« Cap espérance », le temple d’Ermont dans le Val d’Oise

« Cap espérance », le temple d’Ermont dans le Val d’Oise

Le temple d’Ermont, réalisé par l’architecte Marc Rolinet à la demande du Conseil presbytéral de l’Eglise réformée de cette ville et inauguré en 2008, évoque une oreille. Une allusion à la théologie de la parole.

Un contenu proposé par Protestantisme et images

Publié le 6 mars 2015

Auteur : Jérôme Cottin

Lire directement l’article sur Protestantisme et images

Dans le journal Parpafeuille de mai-juin 2005, l’architecte Marc Rolinet décrit son œuvre : « Le temple est composé de deux modules emboités l’un dans l’autre, qui permettent d’isoler les fonctions d’habitat (le logement du pasteur) des activités communautaires du culte. Il est l’expression de la rencontre entre tradition et contemporanéité, et emploie pour ce faire des matériaux sobres et naturels, tels que le bois, ainsi que des matériaux plus brillants et froids comme le métal, le béton, le verre. Les contrastes de textures répondent à une volonté d’exploiter au mieux chaque substance employée, de telle sorte que le projet offre une haute qualité environnementale aux usagers comme aux riverains.

 

La toiture du temple, recouverte de lamelles de bois, se déforme dans un coin, comme aspirée par le ciel, et dessine une courbe qui vient se retourner pour former un parvis devant la façade principale. Celle-ci au droit est en béton, incrusté de verre coloré, et percée d’une ouverture en polycarbonate irisé qui laisse filtrer une lumière douce. L’espace intérieur est modulable grâce à des cloisons coulissantes, mais ce découpage permet malgré tout une perception du volume dans son intégralité ».

 

Le symbolisme de l’architecture est parlant pour des protestants : il évoque une oreille, allusion à la théologie de la Parole, à « l’écoute », que les protestants privilégient sur la vue (mais il s’agit précisément ici de symboliser l’écouter par la vue, signe d’un possible déplacement, ou d’un évident rééquilibrage). D’autres, en voyant la forme atypique du bâtiment, pensent aussi à une guitare.

 

Cette architecture religieuse nouvelle et atypique, à la fois fonctionnelle et symbolique, attire du public : certains ont délaissé d’anciens temples pour venir ici, d’autres sont venus pour voir, puis sont restés.

Si la forme du bâtiment est attirante, elle ne suffit évidemment pas à retenir le public. Sans une communauté humaine engagée et chaleureuse, les gens ne resteraient pas. Les formes, aussi belles soient-elles, ne sauraient remplacer le fond, le message, l’écoute de la Parole, précisément.

 

Lire la suite sur Protestantisme et images

Dans la même rubrique...

Mes premières fois, une série drôle et émouvante

Le deuil, l’identité, la relation mère-fille, le fossé culturel entre parents et enfants sont abordés dans "Mes premières fois".

Un contenu proposé par Le bal littéraire des sardines

La liberté n’est pas un crime

Un livre paru chez Plon raconte la dure vie des femmes dans l'Iran d'aujourd'hui.

Un contenu proposé par LibreSens

Le mot de la semaine : masque

Du fait de la pandémie de Covid-19, on n’a sans doute jamais autant parlé de masques qu’aujourd’hui. Retour sur l’origine de ce mot.

Un contenu proposé par

Yoan N’Gou, en formation à la Destinée Dance School

Rencontre intimiste à Créteil avec ce jeune danseur chrétien de 26 ans.

Un contenu proposé par Un tour des arts

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Protestantisme et images

Protestantisme et images propose une réflexion, des initiatives, des rencontres et des aides dans le domaine des arts visuels et de la culture contemporaine, en relation avec le protestantisme et plus largement le christianisme.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram