Chaunu : caricaturer pour témoigner

Chaunu : caricaturer pour témoigner

« Y aurait-t-il un humour protestant ? » Interview d’un caricaturiste avec convictions qui ne manque jamais de faire référence au protestantisme dans ses spectacles.

Un contenu proposé par Inspirations

Publié le 20 janvier 2017

Auteur : Laurence Roux-Fouillet

Un mardi soir de décembre, ma fille a l’excellente idée de m’emmener au théâtre voir un caricaturiste de presse qui croque en direct l’actualité. Mais quelle bonne idée !  A peine les premiers échanges avec la salle débutés qu’Emmanuel Chaunu (Chaunu tout court pour la presse) apostrophe un spectateur en lui reprochant d’être catholique. Et le dessinateur d’ajouter : « Vous m’en voulez parce que je suis protestant ? ». Nos cœurs de parpaillotes ne font qu’un tour et en rentrant nous devisons sur « Y aurait-t-il un humour protestant ? ». Pourquoi ne pas poser finalement la question directement à l’intéressé ? Ce qui fut fait, parmi bien d’autres sujets… Portrait d’un caricaturiste avec convictions.

Faites-vous souvent référence à votre protestantisme dans votre spectacle ?
Presque toujours ! J’en avais d’ailleurs fait le thème central de mon avant-dernier spectacle, « Incontrôlable » où je mettais en scène la guéguerre entre catholiques et protestants, à la manière de celle que les médias nous relatent habituellement entre juifs et musulmans. Ce type d’humour n’existe pas en France, alors que les Anglais – les Monty Pythons par exemple – adorent railler les différences entre protestants et catholiques. Je suis à la fois fier d’être protestant – je porte d’ailleurs une croix huguenote – et dans le même temps je suis capable de me moquer de mon éducation.

Y a-t-il- selon vous un humour protestant ?
Un humour spécifiquement protestant, non – d’autant que nous avons la réputation d’être des gens sérieux. Notre humour, c’est celui des minorités, capable d’auto-dérision. J’ai été élevé dans une famille normande plutôt austère. Mon père était historien, prof à La Sorbonne et prédicateur dans notre temple. Il pouvait débuter certains de ses prêches en araméen. Notre temple de Courseul-sur-Mer avait été bombardé pendant la guerre et le sol se confondait avec le plafond. Ça n’est pas l’Oratoire, il fallait s’accrocher !
Pour moi un protestant est le « même partout » : discret en toutes choses mais fier de sa différence, estimant avoir « une ligne directe avec l’Eternel » – ce qui lui donne incontestablement une certaine supériorité. Dans le même temps, les petits catholiques de mon enfance étaient un peu schizophrènes : des petits voyous dans la vie de tous les jours, qui se transformaient en anges blonds et bien coiffés sitôt leur aube endossée. Et eux dans leurs églises, ils avaient des images, des vitraux, et même des statues de femmes ! Cela prête facilement à la caricature, tendre et acide à la fois.

Est-ce cette absence d’image qui vous a donné le goût du dessin ?
Je me souviens que, sans support visuel, il fallait s’accrocher à la parole des pasteurs. Il m’arrivait de fixer les nœuds du bois du banc devant moi pour m’imaginer des dessins. Le protestantisme relève d’une pensée complexe. Or, la caricature, c’est la pensée simplifiée.

Justement, quelle est l’influence de cette culture protestante sur le regard que vous portez sur l’actualité que vous commentez ?
Le caricaturiste est un témoin de son temps, dont il révèle les travers. Le premier réflexe est certainement celui de ne pas hurler avec les loups, mais d’avoir du recul et un regard critique sur ce qui se passe. Un regard protestant sur l’actualité tient à la fois à l’éducation, mais aussi à une prise de conscience, issue de la Réforme, qui est un mouvement profond et vivant : on ne détient pas la vérité.  Et dans le même temps j’ai parfois une certaine gêne à lapider ceux que l’on brocarde.

Peut-on tout dessiner ?
Tous les jours, je dessine l’actualité dans « Ouest-France », qui est le premier quotidien national par son tirage. Je tiens compte de la sensibilité des lecteurs. Je ne veux pas être un diviseur par esprit libertaire à tout prix. Ainsi, je m’interdis de représenter le prophète par souci d’unité. Je ne vois pas l’intérêt de créer des polémiques, ni de blesser des gens. Je ne crois pas au caricaturiste militant. Il y a des limites dans le dessin. Mais je peux tout à fait représenter Dieu. D’ailleurs on peut faire entrer l’histoire de la Bible dans le dessin (comme ici, par exemple, NDLR). Elle contient des symboles très forts.

En cette année de jubilé, dessinerez-vous Luther ?
(Sourire) Pourquoi pas ? Encore que, beaucoup de gens pensent que « Martin Luther » est un pasteur noir américain mort assassiné ! Esthétiquement, Luther et Calvin sont très intéressants, très opposés. Je m’imagine bien les représenter : l’un tout en rondeur et bonhomie, l’autre efflanqué et austère. C’est un peu Laurel et Hardy ! Je n’ai pas beaucoup d’autres choix car, nous autres protestants, n’avons pas de personnages providentiels auxquels nous raccrocher, à part quelques personnalités emblématiques – politiques pour la plupart – mais que leur rationalisme a souvent éloigné de leur foi.

Vous intervenez dans les écoles, quel message y faites-vous passer ?
J’aime bien l’idée de s’infiltrer dans ce qui existe. Dans « l’après-Charlie », le ministère de l’Education nationale a mobilisé des dessinateurs. J’interviens dans des établissements scolaires pour parler de la caricature et du fait religieux. Les enseignants cofondent souvent laïcité et laïcisme. Or, il n’y a pas de laïcité sans enseignement du fait religieux. Il faut régénérer la laïcité, lui donner un sens. Enseigner le fait religieux permet de comprendre les différences. Les jeunes l’entendent bien ainsi. Le protestantisme, par exemple, est plus qu’une religion : c’est un pan de l’Histoire qui nous relie à notre pays.

Qu’est-ce que le protestantisme peut apporter aux sujets de société d’aujourd’hui ?
Le protestantisme est un christianisme des Lumières, qui doit sans cesse faire le grand écart. Il a un pied dans la transcendance, et un pied dans la raison. Cela n’est pas sans faire naître de doutes…
La Réforme est un mouvement qui a été capable de faire évoluer une religion. Il est important pour nous de montrer cet exemple – ou cette méthode – aux religions qui sont dans l’exégèse : on peut lire les textes avec recul. Sur d’autres sujets, nous avons une tradition qui tient à notre histoire : la tolérance, l’accueil des autres – comme pour les exilés, la place des femmes dans la religion… Soyons des vigies : évitons les pièges de la division pour continuer à témoigner dans un monde moderne.

Emmanuel Chaunu présente « Le Chaunu show » tous les mardis soirs à 21h30 et jusqu’à fin avril 2017, au Théâtre Montmartre-Michel Galabru : « une belle tranche d’humour et d’analyse de l’actualité et du monde en mouvement ». Une jolie surprise vous attend à la fin.
Informations et réservations ici

Découvrez d’autres contenus sur le blog Inspirations

Dans la même rubrique...

Du zapping à la rencontre

Du zapping à la rencontre

Dans son approche de la mobilité, Laurent Schlumberger ne se contente pas d’évoquer le changement de lieu. Une déclinaison s’opère sur le même principe dans toutes les sphères de l’humain.

Un contenu proposé par Blog de la librairie 7ici
Religions, les clés pour comprendre

Religions, les clés pour comprendre

Rédigé par une quinzaine d'universitaires, cet ouvrage veut répondre à la difficulté que rencontre aujourd'hui les enseignants des lycées et collèges chargés d'enseigner le fait religieux.

Un contenu proposé par LibreSens
Comment êtes-vous devenu chef de la chorale des Gospel Kids ? J’ai découvert le gospel à 17 ans, en 2000, en passant un jour devant l’église de Hautepierre, quartier où j’habitais. J’ai entendu Oh happy day qui est chanté dans Sister Act 2, film qui m’avait fortement marqué. À ce moment-là, il est devenu évident pour moi que j’allais rejoindre le groupe. J’ai mis de côté ce que j’aimais pour me consacrer entièrement à la chorale des High Rock Gospel Singers, créée et dirigée par le pasteur Frédéric Setodzo, qui a été super avec moi et m’a encouragé. Je n’avais pas la fibre d’un chanteur mais je crois que, avec de l’énergie, de la volonté et du plaisir, on peut faire beaucoup. En 2003, j’ai commencé à intervenir bénévolement dans des écoles. Je me sentais comme un vrai professeur et j’aimais, déjà à l’époque, beaucoup travailler avec les enfants. À la kermesse de fin d’année, j’ai ressenti l’enthousiasme des enfants et le plaisir des enseignants et des parents. J’ai laissé tomber mon travail dans un garage où je ne me sentais pas à ma place et j’ai fait des petits boulots à côté. C’est avec ma femme Flora, que j’ai rencontrée aux High Rock Gospel Singers, que j’ai créé les Gospel Kids en 2004. Que représente le gospel pour vous ? Au moment où j’ai découvert le gospel, j’ai senti que cela m’apporterait tout ce que j’avais espéré. À travers lui, on chante l’amour, la tolérance, le respect, le partage. J’étais un ado un peu perdu qui se posait des questions sur le sens de la vie et le bonheur. J’ai toujours aimé les chansons à message. Quand j’étais jeune, mes copains baignaient dans le rap et moi je me cachais pour écouter la comédie musicale NotreDame de Paris. Les professeurs ne croyaient pas en moi, on m’a mis dans une section d’enseignement adapté où on est en bleu de travail dans la cour et on n’est pas mélangé avec le reste des élèves. J’ai passé un CAP de mécanicien poids lourds, puis j’ai laissé tomber le BEP en cours. À partir du moment où j’ai commencé à chanter du gospel, des gens ont cru en moi. Quelles valeurs voulez-vous transmettre ? Beaucoup de jeunes ne se rendent pas compte de leur potentiel, dans tous les domaines de la vie. Il n’y a pas d’audition pour intégrer la chorale car je vois la marge de progrès dans les imperfections et je veux que les enfants prennent du plaisir, pas qu’ils soient rabaissés, comme j’ai pu l’être. Je donne beaucoup d’encouragement et veille particulièrement aux plus motivés et qui veulent progresser. Certains sont bluffants ! Que vous apporte votre foi dans ce travail ? J’ai un lien très fort avec l’Église et la prière est importante pour moi. Avec mes parents et mes cinq frères et sœurs, dont je suis l’aîné, nous allions tous les dimanches au culte et j’ai réussi à partager cela avec ma femme et à le transmettre à mes enfants. En 2001, j’ai effectué un voyage avec les High Rock Gospel Singers au Cameroun qui m’a donné une foi incroyable. J’y ai vu des gens qui ne vivaient que par leur foi. C’est là-bas que des personnes m’ont dit que j’avais un don et que le Seigneur m’appelait. J’ai toujours gardé cette voix en moi qui me disait que j’allais réussir quelque chose. Je suis aujourd’hui quelqu’un qui doute peu et qui n’a pas peur. Je pense que Dieu fait bien les choses et qu’on peut renverser les situations lorsque viennent les difficultés, en s’appuyant sur les gens qui vous aident.

Il a du gospel dans la voix et il y croit

Rencontre avec Alfonso Nsangu, le chef de la chorale d’enfants, Les Gospel Kids qui a la foi en ses élèves et en Dieu.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Inspirations

Inspirations est un blog qui respire l’air du temps, pour mettre de la bonne humeur, de la légèreté et du mieux-être dans la vie de tous les jours. Il a les pieds sur terre et la tête dans les étoiles et collecte expériences, conseils, réflexions et bonnes idées, avec un supplément d’âme. Quête de soi et quête de sens y sont indissociables. Un souffle de bien-être et de mieux-vivre au quotidien.

Derniers contenus du partenaire