ART

Face aux œuvres

Au musée de l’Œuvre Notre-Dame et à celui d’Art moderne de Strasbourg, des visiteurs nous livrent comment l’art les touchent.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 19 août 2021

Auteur : Claire Gandanger

Emeric Jungmann laisse vagabonder son esprit au gré des sculptures millénaires du musée de l’Œuvre Notre-Dame à Strasbourg. « J’aime beaucoup m’y retrouver pour réfléchir, confie cet habitué qui admire particulièrement la statue de la Synagogue. « Elle me laisse une impression de gigantisme, de n’être pas grand-chose face aux siècles qui sont derrière nous. » Son immersion pleine de respect dans le savoir-faire des artisans du Moyen-Âge permet au jeune homme de déconnecter : « Cela me coupe de l’information et du bruit d’aujourd’hui. » Marietta Bouvet est absorbée par deux tableaux, Le doute de Joseph et La nativité de la Vierge par le Maître du Jardin du Paradis et son atelier. « J’y vois une sorte de perfection qui m’impressionne toujours », explique cette touriste touchée par « le raffinement, la précision, les couleurs qui redonnent de la vie ». « Voir de belles choses me nourrit, défend-t-elle. Cela m’allège et me donne envie de repartir. C’est assez vital. »

Au musée d’Art moderne de Strasbourg, Charlène Muhlebach aussi est sensible aux couleurs. Le Champ d’avoine aux coquelicots de Claude Monnet la fascine, par « toutes ces petites touches de couleurs qui forment un ensemble ». « Je pourrais le regarder pendant des heures, confie-t-elle. C’est si calme et reposant. » Zelia Milanda est à l’affut de messages, d’une « ouverture de l’esprit » qu’elle n’aurait pas toute seule chez elle. « Le beau n’est pas mon critère, écarte-t-elle. J’aime quand l’œuvre raconte quelque chose. » La sauteuse en parachute sur fond orange représentée dans le tableau Chechen Women’s Team of parachute Jumping, d’Alexey Kallima (2010) raisonne avec son goût pour «les sensations et l’espace». Khalissa Messalti apprécie quant à elle de trouver une œuvre belle mais aussi d’être bousculée. « Parfois ce qui me marque le plus peut même être quelque chose de dégoutant, prévient-elle en débutant sa visite. C’est encore autre chose que du beau. J’espère avoir un tel choc aujourd’hui. »

Dans la même rubrique...

Le succès de « Charles de Foucauld, frère universel »

Déjà jouée 700 fois, la pièce de théâtre “Charles de Foucauld, frère universel” sera présentée à Rome, samedi 14 mai, la veille de la canonisation du missionnaire.

Un contenu proposé par Réforme

Coupez ! … Bienvenue dans l’enfer du décor !

Retour des zombies sur La Croisette ! Le film de Michel Hazanavicius a fait l’ouverture officielle du Festival tout en sortant le même jour dans les salles françaises.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

Héroïnes romantiques

Une exposition à découvrir au musée de la vie romantique jusqu'au 4 septembre 2022.

Un contenu proposé par Protestants dans la Ville

Le théâtre des émotions

Une exposition à découvrir au musée Marmottan-Monnet jusqu'au 21 août 2022.

Un contenu proposé par Protestants dans la Ville

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 45 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast