et trouve parfaitement sa place au milieu de tous ses acteurs amateurs tellement authentiques. Son visage est un livre ouvert. Sa prestation est puissamment habitée et tellement cohérente.

Enfin, n’oublions pas le fond de l’histoire. Avec un questionnement fort quand à la question de l’unité dans le combat. Terrible “morale” finalement mais tellement ancrée dans la réalité… un pot de terre qui se fissure et se brise face à un pot de fer qui s’use, subit la pression mais tient bon… et le sacrifice qui alors ouvre une certaine voie. Mais faut-il en arriver là ?

Présenté à Cannes en compétition et donc dans l’attente du palmarès, le film est depuis aujourd’hui dans les salles de cinéma en France. Ne le manquez-pas !

Découvrez d’autres contenus sur le Festival de Cannes sur le blog ArtSpi’in

Sur le même thème

#Cannes2018 - BlacKkKlansman

#Cannes2018 – BlacKkKlansman

« BlacKkKlansman » de Spike Lee projeté au Festival de Cannes : une explosion de rires, de colère, d’engagement politique et de sublime cinéma.

Un contenu proposé par ArtSpi’in
#Cannes2018 - Une affaire de famille

#Cannes2018 – Une affaire de famille

Comme le titre l’indique clairement, c’est l’univers de la famille qui est bel et bien toujours là, thématique fétiche du réalisateur japonais qu’il travaille à merveille.

Un contenu proposé par ArtSpi’in
#Cannes2018 - Trois visages

#Cannes2018 – Trois visages

Ce dimanche cannois a commencé avec la projection du nouveau film de l’iranien Jafar Panahi « Trois visages ». Le réalisateur hélas absent du Festival car, toujours et encore, assigné à résidence.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

ArtSpi’in

Cinéma, culture, sport, spiritualité, société, Internet… Autant de sujets de prédilection du blog de Jean-Luc Gadreau, ArtSpi’in. Jean-Luc Gadreau est pasteur, mais aussi musicien, auteur, membre du jury œcuménique du cinéma, ambassadeur du SEL, directeur de l’EBCAM (École Baptiste de Communication, Arts, Multimédia) et supporter du PSG.

Derniers contenus du partenaire

Découvrez le blog Regards sur les paroisses