Carol

Dans l'étroitesse des conventions morales de l'Amérique des années 50, ou l'homosexualité est inscrite sur la liste des maladies mentales, va naître un amour entre deux femmes !

Un contenu proposé par Pro-Fil

Publié le 26 janvier 2016

Auteur : Marie-Jeanne Campana

Lire directement l’article sur Pro-Fil

Si l’on devait définir en quelques mots ce film je dirais volontiers : élégance, raffinement, beauté, subtilité, finesse. Les premières images, plongée dans les rues de New York, nous immergent dans cette ambiance surannée, presque sépia, des années 50, où les rues grouillent de gens pressés de faire leurs courses de Noël, ambiance favorisée par le grain de l’image en 16 mn. « Là, tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté ». L’apparition de Carol, sublime d’élégance, dans des tenues colorées de haute couture, ajoute à cette atmosphère. Chez elle tout est maîtrisé, les gestes, les sourires, le maquillage, la coiffure. Mais lorsqu’elle voit Therese au rayon des jouets, on sent que les brûlures de la passion dévorent cette femme. Toutefois Todd Haynes ne heurte pas le propos par des manifestations intempestives. Non ! Tout se passe dans les regards échangés, si importants dans ce film, les gestes esquissés, les sourires séducteurs. Car, plus que la passion elle-même, Haynes préfère explorer les chemins qui mènent à la passion. […]

Lire la suite sur Pro-Fil

Dans la même rubrique...

Michel-Ange… saisissant portrait d’une divine canaille

C’est un maître du cinéma russe, Andreï Konchalovsky, qui tourne sa caméra vers un pan de vie de celle d’un autre maître, italien en l’occurrence, le grand Michel-Ange.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

« Sur le chemin de la rédemption » : Dieu nous pardonnera-t-il ?

Le film nous embarque ainsi dans les turpitudes de ce pasteur en proie aux doutes, remarquablement interprété par Ethan Hawke.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

Cherchez d’abord, étude musicale en 2 actes (5)

Grâce à l’analyse d’œuvres musicales du XXe siècle, différentes pistes de réflexion pour chercher la Question.

Un contenu proposé par Pensées d’un musicophile

Adieu les cons… pour apprendre à dire « Je t’aime ! »

Après "Au revoir là-haut", "Bernie", ou "9 mois ferme", le nouveau film d'Albert Dupontel - "Adieu les cons" - sort ce mercredi 21 octobre au cinéma.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Pro-Fil

Fondé par le pasteur Jean Domon, Pro-Fil propose chaque semaine des critiques de films et porte un regard protestant et filmophile sur le cinéma.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram