Hippocrate

Hippocrate

Fiction tirant parfois sur le documentaire, Hippocrate, le dernier film de Thomas Lilti peut être regardé comme une radioscopie du milieu hospitalier.

Un contenu proposé par Protestinter

Publié le 10 septembre 2014

Auteur : Philippe Krasnopolski

Un univers que le réalisateur connait bien : ancien interne, il est lui-même médecin généraliste quand il ne tourne pas un film ou en écrit le scénario.

A sa sortie de la faculté de Médecine, Benjamin (Vincent Lacoste), 23 ans, intègre un hôpital parisien. Brièvement accueilli par son père (Jacques Gamblin), l’un des mandarins de l’établissement, puis par sa chef de service (Marianne Denicourt) surchargée de travail, le nouvel interne est, à peine arrivé, aussitôt livré à lui-même. Praticien débutant, il commet des erreurs. L’une d’elles sera même fatale à un patient mais rapidement couverte par sa hiérarchie. A ses côtés, un autre interne, plus âgé : Abdel (Reda Kateb) qui lui vient souvent en aide dans ses diagnostics. Tout semble opposer les deux hommes. Jérôme est, comme le décrit Thomas Lilti « nonchalant, timide, pleutre aussi » ; Abdel, médecin algérien contraint de refaire son internat pour pouvoir exercer en France, est très qualifié mais aussi très sensible au sort de ses patients. Jérôme n’est pas certain de sa vocation ; Abdel ne vit que pour cela. Les tensions sont fréquentes entre les deux personnages. Ils se soutiennent néanmoins dans l’épreuve et finissent pas se lier d’amitié.

Une « imagerie médicale » efficace. Hippocrate dépeint le climat actuel de l’hôpital public : personnel – médecins et infirmiers – surchargé, poids du travail administratif et du principe de précaution, coupes budgétaires, questions des familles de patient, absence de dialogue entre services et même rivalité entre eux. Un climat lourd que les internes tentent d’oublier dans les soirées de carabins. Le film aborde également les questions éthiques qui se posent au milieu médical. Dont celle de la fin de vie, un de ses moments les plus touchants.

Il faut voir Hippocrate. Film initiatique, le film de Thomas Lilti interroge sur la fonction de médecin : vocation, simple métier ou, comme le dit Abdel, malédiction… Il nous interpelle aussi, non seulement sur l’avenir de notre système de santé, mais également sur notre attitude, notre éthique, face à l’épreuve de la maladie.

Dans la même rubrique...

J’aime l’apôtre Paul

John Piper nous expose les 30 raisons pour lesquelles il aime l'apôtre Paul. Pour l'auteur, personne d'autre que lui ne l'a "conduit aussi profondément dans les mystères de l'évangile".

Un contenu proposé par Blog de la librairie 7ici

« Ogre », même pas peur !

Avant tout un film d’ambiance, qui n’abuse pas d’effets faciles et qui cherche à instiller l’angoisse et le soupçon.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

Le théâtre des émotions

Une exposition à découvrir et à apprécier au musée Marmottan-Monnet jusqu'au 21 août 2022.

Un contenu proposé par Protestants dans la Ville

Le chant des hommes

Un ouvrage du poète turc Nâzim Hikmet, né à Salonique en 1901 dans une vieille famille de dignitaires ottomans et mort en exil à Moscou en 1963.

Un contenu proposé par Éditions Empreinte temps présent

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Protestinter

Établie en Suisse romande, l’agence de presse Protestinter porte un regard international sur la vie des Églises. Elle se définit comme un outil pour comprendre le rôle du christianisme et des autres religions dans un esprit œcuménique.

Depuis septembre 2018, les contenus produits par Protestinter sont à retrouver sur le site Réformés.ch.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast