Ferdinand Buisson, père de l'école laïque

Ferdinand Buisson, père de l’école laïque

Ferdinand Buisson, Prix Nobel de la paix en 1927, a eu une très longue carrière religieuse, pédagogique et politique.

Un contenu proposé par Blog de la librairie Jean Calvin

Publié le 12 octobre 2016

Lire directement l’article sur Blog de la librairie Jean Calvin

Elle a fait de lui l’un des hommes les plus importants, mais aussi les plus méconnus, de l’histoire de la France contemporaine. Il a dirigé l’enseignement primaire de 1879 à 1896, en menant une véritable révolution scolaire et morale au sein de l’école publique. Le pédagogue est entré ensuite en politique, pour prendre une part décisive dans la bataille anticléricale et pour la Séparation de l’Eglise et de l’Etat.

Fidèle sa vie durant à ses engagements de jeunesse, une gauche aux épithètes multiples, religieuse, pédagogique, politique et pacifiste, ce protestant qui fut d’abord théologien et passa par l’expérience de la Suisse et des Etats-Unis peut être tenu pour le père de l’école laïque. […]

Lire la suite sur Blog de la librairie Jean Calvin

Dans la même rubrique...

Onoda, 10000 nuits dans la jungle

L’histoire vraie de Hiro Onoda, lieutenant de l’armée japonaise envoyé dans une île des Philippines en 1944 pour y contrer le débarquement des Américains. Refusant la fin de la guerre, il reste, d’abord avec quelques hommes, puis seul dans la jungle, jusqu’en 1974.

Un contenu proposé par Pro-Fil

La montagne

"Vivre sa vie, c’est souvent grimper une falaise. Y’a ceux qui ont le vertige, et puis ceux qui sont à l’aise." Un texte écrit et déclamé par la jeune slameuse Christine Clarke, alias Lady Slamenco.

Un contenu proposé par Christ Seul

Les Héritières : portrait d’une transfuge de classe

La chronique d’une année scolaire décisive pour deux jeunes filles de la Seine-Saint-Denis. Un sujet sur l’égalité des chances, la discrimination positive et la méritocratie.

Un contenu proposé par Réforme

L’Histoire à l’épreuve du protestantisme

En cette rentrée, la vendange de livres nous promet de magnifiques soirées d’hiver, au cours desquels, de controverses en plaisirs de lecture, les protestants trouveront leur bonheur.

Un contenu proposé par Le blog de Frédérick Casadesus