Conférence : l’Évangile selon Brassens

Conférence : l’Évangile selon Brassens

Le 17 mai, l’Atelier protestant organise à la Faculté protestante de théologie, une conférence-audition au sujet du chanteur au verbe imagé.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes - Paris

Publié le 16 mai 2018

Auteur : Catherine Robert

L’Évangile selon Brassens, voilà un titre qui interpelle. Georges Brassens (1921-1981) fait en effet souvent figure de révolté antireligieux. Avec sa dégaine « d’ours mal léché » au verbe imagé et frondeur, son culte des copains mais son amour de la solitude, hors de toute doctrine établie et fuyant toute collectivité, l’Église catholique n’a pas échappé à ses critiques. Dieu et la foi sont les thèmes les plus récurrents dans son œuvre. Dans 63 de ses chansons, on trouve des références à Dieu. Peut-on parler d’« anticlérical fanatique » ?

« Je ne suis pas l’Antéchrist de service »

Pour Brassens, Dieu est « incompréhensible et taiseux », accablant l’homme de ses fléaux et avare de consolation : Dieu s’il existe, il exagère/il exagère/Quand il grêle sur le persil/C’est bête et méchant. Dans l’église qu’il a connue à Sète dans les années 1930, lorsque petit il accompagnait à la messe sa mère, très pieuse, Dieu reste obstinément silencieux. Le Père a-t-il cédé la Parole au Fils ? Peut-être, car Brassens a « un brin » d’admiration pour Jésus, le fils du ciel, le Messie. À deux reprises, il affirme je ne suis pas l’Antéchrist de service ! L’Évangile est une Bonne Nouvelle et c’est aussi un enseignement, celui du Christ et de cela, Brassens a une profonde compréhension.

Dans Les copains d’abord : L’Évangile, ils l’avaient pas lu/mais ils s’aimaient tou’s voil’s dehors. Et dans Les quatre bacheliers, après le pardon inattendu du quatrième père, Brassens chante Et si les chrétiens du pays…/jugent que cet homme a failli/ça laisse à penser que pour eux…/L’Évangile c’est de l’hébreu. Dans cette chanson, seuls les bons chrétiens ne pardonnent pas leur fils. Ce que réprouve Brassens, c’est une Église moins animée par l’Évangile que par la petitesse des hommes. Il rêve d’une justice qui ne serait celle des hommes et qui l’amène à considérer qu’il ne se conduit pas plus mal que s’il avait la foi.

Quand il parle de l’autre, du prochain, Brassens n’est jamais agressif ou violent, mais il en parle de façon très imagée et avec une certaine jubilation : les braves gens, les arracheurs de dents, les saintes braves gens, les ostrogoths, le curé de chez nous, petit saint besogneux, les cafards, charlatans, prophètes, le séminariste à genou sur son reposoir…

Référence à l’évangile de Matthieu

Il sait aussi mettre en avant la compassion dans La chanson pour l’Auvergnat où l’on a vu une référence à l’évangile de Matthieu 25.35-37 : Toi qui m’as donné 4 bouts de bois… 4 bouts de pain… un sourire… Quand dans ma vie, il faisait froid… il faisait faim… Aucune indifférence de Georges Brassens pour le Christ et l’Évangile, les références sont trop nombreuses. Une sorte de désir de foi. Au fond, j’aimerais mieux que Dieu existât… Mais ça me paraît quand même assez discutable au vu de tout ce qui se passe depuis que le monde existe, dit-il dans une interview à La Vie en avril 1980. J’voudrais avoir la foi, la foi d’mon charbonnier/Qui est heureux comme un pape et c** comme un panier. S’il se présente toujours comme un mécréant, Brassens est sans doute un mécréant-sceptique : J’envie les pauvres d’esprit, pouvant y croire.

L’Évangile selon Brassens

Conférence-audition avec Bertrand Dicale, journaliste,

chroniqueur à France Info suivie d’un échange convivial

Jeudi 17 mai de 19h à 21h à l’amphithéâtre de la Faculté

protestante de théologie, 83 bd Arago, 75014 Paris

(M° St-Jacques). Entrée libre

Sur le même thème

Bertrand Dicale, journaliste à l'esprit libre

Bertrand Dicale, journaliste à l’esprit libre

Rien ne semblait prédestiner Bertrand Dicale à devenir protestant réformé sauf peut-être la liberté. Portrait.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris
29 octobre 1981. Brassens et la Bible

29 octobre 1981. Brassens et la Bible

Pour beaucoup Brassens incarne l’image de l’anticlérical fanatique, du « bouffeur de curés », particulièrement gourmand... mais son rapport avec la foi était beaucoup plus complexe que cela.

Un contenu proposé par Un jour dans l’histoire
Les bancs publics mis au ban

Les bancs publics mis au ban

Hier, ils permettaient la rencontre, la méditation... Aujourd’hui, ils font débat.

Un contenu proposé par Croire et Vivre

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Paroles Protestantes – Paris

Paroles protestantes – Paris est le journal des réformés et luthériens en Région parisienne. Il apporte tous les mois à ses lecteurs informations et réflexions. Un dossier, préparé avec la presse régionale protestante, aborde chaque mois un thème de société.

logo

Derniers contenus du partenaire

Découvrez le blog Regards sur les paroisses