CANNES 2022

Leila et ses frères… quand tout va mal

Troisième long métrage de Saeed Roustaee, Leila et ses frères est une belle et longue saga familiale iranienne. Superbe mise en lumière pour le réalisateur avec sa première en compétition à Cannes.

Un contenu proposé par ArtSpi'in

Publié le 27 mai 2022

Auteur : Jean-Luc Gadreau

Leila a dédié toute sa vie à ses parents et ses quatre frères. Très touchée par une crise économique sans précédent, la famille croule sous les dettes et se déchire au fur et à mesure de leurs désillusions personnelles. Afin de les sortir de cette situation, Leila élabore un plan : acheter une boutique pour lancer une affaire avec ses frères. Chacun y met toutes ses économies, mais il leur manque un dernier soutien financier. Au même moment et à la surprise de tous, leur père Esmail promet une importante somme d’argent à sa communauté afin d’en devenir le nouveau parrain, la plus haute distinction de la tradition persane. Peu à peu, les actions de chacun de ses membres entrainent la famille au bord de l’implosion, alors que la santé du patriarche se détériore.

Avec Leila et ses frères, le réalisateur iranien Saeed Roustaee livre un grand drame familial, axé sur ses personnages, dans le style bavard (mais passionnant) du cinéma italo-américain. On pense à Rocco et ses frères (jusque dans le titre) de Visconti et, bien sûr, au Parrain de Coppola. Mais tout ça dans la culture si particulière et parfois déroutante de l’Iran, marquée par des traditions extrêmement tenaces, beaucoup de faux-semblants, étouffé par la fraude, la lutte des classes, les rivalités de clans et une économie toujours au bord du désastre. Le scénario de Roustaee prend soin de montrer comment la corruption s’est infiltrée à tous les niveaux de la vie iranienne, des propriétaires d’usine intrigants au sommet de la hiérarchie jusqu’aux personnes au bas de l’échelle comme Parviz, qui travaille comme préposé aux wc dans un centre commercial et oblige ses clients parfois à payer double pour les utiliser. Parmi les nombreuses escroqueries des frères de Leila, la plus audacieuse concerne une entreprise dans laquelle Farhad veut que tout le monde investisse, où des voitures sont pré-vendues à des acheteurs potentiels sans jamais être livrées. « Ce n’est pas une arnaque, c’est un travail », justifie-t-il, pour nous donner sans doute d’entendre plus généralement qu’ici les frontières entre les deux sont à jamais floues.

Il est très interessant d’observer que Roustaee parvient à traiter ces sujets en injectant également une ampleur épique à son histoire. Centrée sur l’histoire de ce patriarche et des nombreux conflits tout autour, le cinéaste jongle en passant des épreuves universelles de la société iranienne aux problèmes de cette famille avec rapidité et virtuosité. Il sait faire les choses en grand lorsqu’il le faut, comme dans la séquence de l’usine ou dans une longue scène éclatante de mariage. Mais il sait aussi contenir l’action à quelques individus, avec de longues séquences de discussions notamment, faisant de son Leila et ses frères un film de « performances » avant tout. La rage grandissante de Leila face à la médiocrité méprisable de son père et de ses frères, et l’épuisement à essayer de les sauver d’eux-mêmes, constituent l’énergie émotionnelle qui alimente le film. Dans ce rôle titre, Taraneh Alidoosti, connue pour son travail sur les films d’Asghar Farhadi, nous offre une prestation époustouflante. À ses côtés un quatuor de frères, chacun ayant sa propre spécificité, un style et une personnalité différente, et tous parfaitement interprétés. Et puis il y a le père, Esmail (Saeed Poursamimi), qui ne demande, semble-t-il, rien d’autre qu’un peu de respect de la part de ses enfants et du clan élargi, surtout après le décès d’un patriarche plus âgé, laissant Esmail comme candidat potentiel pour prendre sa place. Quelle justesse dans le jeu de ce comédien âgé ! Les acteurs apportent une formidable énergie et beaucoup de nuances à leurs rôles ; chaque personnage est chargé de contradictions, se battant pour la famille ou pour ses propres intérêts, ou parfois les deux, tout en sachant qu’ils font rarement ce qu’il faut.

Un film qui, certainement, pourrait trouver un quelque chose à ramener lors de la soirée de samedi où le palmarès sera dévoilé par Vincent Lindon, entre autre par ce qu’il tente de dire de l’Iran à travers l’histoire des innombrables difficultés de cette famille avec une vraie émotion qui explose littéralement dans l’ultime dénouement et son traitement.

Vous pourriez aimer aussi

Godland… lutte pastorale

Présenté dans la sélection Un Certain Regard, "Godland" nous fait voyager du Danemark en Islande pour raconter la terrible épreuve de foi d’un pasteur luthérien.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

Décision to leave… parle à ma montre !

Un somptueux policier en forme de love story impossible. Par le réalisateur sud-coréen Park Chan-wook.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

Frère et sœur… le silence est mort !

Un frère et une sœur à l'orée de la cinquantaine, des tragédies et des non-dits... Le film d'Arnaud Desplechin est porté par Marion Cotillard et Melvil Poupaud.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

ArtSpi’in

Cinéma, culture, sport, spiritualité, société… Autant de sujets de prédilection du blog de Jean-Luc Gadreau, ArtSpi’in. Jean-Luc Gadreau est pasteur, auteur, mais aussi attaché de presse du Jury œcuménique au Festival de Cannes.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast