Dark Waters… pour rendre l'eau moins dangereuse
Ciné

Dark Waters… pour rendre l’eau moins dangereuse

Avec Dark Waters, Todd Haynes retrace le combat mené par un avocat sur les dommages chimiques causés par un puissant groupe industriel.

Un contenu proposé par ArtSpi'in

Publié le 28 février 2020

Auteur : Jean-Luc Gadreau

Le réalisateur Todd Haynes propose une chronique des enquêtes courageuses et tenaces menées par un avocat sur les dommages causés par des produits chimiques non réglementés de l’un des plus grands groupes industriels de chimie, DuPont de Nemours. Si l’histoire est hélas familière, Todd Haynes reprend la formule éprouvée mais en la façonnant pour en faire un film de grande beauté et d’une force prophétique étonnante.

Robert Bilott est un avocat spécialisé dans la défense des industries chimiques. Interpellé par un paysan, voisin de sa grand-mère, il va découvrir que la campagne idyllique de son enfance est empoisonnée par une usine du puissant groupe chimique DuPont, premier employeur de la région. Afin de faire éclater la vérité sur la pollution mortelle due aux rejets toxiques de l’usine, il va risquer sa carrière, sa famille, et même sa propre vie… 

Dès la première scène, Haynes nous plonge dans l’ambiance qui façonnera l’histoire de Dark Waters, en reprenant la scène d’ouverture iconique des Dents de la mer. Mais ici, point de monstre aquatique sous les eaux… le prédateur invisible est l’eau elle-même, empoisonnée par les produits chimiques toxiques de la société DuPont. L’eau est en fait le héros malgré lui, apparemment toujours présente, dans les ruisseaux pollués, les flaques, les rivières et jusque dans les verres sur les tables des salles de conférence ou dans les fontaines rafraichissantes. La caméra du directeur de la photographie Ed Lachman s’attarde dessus chaque fois qu’elle est présente, comme un tueur silencieux tapi à la périphérie de tout le film, dont la présence est vivement ressentie même lorsqu’elle n’est pas à l’écran.

Cet étrange sentiment de danger indétectable est le cœur de Dark Waters. Qu’il s’agisse de l’eau empoisonnée ou du capitalisme sauvage à l’origine du problème, le film est rempli de méchants fantômes et de personnages obscurs dont l’avarice a affecté la vie de millions de personnes, pour ne pas dire de 99% de l’humanité, pour reprendre un chiffre du générique de fin. Pendant de nombreuses années, DuPont a régné en tant qu’entreprise chimique la plus prospère aux États-Unis. Son omniprésence se traduisait par son slogan « Mieux vivre grâce à la chimie » ; à ce jour, la société prétend toujours « travailler à rendre le monde plus sûr, plus sain et plus agréable » (slogan qui peut encore être retrouvé en première page du site français…). Les produits en Téflon de l’entreprise – principalement des poêles de cuisson avec un revêtement « antiadhésif » – ont rapporté des bénéfices de plus d’un milliard de dollars par an. Mais il y a un côté extrêmement sombre dans l’histoire et les activités de la société, qui ont été mises en lumière grâce aux enquêtes courageuses et tenaces de l’avocat d’entreprise Robert Bilott. Ce film retrace ses efforts sur une période de 20 ans. Mark Ruffalo, qui a également été l’un des instigateurs et producteurs du film, joue le rôle de Bilott.

L’histoire racontée est donc celle d’une malversation de grande envergure et des efforts déployés pendant des années pour réparer les torts qui ont été commis. Mais, il s’agit aussi des conséquences que l’obsession – aussi juste ou vertueuse soit-elle – peut faire à quelqu’un et aux personnes qui l’entourent. Nous assistons avec Bilott au combat qui se forge face à la volonté d’entreprises de se battre bec et ongles contre tout ce qui peut faire obstacle au profit tout-puissant… et de ce qu’il faut alors comme énergie pour résister face au soi-disant « progrès ». C’est en effet une histoire sombre, une procédure sinistre qui plonge dans l’obsession singulière d’un homme pour une affaire dont il se sent en partie responsable. De cette façon, il n’est pas si éloigné du Zodiac de David Fincher, un film où l’obsession devient presque plus importante que l’identité réelle du tueur que les personnages chassent. Dans le cas de Dark Waters, Haynes semble être en conversation directe avec son film de 1995, Safe, dans lequel une femme devient paranoïaque à l’idée que tout ce qui l’entoure essaie de la tuer. Mais ici, cette paranoïa se justifie de façon vraiment terrifiante… Le combat de Bilott est le poumon du film, mais ce n’est pas seulement sa détermination à faire tomber DuPont qui alimente le drame, c’est aussi son réveil en tant qu’homme qui faisait autrefois partie du problème et qui est maintenant déterminé à aider à le résoudre. Il n’est pas juste engagé dans une croisade vertueuse, c’est un homme rongé par la culpabilité d’avoir aidé ces capitalistes corrompus à empoisonner la nation par des procès et des campagnes de désinformation. En surface, nous sommes face à une histoire façon « David contre Goliath », mais sous ces fameuses eaux sombre, se construit un film sur le conflit intérieur d’un homme, avec ces questions constantes sous-jacentes : Comment résoudre un problème que vous avez volontairement ignoré pendant des décennies ? Comment faire en sorte de réveiller ceux qui sont encore aveugles comme vous l’avez été ?

C’est cette dichotomie qui rend le film si fascinant. Haynes prend l’histoire et la transforme dans la beauté et l’horreur, une revisite des thèmes qui ont fait de Safe l’une de ses plus belles œuvres. L’obscurité s’est en fait toujours cachée sous l’apparence d’une société polie dans l’œuvre de Haynes, de Loin du paradis à Carol, mais ici cette obscurité devient tout à fait littérale. C’est un film pétri d’une juste colère, oui, mais c’est aussi un film dont la douloureuse résignation face à l’obscurité écrasante du monde refuse de nous laisser avec le faux espoir qu’il s’agit d’une bataille qui a été gagnée de quelque façon que ce soit. Haynes tisse un sentiment obsédant de mélancolie à travers chaque image, imprégné de la partition souffrante de Marcelo Zarvos, nous laissant avec un sentiment troublant produit par les dommages causés par le capitalisme et la poursuite incontrôlée de la richesse qui continue à faire des ravages dans notre monde. C’est un portrait absolument essentiel de et pour notre époque.

Ruffalo est à la fois la star et le champion, il donne vie à la personnalité de Rob Bilott. Cet homme humble et déterminé n’est pas un héros typique, mais son intégrité, sa loyauté et sa volonté d’aller à contre-courant pour protéger ceux qui ne peuvent pas se protéger eux-mêmes font de lui un héros. Son langage corporel, jamais confiant et certainement pas stéréotypé d’un avocat d’entreprise puissant, nous le fait rendre encore plus sympathique. Et Anne Hathaway, à ses côtés dans le rôle de son épouse, Sarah, est admirable et tout simplement essentielle, même si son rôle n’est pas énorme. Elle apporte de la profondeur, une vraie perspective fondamentale, au personnage de Rob. Leur vie familiale est affectée par cette affaire, et nous voyons les sacrifices qu’elle a faits pour lui, les enfants et elle-même afin de subvenir aux besoins de son mari. Sans sa performance extrêmement juste, le personnage de Bilott aurait sans doute pâti d’un caractère plus aplati. Robbins est solide, tout comme Camp, tout comme la merveilleuse collection de talents qui compose l’ensemble – William Jackson Harper, Bill Pullman, Mare Winningham, Louisa Krause, Victor Garber, etc. Il y a une merveilleuse cohérence dans la distribution, chacun apportant l’énergie nécessaire à ce film extrêmement fort.

La photographie ajoute à l’authenticité du film et au sentiment désastreux de ce qui est révélé. La création et la capture de ces images obsédantes et dérangeantes de bétail, d’enfants et même d’animaux de compagnie affectés, sont ponctuées par un ciel infiniment gris. Le soleil semble ne jamais briller, ce qui crée une atmosphère aussi obsédante que les images que nous voyons.

On dit parfois que certains films sont « difficiles à regarder », mais ce terme peut avoir des significations différentes selon les personnes. Habituellement, il s’applique à des films trop graphiques, que ce soit en termes de violence, de langage ou autre, mais parfois, on obtient un film difficile à regarder parce qu’il vous oblige simplement à apprendre ou à vous souvenir d’une vérité douloureuse et à regarder cette vérité en face. C’est le cas de Dark Waters et c’est aussi pour cela qu’il ne faut pas le manquer, faisant de lui l’un des films les plus « spirituels » de ce début d’année. Avec des performances incroyables jamais surjouées et une histoire captivante, Dark Waters changera sans doute votre façon de voir notre monde.

À noter qu’un dossier pédagogique et un abécédaire peuvent être téléchargés sur le site du distributeur.

Vous pourriez aimer aussi

Wet Season

Avec Wet Season, Anthony Chen jeune réalisateur singapourien nous plonge dans la vie d’une famille de la classe moyenne à Singapour.

Un contenu proposé par Pro-Fil
Judy, l’Oscar de Renée Zellweger

Judy, l’Oscar de Renée Zellweger

Judy est un hommage chaleureux et affectueux à l’actrice et chanteuse Judy Garland mais plus encore, un récit édifiant sur les pressions liées à la célébrité.

Un contenu proposé par ArtSpi’in
Le cas Richard Jewell… Eastwood à son meilleur !

Le cas Richard Jewell… Eastwood à son meilleur !

L’histoire vraie d’un modeste agent de sécurité qui s’est retrouvé à tort accusé de terrorisme.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

ArtSpi’in

Cinéma, culture, sport, spiritualité, société… Autant de sujets de prédilection du blog de Jean-Luc Gadreau, ArtSpi’in. Jean-Luc Gadreau est pasteur, auteur, mais aussi attaché de presse du Jury œcuménique au Festival de Cannes.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram