Vendredi, coup de vent très fort sur la côte d’Azur, avait-on annoncé à la météo. C’était vrai aussi dans la programmation avec le nouveau film du grec Yórgos Lánthimos qui allait décoiffer les festivaliers.

À Cannes, il faut le reconnaître, on réfléchit beaucoup, on est souvent très social -il ne faut pas se fier aux apparences des paillettes et peoples- alors quand un film sort des sentiers battus, cela fait aussi du bien. C’est le Homard (The Lobster), qui finalement restera au simple stade du verbal, qui a fait hurlé de rire la Croisette par une folie assez incroyable et l’audace de proposer une histoire totalement invraisemblable, avec un humour très froid et des situations totalement ubuesques.

Alors oui… On ne comprend pas forcément tout, comme avait prévenu Thierry Frémaux d’ailleurs, ou alors il faut aller chercher le second, troisième (ou plus encore) degré. […]